La révolution des amateurs professionnels

Un think tank britannique, Demos, a fait paraître en novembre de l’année dernière un rapport intitulé « The Pro-Am Revolution. How enthusiasts are changing our economy and society ».

L’idée principale du rapport est simple : alors qu’une grande partie des innovations et améliorations du XXème siècle ont été apportées par des professionnels, si bien qu’aujourd’hui le terme de « professionnel » est synonyme de sérieux, de qualité et de sûreté, par opposition à son contraire déprécié, l' »amateurisme », tout indique que la situation est en train de s’inverser. Prenant les examples du rap, du système d’exploitation Linux, de l’astronomie ou des sims, les auteurs montrent que la source de l’innovation est aujourd’hui à chercher du côté de ce qu’ils appellent les « pro-am », c’est-à-dire ces amateurs tellement investis dans leur passion qu’ils finissent par avoir les mêmes compétences que les professionnels, mais avec une capacité de création et d’innovation que ne peuvent avoir ces derniers, engoncés dans une production routinière contrainte.

Pour les deux auteurs du rapport, les « amateurs professionnels » sont d’une part déjà un phénomène de masse (mais peu visible car sortant des cadres d’observation sociologiques habituels), et constituent d’autre part une richesse incomparable qu’il est nécessaire de protéger et d’encourager. Les pro-am sont en effet créateurs de valeur à trois niveaux : en tant qu’ils sont à la source d’innovations radicales (« disruptive »), ensuite parce qu’ils conduisent l’innovation à l’usage (en inventant de nouveaux usages), enfin parce qu’ils sont un ressort essentiel de l’innovation dans les services en se conduisant en consommateurs avertis, exigeants et capables de dialoguer avec les prestataires.

Pas étonnant que les démonstrations du rapport s’appuient souvent sur des cas où les technologies numériques jouent un grand rôle : car les instruments de création et de communication qu’elles offrent sont distribués également aux professionnels et aux amateurs. Le fossé entre les deux sources de production est donc fortement réduit. Cette approche intéresse d’ailleurs fortement Chris Anderson, le propagateur de la notion de « long tail » et d’autres observateurs de l’évolution des médias, et singulièrement du phénomène des blogs.

C’est à ce point que la théorie de la « pro-am revolution » devient très intéressante ; car elle s’emboîte au niveau sociologique avec la théorie de la « long tail » au niveau économique, mais aussi avec les revendications autour de la « free culture » au niveau juridique, et encore avec le succès de la communication numérique au niveau technologique, pour commencer à dessiner le visage cohérent d’un possible avenir de notre société.

Il est possible qu’on assiste là à une dynamique sociale conduisant à une redéfinition du lien social autour de valeurs et de pratiques assez différentes de celles qui ont été jusqu’à présent imposées par la sphère économique (au sens étroit) à l’ensemble de la société. Evidemment, si on pense uniquement au phénomène pro-am, on évoquera très vite la « civilisation du loisir » annoncée par Dumazedier. Mais justement, peut-être faut-il tenter de ne pas détacher cet aspect des autres dimensions évoquées précédemment pour décrire un changement social global en train de créer des points de tension, de contestation et d’innovation à la fois dans un nombre grandissants de secteurs d’activité, mais aussi sur plusieurs plans à la fois.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/02/2015

    […] Les « Pro-am » sont définis comme « des amateurs tellement investis dans leur passion qu’ils finissent par avoir les mêmes compétences que les professionnels, mais avec une capacité de création et d’innovation que ne peuvent avoir ces derniers, engoncés dans une production routinière contrainte. » sur le blogo-numericus (http://bn.hypotheses.org/12). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *