La confusion des documents


In the name of god

J’observe chaque jour les progrès d’une maladie rampante : la confusion entre le formulaire de recherche de Google et la barre d’adresse du navigateur.

Aux débuts d’Internet, les technologies utilisées étaient rudimentaires. Cependant, elles avaient le mérite d’être explicites dans le domaine des URL, c’est-à-dire des adresses de pages web. [43] Le navigateur Netscape 1.0 proposait « d’aller à » (« Go to ») et Internet explorer 2.0 proposait de renseigner une « adresse ». Rien de plus explicite et de plus transparent, ainsi que le montrent deux captures d’écran [44]. Depuis, les navigateurs ont considérablement évolué. En particulier, on notera la convergence des moteurs de recherche et des navigateurs.

Dans les premiers navigateurs, on saisissait l’adresse d’un moteur de recherche, par exemple Altavista.fr, et une fois arrivés sur ce moteur, on lançait une requête, par exemple « Apocalypse now Coppola ». Les navigateurs récents proposent désormais les formulaires de recherche directement dans le navigateur. Ce progrès ergonomique a induit la cohabitation de deux formulaires de recherche dans un espace très restreint, sous la barre de menus. Et a provoqué la disparition de l’intitulé de ces deux champs. Celui de gauche, par convention, est celui de l’URL. Celui de droite est celui de la recherche [45].

Jusqu’ici, tout va bien. Cela se complique lorsque l’utilisateur commence à confondre les formulaires. Lorsque je tape « Apocalypse now Coppola » dans le formulaire de recherche sur Firefox 2, qui utilise Google par défaut, j’obtiens des propositions parmi les sites : Annalyse filmique, Wikipedia, Allocine, Cannest-fest.com, Monde diplomatique, Thucydide.com, Universalis.fr et Objectif-cinema.com
 [46] [47]. Sur la même requête, Live search propose des résultats parmi Allocine.fr, Thucydide.com, Ina.fr, Cineclubdecaen.com, Cadrage.net, ina-festivaldecannes.com [48].

Au lieu d’indiquer une erreur (« cette adresse n’existe pas »), Firefox lance une requête sur Google

Que se passe-t-il si je me trompe de formulaire et que je tape « Apocalypse now Coppola » dans la barre d’adresse ? Au lieu de m’indiquer une erreur (« cette adresse n’existe pas »), Firefox lance une requête sur Google, qui donne donc les résultats sus-mentionnés. Internet explorer lance une requête sur Livesearch… Mais alors, à quoi sert-il de distinguer les deux formulaires ? Menons notre enquête plus avant… Tapons « Apocalypse now » dans la barre d’adresse. Surprise : Firefox n’affiche pas les résultats d’une recherche Google mais le contenu de la page « Apocalypse now » de Wikipedia ! Internet explorer, lui, lance une requête sur Live search.

Retentons l’expérience avec le mot « revues ». Tapé dans la barre d’adresses de Firefox, le mot « revues » vous envoie directement sur Revues.org [49]. Ce faisant, le navigateur se comporte comme une sorte de résolveur de liens « maison ». Un tel comportement pose, de toute évidence, deux problèmes.

Une saisie dans le formulaire d’adresse peut donc déboucher sur une page web, sur une recherche Google, sur une notice Wikipedia. Au petit bonheur, la chance.

1. L’inconstance du comportement des navigateurs. Une saisie dans le formulaire d’adresse peut donc déboucher sur une page web, sur une recherche Google, sur une notice Wikipedia. Au petit bonheur, la chance. Pourquoi changer, ainsi, le comportement du navigateur ? Comment peut-on espérer construire des représentations claires d’Internet si un navigateur se comporte de façon si imprévisible ?

2. Le caractère arbitraire du choix de la page proposée par le moteur.
Pourquoi pointer vers Revues.org, et pas vers la page « revues » de Wikipedia, comme dans le cas « Apocalypse now » ? Ou sur une requête sur Google au sujet du mot « revues » ? Quelle est la raison qui préside à ce choix ? On devine les dérives possibles d’un tel fonctionnement, qui pousse l’utilisateur vers une ressource unique, qu’il ne choisit pas, alors qu’on pourrait lui offrir le choix de ressources multiples, parmi lesquelles il exercerait un tri. Les dérives possibles dépendant nécessairement du contexte. Elles peuvent être intellectuelles, politiques ou commerciales. Un courant de pensée, un Etat totalitaire, une régie publicitaire peuvent s’emparer d’un tel mécanisme et en tirer profit.

Les navigateurs sont devenus une source majeure d’accès à la culture, à l’information et au savoir. Pourtant, ils sont en train d’induire une confusion délétère entre URL et moteur de recherche, c’est-à-dire, in fine, entre document et indexation.

Les navigateurs sont devenus une source majeure d’accès à la culture, à l’information et au savoir. Pourtant, ils sont en train d’induire une confusion délétère entre URL et moteur de recherche, c’est-à-dire, in fine, entre document et indexation.

- Par la dissolution progressive des contours de la définition de l’URL, les nouveaux navigateurs induisent le recul des pratiques de citation de documents en ligne. Introduire une confusion entre résolution de liens et indexation, c’est brouiller les représentations du Web. C’est brouiller l’organisation originelle du réseau hypertextuel.

- Introduire des résolutions de liens « propriétaire » au cours d’une recherche est source de confusions et de régressions des pratiques de citations par URL. Les médias révèlent ce type de régression. On ne mémorise pas l’URL d’un document intéressant. On mémorise la façon dont on y a accédé. Les journalistes nous accompagnent dans cet abandon à l’imprécision du parcours du réseau : « Pour retrouver ce site, tapez « Apocalypse Now Copola » sur Internet » nous dit France Inter. De cette imprécision sidérale du langage découle une molesse méthodologique excessive. Amis journalistes, suivez, s’il-vous-plaît, une petite formation sur les adresses sur le web, la résolution de noms et l’indexation. Savez-vous qu’un résultat de moteur de recherche n’est pas une constante scientifique, mais le résultat d’un processus, sans cesse changeant, d’algorithmes complexes et secrets ? Messieurs les journalistes, amis professeurs, apprenez-nous les adresses des sites. Messieurs les responsables de sites, construisez des sites citables.

Il est nécessaire que l’internaute maîtrise quelques notions de base, dont la première est celle d’URL, qui ne supportent pas la paresse d’esprit ni les approximations.

L’internaute citoyen est de plus en plus assisté dans sa recherche d’informations. Pour qu’il reste acteur de sa propre culture et de ses représentations, il est nécessaire qu’il maîtrise quelques notions de base, dont la première est celle d’URL, qui ne supportent pas la paresse d’esprit ni les approximations.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *