Privés de savoir ? #DATAGUEULE – Et si on sous-titrait ?

Bonjour chère lectrice,

Bonjour   cher lecteur,

J’ai eu le plaisir d’être interviewé par l’émission #DATAGUEULE, une émission de journalisme de données (ou « data journalisme ») de France 4, France Info et diffusée en accès ouvert sur Youtube. Cette émission traitait, vous vous en doutez, d’édition scientifique. Elle a pour titre « Privés de savoir ?« . Le format n’a pas permis d’aborder toutes les questions et a donc traité le problème de l’inflation des coûts d’abonnement, Elsevier en tête. Il n’aborde, du coup, pas les différences (importantes) entre SHS et STM, et se focalise sur les sciences, techniques et médecine.

La forme, très réussie (en dehors de l’éclairage blafard du belge -lui-même blafard- de service 😉 ) est, comme toujours avec #DATAGUEULE, très pédagogique et efficace. Avec une vidéo comme celle-ci, on peut toucher un public beaucoup plus large qu’avec nos conférences académiques, même lorsque nous les animons de façon détendue, et même lorsque nous les filmons. En effet, celles-ci sont destinées avant tout à convaincre nos collègues, et elles sont imprégnées d’académisme, de détails, de nuances… Cela est nécessaire pour un débat interne à la profession mais nous avons également besoin de médias, de médiateurs, de traducteurs en tous genres. Merci, donc, à Julien Goetz et Sylvain Lapoix pour avoir réalisé ce travail. Une autre émission s’imposera sans doute sur les solutions au problème ? 😉 Dans la négative, vous ne pourrez, de toutes façons, pas échapper à une émission sur Wikipédia, qui est un modèle plus qu’intéressant…

Est-ce que des lecteurs seraient intéressés par un sous-titrage collaboratif, vers l’anglais, l’espagnol, l’italien, le portugais, etc. ? Laissez des commentaires en bas de ce billet si vous êtes intéressés.

En commentaires, n’hésitez pas non plus à indiquer dans quels contextes vous avez pu utiliser cette courte vidéo.

Bien bonne journée

ps: Notez que #Datagueule utilise le terme « journal » improprement, puisqu’il s’agit en fait de « revues », et non de la presse quotidienne. Les anglicismes ont la vie dure…

ps2: Notez que Julien Goetz et Sylvain Lapoix se nourrissent aux meilleures sources. Ainsi, ils tiennent compte de l’information publiée sur Hypothèses par Pierre-Carl Langlais dans son carnet de recherche.

Comment les revues scientifiques sont-elles devenues des propriétés intellectuelles ?

 

 


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016). He is scientific advisor for open science to the director-general of research and innovation at the Ministry for Research (France).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016). He is scientific advisor for open science to the director-general of research and innovation at the Ministry for Research (France).

Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. Jeanneau Laurent dit :

    Bonjour,
    merci pour votre travail et votre énergie. J’aurais besoin d’une précision, s’il vous plaît. Auriez-vous une source pour cette affirmation:
    « Entre 2008 et 2011, plus de 50% des articles publiés dans Nature ne furent cités qu’une seule fois, ou pas du tout. »?
    D’avance merci et bonne journée
    Cordialement
    Laurent Jeanneau

  2. j dit :

    C’est top que vous vouliez aussi travailler sur les sous-titres 🙂
    À HackYourPhD on voulait sous-titrer et traduire les sous-titres, du coup j’ai essayé sur Amara et je valide l’outil (bien que je préférerais un outil sous licence libre…).
    On s’est lancé tête baissé sans demander le script à DataGueule donc une prochaine fois ça ira plus vite.

    Si vous validez Amara, on le fera volontiers avec vous 🙂
    On en discute ici :
    https://www.facebook.com/groups/499463776745202/permalink/1330352023656369/

    • dbourrion dit :

      Hello
      J’ai repris le subs français, recalé le truc, ça me semble pas trop mal, suffisant comme ça en tous cas pour passer à la suite. J’ai donc marqué la version française comme complète, elle peut maintenant être déclinée dans différentes langues.
      Du coup, en validant une version (ici, la française), elle est poussée automatiquement sur Youtube : si vous activez les subs sur la vidéo, vous verrez que les subs français sont dispo, c’est déjà un premier pas pour l’accessibilité (mal entendants par ex).
      Reste à faire les autres langues 😉

  3. Marin Dacos dit :

    En fait, il y a déjà quelqu’un qui a commencé le travail de sous-titrage de la vidéo :
    https://www.amara.org/fr/profiles/profile/Metasky/
    Ce travail a été fait il y a deux semaines :
    https://www.amara.org/fr/videos/rwRd6TTWRV8x/info/prives-de-savoir-datagueule-63/
    Je n’ai pas d’expérience de cette plateforme. Mais le sous-titrage qui est proposé semble enrichi par des liens. C’est intéressant, mais pas exactement l’exercice de sous-titrage destiné à être superposé dans la vidéo.
    Par ailleurs, l’équipe de #DATAGUEULE m’a envoyé le script de l’émission, que voici.
    Marin

    DTG Recherche : la bourse ou la vie.

    Le temps c’est de l’argent, surtout quand ce n’est pas le vôtre. Bonjour !

    34% de marge et une rentabilité 4 fois supérieure à ses camarades à la bourse de Londres. Bienvenue dans le monde de l’édition scientifique. Ce sont les chiffres d’Elsevier, numéro un du secteur. Il possède 16% des revues scientifiques publiées dans le monde. Si vous ajoutez les autres géants que sont Springer/Nature, Wiley/Blackwell et Taylor & Francis, vous obtenez une main-mise qui grimpe à 40% du marché. Chaque année, les abonnements à ces journaux génèreraient 7.6 milliards d’euros de chiffre d’affaire. Mais quelle est donc l’équation magique ?

    C’est simple. Demandez à des chercheurs de vous envoyer leurs travaux. Faites-les relire par d’autres chercheurs, si possible sans les payer. Ne gardez que les articles les mieux notés. Faites-en des journaux et vendez-les. À qui ? Aux universités où travaillent les chercheurs qui vous ont envoyé gratuitement leurs travaux. Un business-model de génie.

    Dans les pages de ces revues privées circulent donc des recherches fondamentales, au hasard, sur le virus Ebola, les pollutions, le cancer et sur des milliers d’autres sujets essentiels. Difficile de s’en passer. Chaque mois, 12 millions de chercheurs utilisent ScienceDirect, le portail de publication d’Elsevier où sont référencés plus de 13 millions de documents. Et la domination a ses avantages.

    Depuis 20 ans, aux États-Unis les prix des abonnements aux revues scientifiques ont augmenté en moyenne de 7% tous les ans. Sauf que, grâce au numérique, les coûts d’édition, eux, ont chuté. Du coup, sur ces mêmes 20 ans, les revenus et profits d’Elsevier, par exemple, ont été multipliés par 4. Génie au carré. Racket au cube.

    En 2014, en France, les universités et laboratoires de recherche auraient dépensé 105 millions d’euros pour ces abonnements. En Angleterre, entre 2010 et 2014, les paiements des universités aux géants de l’édition scientifique auraient augmentés de 50% ! Un lourd tribut économique. En 2015, en Grèce, le portail public diffusant les publications scientifiques suspend son service, faute de fonds. En 2016, là aussi pour des raisons budgétaires, l’université de Montréal a renoncé à 2.116 revues du géant Springer/Nature pour n’en garder que 150. Pour les chercheurs, la source de leur travail se tari.

    Et puis il y a le facteur d’impact : la note attribuée à chaque journal pour évaluer sa notoriété. Plus les articles d’une revue sont cités dans d’autres recherches, plus cette note grimpe. Logique. Ou pas. Prenons la célèbre revue Nature, l’un des plus gros facteur d’impact de son domaine. Entre 2008 et 2011, plus de 50% des articles publiés dans Nature ne furent cités qu’une seule fois, ou pas du tout. Sa notoriété n’est donc due qu’à une partie des articles, très cités. Relativité, quand tu nous tiens.

    Or, publier dans des revues bien notées est devenu un critère d’embauche pour les chercheurs. Qui cherchent donc à être présents dans ces journaux achetés par leurs universités. Celles-là même qui ont recruté les chercheurs en fonction de leurs publications. Tu le sens le cercle vicieux ?

    Cadeau bonus : le plus souvent, les chercheurs cèdent au passage leurs droits d’auteur. Les éditeurs ont donc ensuite tout pouvoir sur la circulation de ces travaux. La licence Elsevier, par exemple, autorise ses abonnées à utiliser des extraits de textes publiés n’excédant pas 200 caractères. Pratique pour expliquer le bozon de Higgs.

    Heureusement, les éditeurs proposent une option de publication en « open-access ». L’article est alors accessible librement… À condition que l’auteur de l’article ou son université paie une participation aux frais de publication. Chez Elsevier, elle peut grimper jusqu’à 5.000e par article.

    Voilà un système bien huilé qui prend des recherches – la plupart du temps publiques – et les privatise. Mais ça n’a pas toujours été le cas et, derrière ce constat, des luttes sont en cours pour rendre sa liberté à la recherche.

    > ITW MARIN DACOS

    DTG RECHERCHE / CONCLUSION

    Il existe, dans les tréfonds d’internet, un site qui rassemble plus de 47 millions d’articles scientifiques, tous issus des grands éditeurs : Sci-Hub. La plus grande bibliothèque scientifique au monde, en accès libre. Mais Sci-Hub – fondé par Alexandra Elbakyan, chercheuse Kazakhe en neurosciences – est un site pirate. Car il contrevient au droit d’auteur.

    Pourtant, ce ne sont pas les chercheurs – auteurs de ces articles – qui ont attaqué Alexandra Elbakyan en justice à l’automne 2015. C’est bien Elsevier, le géant de l’édition, dont Sci-Hub menace le monopole.

    Entre septembre 2015 et mars 2016, sur 28 millions d’articles téléchargés à travers le monde via Sci-Hub, l’Iran, la Chine et l’Inde cumulaient le plus grand nombre de téléchargements. L’Égypte, la Tunisie ou l’Indonésie faisaient aussi partie des 10 pays où l’on utilise le plus ce site. En privatisant la recherche, les géants comme Elsevier ou Springer-Nature, privent un certain nombre de pays d’un accès vital au savoir. Alors les chercheurs et chercheuses empruntent des chemins de traverse.

    Jusqu’en 1908, en France et dans la plupart des pays européens, les publications scientifiques bénéficiaient d’une exception au droit d’auteur : le droit de recopie. Chacun pouvait reprendre un article, le traduire et ainsi contribuer à la circulation des connaissances. Une seule condition : citer la source d’origine.

    Au milieu du XXeme siècle, alors qu’Elsevier publiait ses premières revues scientifiques, cet usage à disparu. Ce qui, hier, était l’exception – interdire la reproduction d’un article scientifique – est devenu la règle. Mais la roue tourne.

    En 2013, l’Allemagne a inscrit dans la loi une limitation à un an des droits d’exclusivité pour tout éditeur de revue. Au-delà, les articles sont à nouveau libres et accessibles. En 2015, après 1 an de négociations, les universités des Pays-Bas ont réussi à faire légèrement plier Elsevier : à partir de 2018, 30% des publications financées par les Pays-Bas seront en Open Access. Les choses peuvent changer.

    La libre circulation du savoir a toujours été une lutte. Mais c’est aussi un besoin naturel pour que ces connaissances infusent dans nos sociétés, accompagnent leurs évolutions. Et c’est bien connu, quand les monopoles chassent le naturel, il revient parfois au galop.

    • dbourrion dit :

      Hello
      J’ai posé la question des urls (qu’il faut à mon avis enlever) dans les subs à l’initiateur du truc.
      Je vais voir à compléter le boulot déjà fait avec ce que tu viens de poster.
      Pour ton ITW, il faudra qu’on rajoute ce qui manque, aussi

  4. Richard dit :

    Pas besoin d’une traduction vers l’allemand ?

    • Marin Dacos dit :

      Si, bien sûr ! J’ai modifié le texte pour préciser l’ouverture linguistique. En effet, la liste initiale n’était qu’un ensemble de suggestions…

  5. dbourrion dit :

    Pour info et puisqu’on parle d’une vidéo posée sur Youtube, dont on envisage de la sous-titrer en anglais, espagnol, portugais, etc : pour traduire la vidéo du film sur Aaron Swartz, nous avions utilisé Amara https://www.amara.org/fr/videos/5Mo4oAj1bxOb/info/the-internets-own-boy-the-story-of-aaron-swartz/ qui s’est avéré à l’époque très pratique pour gérer les X langues ; et le calage des subs sur le film.
    Seul bémol (qui s’est peut-être réglé maintenant) : le travail en simultané merdouillait, il a fallu à l’époque faire des tours (histoire de n’être pas deux en même temps en édition).
    En tous cas, initier une trad sur l’outil Amara prend quelques minutes. Après, on laisse faire la foule 😉
    Voilà, peut-être une piste.

    • Marin Dacos dit :

      Excellente piste, merci.

      • dbourrion dit :

        Ah, et tant que j’y pense (désolé, je réfléchis à haute voix dans tes commentaires) : si les producteurs de la vidéo ont une sorte de scripte de la voix OFF, ça peut aller vite (le plus long sur AAron Swartz, ça a été la première passe, i.e. d’avoir les subs dans la langue d’origine, et calé ; là, avec un « script » « officiel » du genre *.srt, il suffirait d’un upload pour avoir la base de la trad)
        Allez, j’arrête de troller 😉

  6. Curiosity dit :

    Ok pour l’anglais !

  7. dbourrion dit :

    J’en suis dans la mesure de mon temps et de mon anglais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *