Lodel

Lodel, un CMS orienté édition
électronique, vient de remporter Les Trophées du Libre, dans la catégorie « Structures publiques et collectivités ». C’est une excellente nouvelle pour toute l’équipe de ce super logiciel, que j’utilise quotidiennement.

Pour aller vite, les point forts de Lodel sont :

1. de permettre la mise en ligne de textes complexes (au niveau structuration), édités dans un traitement de texte (Word ou Open Office). Le travail de conversion est effectué via un module spécifique intégré au logiciel.

2. d’atteindre un niveau de généricité inégalé pour un CMS, permettant une configuration optimale pour chaque contexte de publication.

Actuellement, toute l’équipe de développement est en train de travailler à la finalisation d’une nouvelle version réécrite et portant jusqu’à son terme la logique de généricité (avec en outre, la prise en charge de l’internationalisation du logiciel), si j’ai bien suivi.

Pour moi, Lodel constitue un exemple très réussi de ce phénomène d’innovation par l’usage, ou ascendante, dont parle Dominique Cardon dans la dernière édition d’Internet Actu. Mais ici, comme dans la plupart des logiciels libres, l’intégration de l’usage dans la conception du logiciel est formalisée, notamment par le biais de la participation à des listes de discussion à plusieurs niveaux.

C’est assez passionant d’observer comment les listes de discussion se transforment en forums au sens le plus politique du terme où sont élaborés des compromis plus ou moins réussis entre les exigences et les besoins de participants aux profils assez divers : entre l’exigence de qualité du code, la volonté de respecter les standards, la nécessaire simplicité d’utilisation, et la satisfaction de logiques éditoriales spécifiques, il y a des choix à faire qui sont discutés, validés, implémentés, souvent en dehors de tout formalisme.

Du coup, on voit bien que ce qui fait l’essentiel de la réussite d’un logiciel repose autant sur la qualité du contat social qui fonde le collectif qui le fait vivre, que sur de pures qualités techniques objectivement mesurables. Ou plutôt, c’est sur une bonne articulation de ces deux dimensions que repose l’ensemble. Nicolas Auray le montre bien dans le cas de la communauté Debian, mais Debian est aussi un cas particulier.

Pour un CMS comme Lodel, la dimension sociale du logiciel est encore plus évidente. Car un CMS ne « fabrique » pas grand chose contrairement à d’autres logiciels (comme un traitement de texte ou un tableur) ; son rôle consiste essentiellement à faire travailler ensemble plusieurs rôles sur une chaîne de production, à organiser le travail d’un collectif. On parle beaucoup de l’interface homme-machine en informatique. Quand j’utilise un CMS, j’ai bien plus l’impression de travailler sur une interface homme-homme, avec la machine comme médiateur. Le « programme » fonctionne comme une constitution, qui peut être tyrannique, hiérarchique, démocratique, etc.

Evidemment, il serait intéressant de savoir si le contrat social sur lequel le collectif formé des concepteurs et utilisateurs du logiciel fonctionne, se projette d’une manière ou d’une autre (avec ou sans transformation) sur la manière dont le logiciel organise le travail du collectif d’édition dans le cas d’un CMS.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *