Introducing the book

Daniel Garcia, de Livres Hebdo, signale cet amusante vidéo qui compose, mine de rien, une métaphore des difficultés et de l’intérêt de l’appropriation des technologies (nouvelles ?) par le plus grand nombre. Dans le sketch, un moine découvre l’ergonomie déroutante d’un nouvel objet, le Codex. Réticences et incompréhensions. Quand la vidéo et l’humour décryptent des processus ô combien contemporains.

On retrouvera évoqués différentes conventions et divers usages induits par les technologies numériques. C’est le cas de deux boutons des navigateurs web (flèche avancer, flèche reculer), ces éléments indispensables que certains cherchent parfois à cacher, officiellement par souci de simplification ergonomique, en réalité pour capturer l’utilisateur et le ramener en situation de dépendance, comme le font si bien les DVD au moment des publicités… Est également convoqué le problème de la conservation des données, inquiétude sans cesse ressassée par les sceptiques du numérique (ils ont en partie raison, mais en tirent rarement des conclusions utiles). Est également au menu la question de l’introduction de nouveaux éléments arbitraires par le nouveau medium. Ici, le moine est étonné par la dis/continuité du texte entre les pages. Ailleurs on pourrait citer d’autres arbitraires, comme par exemple le très technocentré http:// au début des adresses des pages web, qui a longtemps constitué un efficace retardateur de l’appropriation du Web (htpp ou http/ : ou http::/ ou bien htpt// : ??). Il reste toujours une bizarrerie mal comprise, que la plupart des navigateurs ajoutent à la place de l’utilisateur. La vidéo cite également les incontournables problèmes de l’allumage et de l’extinction de la bestiole : comment ça se ferme ? Et comment ça s’ouvre lorsque l’objet a été retourné (« so, that actually matters ? ») ? De quoi commencer avec légèreté et profondeur, tout à la fois, un cours sur les usages…

Au chapitre des regrets, on pourra cependant noter le flou concernant l’auteur, le réalisateur, les autres corps de métier ayant participé au document, ainsi que les acteurs et, last but not least, la licence. Défaut de jeunesse du média, certes, qui méritera, dans un avenir proche, de s’enrichir de métadonnées précises. En l’espèce, le média n’est pas en cause par nature, mais par immaturité.


Introducing the book


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *