Les mystères de la folksonomy


Depuis quelque temps, le dernier gadget à la mode sur le Web, c’est le « social bookmarking » ; en clair, le partage de signets : plutôt que de garder ses signets pour soi, on les rend consultables par tout un chacun en les envoyant sur un site web et en les décrivant au moyen de mots clés. Si des milliers de gens participent au même système, leur mots clés se recoupent fatalement, et il est donc facile de proposer un système en ligne permettant de naviguer au sein de « grappes » de signets introduits par plusieurs personnes ne se connaissent pas. Ces personnes peuvent du coup se (re)connaître sur la base d’un intérêt jugé commun pour tel ou tel thème : les signets, les descripteurs de signets, les utilisateurs ; le social bookmarking reconstitue des réseaux fluides et transversaux par interconnexion de ces trois types d’objets. Del.icio.us, Furl, Spurl, parmi d’autres, offrent ce type de fonctionnalités. Depuis, de nouveaux services se sont développés sur d’autre types d’objets : Flickr permet à chacun de poster des photos sur un serveur, et de les décrire par mots clés ; on retrouve alors le même système de navigation par mots clés entre les collections de photos.

La revue scientifique Nature propose le même service pour les scientifiques. Cela s’appelle Connotea et les chercheurs peuvent y référencer les communications scientifiques qu’ils ont retenues, et partager leur liste avec leurs collègues. Le système est, à mon avis, bien plus intéressant dans ce contexte, car on a au moins une relative homogénéité du vocabulaire descriptif utilisé par les internautes. On peut lire un très bon double papier dans la revue D-lib d’avril sur le sujet.

J’avoue être passé au travers de cet outil jusqu’à présent, pour la simple raison que cela fait une éternité que je n’utilise plus de bookmark : entre l’abonnement à des flux rss proposés par les sites, et Google formant équipe avec ma mémoire, sans compter l’instabilité des pages visitées, généralement indisponibles au bout de six mois, la notion de signet m’est devenue étrangère depuis assez longtemps. Je dois avoir tort, mais j’hésite à me lancer, moi aussi, dans le social bookmarking. J’ai déjà du mal à assimiler la quantité d’information que me procurent mes 150 fils rss et la dizaine de listes auxquelles je suis abonné ; j’ai bien peur qu’ajouter un troisième canal me conduise à une sévère indigestion informationnelle…

Mais là n’est pas la question en fait. Ce qui est le plus étonnant dans cette affaire, c’est que les promoteurs les plus zélés du social bookmarking, je veux dire ceux qui sont vraiment intéressés, voire fascinés et qui voudraient en propager l’usage, sont souvent des bibliothécaires ou documentalistes. On voit bien la relation : il s’agit de gens dont une grosse partie du travail consiste à classer et décrire des ressources, autrement dit à « tagger » pour reprendre le vocabulaire des plateformes de social bookmarking. Ce qui est plus étonnant, c’est qu’ils ne semblent pas destabilisés par le caractère démocratique voire franchement basiste de cette activité, récemment qualifiée avec justesse de « folksonomy ». Quand on regarde les classifications produites par la Bibliothèque du Congrès ou, pire, la classification Rameau (aspirine exigée), on a quand même l’impression qu’une importante partie du métier de bibliothécaire ou documentaliste repose sur une compétence particulière à concevoir, créer, maintenir et faire fonctionner ce type d’objet. Comment donc peuvent-ils regarder autrement qu’avec horreur cette classification spontanée produite sans contrôle (pas de liste d’autorité, pas de thesaurus !) par les usagers eux-mêmes ? Et de fait, pour ma part, quoique n’étant pas du métier, j’ai tendance à ne pas trop accorder de valeur aux mots clés en usage sur Del.icio.us par exemple : « web
blog, programming, design, software, reference, tools, music, javascript » pour les plus actifs….rien qui m’aide vraiment dans ma recherche d’information.

C’est certain, il doit me manquer un élément d’explication. Si quelqu’un veut bien me le fournir…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *