La longue traîne et les textes en ligne

Work with schools : after a book talk, showing boys gathered... New York Public Library No known copyright restrictions

Work with schools : after a book talk, showing boys gathered… New York Public Library No known copyright restrictions

Je souhaite initier une série de billets sur la question des différentes grilles de lecture des usages de lecture dans le domaine numérique. J’aurai donc l’occasion de présenter plusieurs modèles proposés par la littérature.

Commençons par poser la question de la longue traîne. Je m’intéresse au sujet qui a été mis sur le devant de la scène par Chris Anderson, et a fait couler beaucoup d’encre depuis. En 2004, Chris Anderson défendait l’idée d’un changement profond dans la consommation de biens culturels grâce au développement du web1. Au lieu de valoriser seulement les produits stars (livres, albums, etc.), le Web permettrait de mettre au point des modèles économiques s’appuyant sur des produits culturels « de niche » qui, cumulés, seraient susceptibles de développer une véritable activité. L’économie de la culture pourrait, selon cette théorie, passer d’une distribution de type Pareto, dans laquelle une petite partie des produits (par exemple 10% ou 20%) fournissent la majorité du chiffre d’affaire (par exemple 70%, 80% ou 90%), à une distribution plus étalée, dans laquelle les best-sellers se vendent toujours beaucoup mais n’occupent plus la même proportion dans le chiffre d’affaires (par exemple, seulement 50%), les produits de niche qui n’occupaient jusque-là que 20% du CA pouvant occuper 25%, et les produits autrefois indisponibles (hors du catalogue des officines physiques) occupent désormais une place réelle, par exemple 25%2. La répartition de la contribution aux bénéfices serait encore plus équilibrée (par exemple 1/3 pour chaque partie du catalogue), en raison des caractéristiques de la « nouvelle économie », ce qui constituerait une incitation forte, pour les acteurs de celle-ci, à diversifier leur catalogue. La distribution resterait conforme à la loi de puissance, mais elle ne sera pas coupée par la disponibilité sur les étagères ou dans les salles de cinéma : la « demande latente » (p. 193) ne serait plus frustrée -voire « décapitée » (p.194)- par les circuits de distribution physique, mais au contraire convertie en usages et -du point de vue commercial d’Anderson- en activité économique.

L’intérêt de la théorie de la longue traîne réside donc dans le fait qu’elle déplace l’attention des têtes de gondole vers une plus grande diversité culturelle et qu’elle offre des promesses de diversification de la culture, voire de démocratisation. Le mécanisme de concentration de l’attention sur très peu de biens culturels est en effet une menace pour le développement de la bibliodiversité.

Vidéo et musique : à la recherche (désespérée) de la longue traîne

La thèse d’Anderson a été très rapidement critiquée, et bien souvent invalidée. Étudiant en 2008 les données d’un service australien de location de DVD à distance (QuickFlix) et un service de distribution numérique de musique (Rhapsody, lui-même longuement évoqué par Anderson), Anita Elberse a nuancé les conclusions d’Anderson3. Son étude, centrée sur les utilisateurs, met en évidence l’existence de « clients de longue traîne », qui sont des consommateurs intensifs. Ces consommateurs intensifs sont des spécialistes (« genre fanatics« ) plutôt que des omnivores (« genre omnivores« ) et ont donc tendance à se concentrer sur un genre musical/vidéo particulier. Cependant, même ces consommateurs curieux de découvrir les « fonds de catalogue » privilégient les titres les plus célèbres, qui constituent la « part du lion » de leurs usages. De plus, les titres moins connus (« obscures products« ) sont moins appréciés, ce qui constitue une confirmation de la « double peine » (« double jeopardy« ) de Mc Phee (1963). Ce même Mc Phee qui a mis au point au milieu du XXe siècle la théorie de l’exposition4 (« theory of exposure« ), selon laquelle les hits « monopolisent naturellement » l’attention des petits consommateurs5, les plus nombreux ; l’attention des gros consommateurs couvrant un spectre plus large, et donnant accès -du coup- à une forme de longue traîne, mais seulement pour une minorité.

« Skinnier pirate’s tail »

L’étude de Will Page et d’Eric Garland, « The Long Tail of P2P » (2009) va elle aussi à l’encontre de la thèse de la longue traîne, cette fois dans le seul domaine musical. Page et Garland étudient deux corpus et les confrontent à la distribution statistique proposée par Chris Anderson. Le premier corpus est celui de la distribution légale de musique, le deuxième est celui des réseaux peer to peer (P2P) de l’époque. Dans un environnement légal, en 2009, « the lower 80% of inventory accounts for 20% of sales – the opposite outlook of the old 80/20 rule » : la traîne est, selon Garland beaucoup plus maigre (« starving legal tail« ) que ce qu’annonce Chris Anderson. Dans un environnement non légal, c’est-à-dire sur les réseaux P2P6, la traîne se remplume quelque peu, mais très peu : « In the P2P market observed by BigChampagne, 95% of the inventory accounted for only 20% of the swaps. Conversely, 5% of inventory accounted for 80% of the swaps. That’s not a long tail expectation. » Par conséquent, Will Page parle de « skinnier pirate’s tail », et non plus de « starving tail », mais on reste bien loin des promesses de Chris Anderson. Il n’est pas anodin que Will Page ait ensuite été recruté par Spotify pour mener les recherches susceptibles d’aider le service de streaming musical à offrir des services devant lui apporter le succès.

Les conclusions de Will Page sont confirmées en 2013 par Anita Elberse dans son livre Blockbusters, qui affirme que 1000 albums ont produit 80% des ventes en 2011, tandis que 60% du catalogue (513 000 albums) vendaient moins de 10 exemplaires7… Le marché musical est donc un marché de superproductions et de « hits », et non un marché étendu et varié. Pire, les données semblent aller dans la direction d’une concentration de plus en plus forte de l’impact des succès, et d’une extension du nombre de titres n’ayant pas plus d’une vente.

Lorenz curves for legal and illegal music consumption

Lorenz curves for legal and illegal music consumption
Source: BigChampagne

Superproductions vs politique de ratios et « bulles de longue traîne »

A ce modèle s’opposent les partisans d’une plus grande diversité. Calimaq analyse d’un point de vue politique les mécanismes de concentration du web. Il oppose les industries culturelles, qui investissent dans les blockbusters et ne souhaitent pas voir l’attention de la clientèle se détourner vers une trop grande diversité de produits. Il propose une approche qu’on pourrait qualifier de libertaire, dans laquelle les industries culturelles seraient concurrencées par les individus : « Si les individus peuvent vous déborder en organisant leur propre circuit horizontal de distribution, c’est le fondement même de votre pouvoir qui est mis en danger. »8. En particulier, il cite les communautés clandestines de distribution s’appuyant sur des principes plus horizontaux et plus propices à la diversité, qu’il appelle des « « bulles » de longue traîne » (je reviendrai plus tard sur l’analogie intéressante avec la notion de « bulle de filtre », qui désigne la situation exactement inverse). Benjamin Sontag a exploré plusieurs communautés de ce type, qui partagent notamment des livres, de la musique, des films : Wagamama, Yaplusdepopcorn, Agaigneenumerique et Alexandrie : « ’wagamama’ est une communauté de fans de vieux films, raretés et autre anti-blockbusters (…), ’yaplusdepopcorn’ est une communauté de cinéphiles généralistes, blockbusters compris. (…) ’araigneenumerique’ est une communauté centrée sur le partage de la connaissance. (…) ’alexandrie’ est une communauté de partage de livres, soit en ebook (epub, mobi…) soit en audiolivres ou pdf/doc … »9. Ces quatre communautés totalisaient en 2012 210 000 membres actifs, ce qui ne permet pas de savoir s’il s’agit d’un phénomène de masse (nous ne connaissons pas le nombre et l’étendue des communautés de ce type), mais qui constitue un mouvement déjà significatif. Benjamin Sontag insiste sur les règles de ces communautés : cooptation, fonctionnement fermé voire paranoïaque, responsabilisation des parrains, financements participatif (notamment goodies), logiciels libres et surtout règles de partage s’appuyant sur le principe du ratio. Ce principe est particulièrement important :

« Afin de garantir une bonne qualité d’accès aux contenus partagés, ces sites sont basés sur un système de quota : si vous téléchargez 1Go, il faudra partager au moins 0.7Go (par exemple). Ainsi, on évite les « aspirateurs fous » (ceux qui prennent tout ce qui passe sans en faire grand chose), mais on favorise aussi l’envoi de contenus originaux, car si vous envoyez un nouveau contenu, les premières personnes qui viendront le chercher chez vous vous fournirons un quota net, de la taille du contenu partagé. »10.

Ici, l’absence de doublon est la clé : il est en effet interdit de téléverser des fichiers déjà disponibles dans la communauté, et il y a une régulation assez forte pour chasser ces doublons. Cette politique des ratio de téléchargement a pour conséquence directe l’enrichissement des catalogues de ces communautés, leur diversification, parfois dans des proportions difficiles à imaginer. Par exemple, on pourra trouver dans une communauté musicale les enregistrements pirates des différents concerts d’une même tournée. On pourra également trouver dans d’autres communauté des versions très variées d’un même film : version originale, version longue, director’s cut, différents doublages, de nombreuses langues de sous-titres, etc.

La longue traîne des textes ?

Fortement discutée, pour ne pas dire invalidée, dans le domaine de la musique, la longue traîne est-elle opérante dans le domaine de l’édition, en général, et dans le domaine de l’édition scientifique, en particulier ?

Wikipédia

Chris Anderson aborde la question de Wikipédia11, mais reste imprécis, au point qu’il est possible de se demander s’il a vraiment des données de fréquentation suffisantes pour appliquer son modèle. Il parle d’un

« Top 1000 incontournable qu’on peut trouver dans n’importe quelle encyclopédie : Jules César, Seconde Guerre mondiale, Statistiques, etc. C’est l’équivalent des tubes pour la musique. (…) Au milieu de la courbe, entre le 1000e et le 120 000e et dernier article de l’Encylopaedia Britannica, se trouvent des sujets plus étroits : Césarienne, Okinawa, Analyse de régression, etc. (…) Là (…) les articles de Wikipédia peuvent être plus longs et plus complets (…). Puis vient la traîne, du 120 000e au millionième article. (…) Ses articles sur ces sujets -Code de César, Ushijima, Rho de Spearman – s’étagent entre le meilleur (…) et le pire ». »12.

Le lecteur aura noté le glissement progressif d’Anderson : alors que le Top 1000 est l’équivalent des tubes, donc les articles qui ont le plus de succès de lectorat, les deux autres tranches d’articles ne sont décrites que par leur qualité éditoriale, et non par leur fréquentation, qui n’est pas évoquée. Par conséquent, je considère qu’il n’y a rien de solide, dans le livre de Chris Anderson, sur la longue traîne de Wikipédia.

Il existe cependant des études plus outillées. L’étude de Shyong Lam et de John Riedl (2009) porte sur la fréquentation de Wikipédia en 2007, sur la base d’un échantillon fournit par la fondation Wikimedia d’une ligne de log sur dix13  [[AVIS A LA POPULATION – Je n’ai pour l’instant pas trouvé beaucoup d’études sur la fréquentation de Wikipédia, ce qui est probablement lié au fait que je n’ai pas assez cherché – du coup, je serais preneur d’autres références si vous en avez. Les commentaires sont ouverts]]   Cette étude ne porte pas sur tous les articles de l’encyclopédie, mais seulement sur les moins fréquentés, plus précisément l’ensemble des articles qui sont moins fréquentés que les 65 000 premiers articles. Cette barrière a été fixée, comme Chris Anderson, sur la base du nombre d’articles présents dans l’Encyclopia britannica (ce qui ne peut qu’étonner et intéresser).

J’en retiens deux conclusions. La première porte sur l’existence de la longue traîne, dont les auteurs confirment la présence sur Wikipédia, à la condition d’accepter d’étendre la définition de la LT aux distributions log-normales et pas seulement aux distributions de type loi de puissance, ce qui est l’objet de débats :

« Wikipedia traffic does show a long-tailed distribution, especially over the first thousand articles, but do not follow the classic power law over the entire six orders of magnitude of article popularity. A log-normal distribution is a better description of the data. Some authors argue that only power law distributions should be called long-tailed, while others argue that log-normal distributions should share the name. We won’t get caught up in argument about terminology here, but will note that excluding the 65,000 most popular articles from Wikipedia – 65,000 is the number of articles in the entire Encyclopedia Britannica – still leaves 60 million article views a day for the rest of Wikipedia. So, Wikipedia traffic is substantially increased by the long tail phenomenon. »14.

Les auteurs pensent d’ailleurs que la distribution pourrait être de type loi de puissance si les wikipédiens n’étaient pas si férus de qualité et donc ne supprimaient pas de nombreux articles susceptibles d’infléchir la courbe. On revient ici à l’argument de Chris Anderson sur la longue traîne « décapitée ». Pour Chris Anderson, la longue traîne est décapitée par les capacités de diffusion matérielle en librairie ou en salles de cinéma, mais ici elle est bridée par le malthusianisme des wikipédiens, qui effacent des contenus jugés non pertinents.

La deuxième conclusion porte sur le fait que les données de fréquentation alimentent souvent la question de l’arbitrage au sujet de la suppression ou de la décision de maintien des articles de la traîne. On aurait pu s’attendre à ce que la plus grande encyclopédie de tous les temps, en accès ouvert, développée de façon ouverte autant en mode read qu’en mode write, soit indifférente aux questions de l’audience dans ses choix éditoriaux, particulièrement dans ses choix relatifs à des articles portant sur des sujets de niche, dont l’absence ou la présence n’impacte pas le coût de fonctionnement de la  plateforme. Mais il est bien vrai que la question de la « notoriété » d’un sujet est centrale dans le choix du maintien d’un article dans l’encyclopédie15.

L’article porte sur des données et des usages vieux de dix ans (2007), et il serait intéressant de procéder à une comparaison une décennie plus tard. En effet, deux phénomènes se sont développés depuis : la massification de l’accès à Internet dans de nombreux pays et l’augmentation drastique du nombre d’articles dans l’encyclopédie. Espérons que ce sujet inspirera des études à l’avenir.

La longue traîne dans l’édition : the « lost tail » ?

Le secteur de l’édition n’est pas beaucoup exploré par Chris Anderson. C’est Lulu.com, site d’autopublication, qui lui sert d’appui pour défendre sa thèse, et l’analyse est très rapide. En 2006, les cinq livres les plus vendus sur Lulu.com avaient tous vendu entre 5000 et 50000 exemplaires16. A l’inverse, les effets de concentration éditoriale sont décrits depuis longtemps et sont largement documentés, voire dénoncés17. Ils sont renforcés par le développement des plateformes mondialisées résumées par l’acronyme GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple).

Marcello Vena a publié en 2014 une étude portant sur les ventes de son groupe, RCS Mediagroup, comptant les éditeurs Rizzoli, Bompiani et Fabbri Editori18. Il y affirme que pour les livres électroniques, la longue traîne ne fonctionne pas et même que la concentration des succès s’accentue malgré la diffusion numérique d’une partie de plus en plus importante du catalogue :

« in our case the percentage (%) of titles account of 80% of sales went down from 23% to 15% from 2011 through 2014 ytd (first 23 weeks), while overall sales grew more than 10x over the years. As the digital market grows, our bestsellers take a bigger share of our market and not a smaller one. In other words, the head has been growing faster than the tail, despite the number of tail titles grew dramatically over time (3x-4x). »19.

Il explique cette concentration par un facteur majeur, qui est l’affaiblissement de la diversité des points de vente au profit d’acteurs mondialisés. Dans son cas, c’est l’Italie qui est principalement concernée : « We’ve found a strong correlation between decreasing percentage of titles that make 80% of sales and increasing concentration of ebook retail market in Italy. » Il s’appuie sur l’indicateur Herfindahl-Hirschman Index (HHI), qui permet de mesurer la concentration d’un marché, pour en produire une version dérivée qu’il appelle « Pub HHI », c’est-à-dire la concentration du marché du point de vue d’un éditeur particulier. Pour son groupe, le Pub HHI se dégrade progressivement entre 2011 et 2014, passant d’environ 1700 à plus de 3000 en 2014, ce qui signifie que très peu de points de vente concentrent l’essentiel des ventes. Or, on considère qu’un score HHI de moins de 1500 est nécessaire pour être dans une marché compétitif. Entre 1500 et 2500, on considère qu’il s’agit d’un marché modérément concentré. Au-delà de 2500, le marché est considéré comme fortement concentré. RCS serait donc passé en moins d’une demi-décennie d’un marché des libraires modérément concentré à un marché fortement concentré. L’auteur insiste sur la question de l’économie de l’attention pour distinguer la musique -qu’il est possible d’écouter en faisant autre chose- de l’édition, qui monopolise l’attention du lecteur et est incompatible avec le multitâche. Par conséquent, les contenus publiés sont en concurrence entre eux pour capter un temps d’attention non extensible :

« But never forget that we are in the attention economy, with a limited number of readers and economic resources. Even the best marketing cannot solve a serious oversupply of content in the future. To put it simply, there is no way to sell one million burgers in a year, if your market consists of just 100 customers, who can also eat other types of food. No marketing, no technology, no genius can create such a miracle. Be prepared for the Long Tail oversupply challenge. It might not be today or tomorrow, but it will be some day (maybe it is already hitting the market in some country). »20

L’auteur reste cependant prudent dans ses conclusions, appelant d’autres éditeurs ayant un catalogue de taille significative (plus de 1000 livres électroniques) à mesurer leur propre « Pub HHI », afin de permettre des comparaisons et de nuancer ses propres conclusions, limitées à un seul groupe éditorial.

La longue traîne dans l’édition scientifique

Et si la longue traîne ne fonctionnait que pour l’édition scientifique ?

Et si la situation était différente dans le secteur de l’édition scientifique ? Pour la journaliste Kate Mc Kenzie, c’est un cas idéal d’application concrète, et ancienne, de la longue traîne.

« Academic publishing is an interesting case because it has always had a long-tail model. It is the rare academic who publishes many pieces a year; the vast majority produce only one or two. This is largely because academic research is broad and diverse and not necessarily bound by commercial interestes. Cutting-edge research papers are yet another form of « niche content » that contribute to prestige – and to the variety of material published »21.

Elle va jusqu’à esquisser un croquis pour positionner six types de contenus sur la longue traîne : les meilleures ventes (« blockbusters« ), le livre La longue traîne lui-même, le blog Publishingtrendsetter, artisanal pencils [j’ignore de quoi il peut s’agir !], l’auto-édition et, enfin, la publication scientifique (« academia »). J’aime l’idée de partir de cette illustration, qui est le reflet d’une représentation de l’édition, de sa diffusion et de son lectorat. Il reste à la mettre à l’épreuve des données.

Mc Kenzie, Kate. « What is the Long Tail of Publishing? - Publishing Trendsetter ». Publishing Trendsetter. News and dialogue for the next generation of publishers, 10 avril 2013. http://publishingtrendsetter.com/industryinsight/long-tail-publishing/#comments.

Mc Kenzie, Kate. « What is the Long Tail of Publishing? – Publishing Trendsetter ». Publishing Trendsetter. News and dialogue for the next generation of publishers, 10 avril 2013. http://publishingtrendsetter.com/industryinsight/long-tail-publishing/.

Comprendre les usages

Du point de vue d’OpenEdition, la longue traîne est moins une interrogation économique qu’éditoriale. Si les études sur la longue traîne portent habituellement sur la vente des produits culturels (ainsi que le rappelle le sous-titre du livre d’Anderson, « Quand vendre moins, c’est vendre plus »), dans un contexte d’accès ouvert, ce qui nous intéresse, ce sont les usages de lecture. Pour être plus précis, nous ne mesurons pas vraiment les usages de lecture, mais les accès aux articles en ligne au format HTML et le téléchargement des PDF/Epub de ces mêmes articles. La question de savoir si les usages des contenus d’OpenEdition suivent une courbe proche de celle de la longue traîne nous intéresse à plusieurs titres. D’abord, pour comprendre ce qui se passe sur nos serveurs : j’ai beau répéter partout qu’OpenEdition a reçu 64 millions de visites en 2015, je reste sur ma faim, car ce chiffre est l’agrégation de milliers de comportements sur des milliers de documents, et je n’ai toujours pas compris en profondeur la façon dont nos contenus sont utilisés par notre lectorat. Et un des apports d’une approche de ce type nous permettra de nous pencher sur les affirmations selon lequelles « personne » ne lirait des sciences humaines et sociales... J’espère pouvoir y répondre prochainement dans ce carnet de recherche et que d’autres se saisiront de ces données pour produire des résultats affinés.

Ensuite, une telle étude pourrait nous aider à faire évoluer nos interfaces. Si nos interfaces sont des outils de recommandation, elles font des choix qui sont susceptibles d’influencer le comportement des lecteurs, c’est-à-dire de plutôt leur ouvrir ou plutôt de leur fermer l’accès à une diversité de contenus. Enfin, pour réfléchir à l’évolution des formats éditoriaux que nous proposons, que nous encourageons, que nous suscitons. Lorsque nous avons fait le choix de créer une plateforme de blogging académique plus tôt qu’une plateforme de livres, nous avons décidé qu’il fallait privilégier des formes mineures de communication scientifique avant de se lancer dans l’industrie des formes majeures. C’est ainsi que nous avons élaboré Hypothèses en 2008 et que nous avons inauguré OpenEdition Books en 2013, alors que dès 2005 nous avions conçu le projet de l’une et de l’autre plateforme22. Nous avons d’ailleurs trouvé le nom d’Hypothèses en 2006 (date de la réservation du nom de domaine, tandis que nous avons trouvé et réservé le nom OpenEdition, qui a donné OpenEdition Books, en 201023.

Pour résumer, nous sommes une cinquantaine de personnes qui travaillons pour OpenEdition, mais nous ne savons pas finement ce qui se passe dans les voiles de notre bateau. Et notre curiosité est insatiable. Il y a sans doute de nombreuses façons d’approcher cette question. Entrer par l’angle de la longue traîne présente cependant plusieurs avantages qui justifient, me semble-t-il, d’y passer un peu de temps. Tout d’abord, la longue traîne pose la question de la distribution des usages, ce qui me paraît une approche mêlant simplicité et prise en compte, en un même mouvement, de l’offre documentaire et des usages de lecture (d’autres diraient usages de consommation). D’autres indicateurs simples et comparables peuvent également être calculés pour parvenir à mener des comparaisons : par exemple le coefficient de Gini24, ou le Pub HHI25. La publication de ce billet a notamment vocation à provoquer une discussion et espère recevoir l’avis de statisticiens et des scientomètres, pour qu’ils confirment ou infirment la pertinence de telles approches. Ensuite, la longue traîne est une approche qui a fait l’objet de nombreux débats, et donc a produit une abondante littérature. Enfin, la longue traîne est une hypothèse simple et facile à résumer.

Il n’est pas impossible, par ailleurs, que l’étude de la longue traîne soit également intéressante du point de vue de l’offre commerciale d’OpenEdition, qui porte sur des contenus en accès ouvert. Cette offre commerciale est, en réalité, un partenariat proposé aux bibliothèques qui veulent soutenir économiquement l’accès ouvert et donner accès à des services « premium » à leurs usagers. Elles et nous ne pouvons faire l’économie de la mise au point d’une stratégie de recommandation des contenus qui soit la plus efficace et la plus ouverte possible. En effet, si on veut concrétiser, développer et consolider notre ambition de démocratiser l’accès au savoir, et plus particulièrement aux savoirs, il semble important de comprendre les usages de lecture, de mesurer leur distribution et d’enrichir en conséquence nos plateformes, qu’elles soient destinées à tous ou aux publics des étudiants et des universitaires.

OpenEdition dispose de données brutes d’accès, qui peuvent être triturées pour essayer d’en produire une connaissance. C’est à ce type de données que j’aimerais céder la place dans un autre billet.
D’ici-là, à vos commentaires ! Je suis notamment intéressé par d’autres études et par d’autres données.

Historique

Ce texte a initialement été publié le 6 novembre 2016.
Il a fait l’objet d’une révision majeure le 22 décembre 2016.

Bibliographie

  1. Anderson, Chris. 2005. « La Longue Traîne ». InternetActu.net, avril 12. http://www.internetactu.net.
  2. ———. 2012. La Longue Traîne : Quand vendre moins, c’est vendre plus. Paris: Flammarion.
  3. ———. 2016. « Netflix data shows shifting demand down the Long Tail ». Consulté le octobre 7. http://www.longtail.com/the_long_tail/2009/09/netflix-data-shows-shifting-demand-down-the-long-tail.html.
  4. Brynjolfsson, Erik, Yu (Jeffrey) Hu, et Mohammad S. Rahman. 2009. « Battle of the Retail Channels: How Product Selection and Geography Drive Cross-Channel Competition ». Management Science 55 (11): 1755‑65. doi:10.1287/mnsc.1090.1062.
  5. Brynjolfsson, Erik, Yu Jeffrey Hu, et Duncan Simester. 2011. « Goodbye Pareto Principle, Hello Long Tail: The Effect of Search Costs on the Concentration of Product Sales ». SSRN Scholarly Paper ID 953587. Rochester, NY: Social Science Research Network. http://papers.ssrn.com/abstract=953587.
  6. Brynjolfsson, Erik, Yu (Jeffrey) Hu, et Michael D. Smith. 2003. « Consumer Surplus in the Digital Economy: Estimating the Value of Increased Product Variety at Online Booksellers ». Management Science 49 (11): 1580‑96. doi:10.1287/mnsc.49.11.1580.20580.
  7. Brynjolfsson, Erik, Yu Jeffrey Hu, et Michael D. Smith. 2010. « Long Tails Versus Superstars: The Effect of IT on Product Variety and Sales Concentration Patterns ». SSRN Scholarly Paper ID 1676368. Rochester, NY: Social Science Research Network. http://papers.ssrn.com/abstract=1676368.
  8. Brynjolfsson, Erik, Yu Hu, et Michael Smith. 2006. « From Niches to Riches: The Anatomy of the Long Tail ». Sloan Management Review, juin, 67‑71.
  9. Calimaq. 2014. « Le contrecoup le plus négatif de la guerre au partage et son véritable objectif ». – S.I.Lex –. mars 8. https://scinfolex.com/2014/03/08/le-contrecoup-le-plus-negatif-de-la-guerre-au-partage-et-son-veritable-objectif/.
  10. Crouzet, Thierry. 2016. « La désintégration du marché du livre par les chiffres ». tcrouzet.com. Consulté le octobre 8. http://tcrouzet.com/2014/02/22/la-desintegration-du-marche-du-livre-par-les-chiffres/.
  11. Elberse, Anita. 2008. A Taste for Obscurity: An Individual-Level Examination of « Long Tail » Consumption. Boston: Harvard Business School.
  12. ———. 2013. Blockbusters: Hit-Making, Risk-Taking, and the Big Business of Entertainment. 1st Edition, 1st Printing edition. New York: Henry Holt and Co.
  13. Elberse, Anita, et Felix Oberholzer-Gee. 2008. « Superstars and Underdogs: An Examination of the Long Tail Phenomenon in Video Sales ». Cambridge, Mass: Harvard Business School. http://www.hbs.edu/research/pdf/07-015.pdf.
  14. Fanen, Sophie. 2013. « Spotify : «Le cœur de notre métier ce n’est pas d’avoir 20 millions de titres, c’est de vous les recommander» ». Libération.fr, juin 28. http://www.liberation.fr/ecrans/2013/06/28/spotify-le-coeur-de-notre-metier-ce-n-est-pas-d-avoir-20-millions-de-titres-c-est-de-vous-les-recomm_957616.
  15. Filloux, Frédéric. 2009. « The Long Tail: Coming Up Short. » Monday Note. septembre 27. http://www.mondaynote.com/archive/archives.php?t=The Long Tail: Coming Up Short./.
  16. Guillaud, Hubert. 2014. « Pourquoi la longue traîne ne marche pas ? » La Feuille. juin 14. http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2014/06/24/pourquoi-la-longue-traine-ne-marche-pas/.
  17. Lam, Shyong (Tony) K., et John Riedl. 2009. « Is Wikipedia Growing a Longer Tail? » In Proceedings of the ACM 2009 International Conference on Supporting Group Work, 105–114. GROUP ’09. New York, NY, USA: ACM. doi:10.1145/1531674.1531690.
  18. Mc Kenzie, Kate. 2013. « What is the Long Tail of Publishing? – Publishing Trendsetter ». Publishing Trendsetter. News and dialogue for the next generation of publishers. avril 10. http://publishingtrendsetter.com/industryinsight/long-tail-publishing/#comments.
  19. McPhee, William N. 1963. Formal Theories of Mass Behavior. First Edition edition. Free Press.
  20. Oestreicher-Singer, Gal, et Arun Sundararajan. 2010. « Recommendation Networks and the Long Tail of Electronic Commerce ». SSRN Scholarly Paper ID 1324064. Rochester, NY: Social Science Research Network. http://papers.ssrn.com/abstract=1324064.
  21. Page, Will, et Eric Garland. 2009. « The long tail of P2P ». Economic Insight, no 14 (mai): 8.
  22. Pestanes, Philippe, et Sarah Perez. 2014. « Instantanéité, hyper choix,  innovation : la culture se  consomme-t-elle autrement ? » Paris. http://www.forum-avignon.org/sites/default/files/editeur/Synthese_Enquete_2014_Consommateurs_Kurt_Salmon_pour_Forum_davignon_V180614.pdf.
  23. Sontag, Benjamin. 2012. « Communautés privées : Légalisez les partages hors marché ! – Benjamin Sonntag Blog ». août 23. http://benjamin.sonntag.fr/Communautes-privees-Legalisez-les-partages-hors-marche.
  24. Tan, Tom, et Serguei Netessine. 2011. « Is Tom Cruise threatetenead ? An empirical study of the impact of product variety on demand concentration ». In ICIS 2011 Proceedings, 18. http://aisel.aisnet.org/icis2011/proceedings/humanbehavior/3.
  25. Vena, Marcello. 2014. « The Lost Tail: The Myth of Book Publishing’s Long Tail ». Digital Book World. juin 23. http://www.digitalbookworld.com/2014/the-lost-tail-the-myth-of-book-publishings-long-tail/.
  26. ———. 2015. « Revisiting the Long Tail Theory as Applied to Ebooks ». Publishing Perspectives, janvier 8. http://publishingperspectives.com/2015/01/revisiting-long-tail-theory-applied-ebooks/.
  27. Zhong, Nan, et Florian Michahelles. 2013. « Google Play Is Not a Long Tail Market: An Empirical Analysis of App Adoption on the Google Play App Market ». In , 499. ACM Press. doi:10.1145/2480362.2480460.

 

  1. L’article initial d’Anderson a été traduit en français par InternetActu. Cf. Anderson, Chris. 2005. « La Longue Traîne ». InternetActu.net, avril 12. http://www.internetactu.net. []
  2. Anderson 2012, page 199 []
  3. Elberse, Anita. 2008. A Taste for Obscurity: An Individual-Level Examination of « Long Tail » Consumption. Boston: Harvard Business School. []
  4. McPhee, William N. 1963. Formal Theories of Mass Behavior. First Edition edition. Free Press. []
  5. Elberse, Anita. 2008. A Taste for Obscurity: An Individual-Level Examination of « Long Tail » Consumption. Boston: Harvard Business School, p.28 []
  6. En réalité, la technologie P2P n’est pas intrinsèquement illégale. Il y a beaucoup d’acteurs qui utilisent le P2P pour diffuser à moindre coût des contenus légaux. Pour ne donner qu’un exemple, la distribution Linux Ubuntu est distribué en BitTorrent : https://www.ubuntu.com/download/alternative-downloads []
  7. Elberse, Anita. 2013. Blockbusters: Hit-Making, Risk-Taking, and the Big Business of Entertainment. 1st Edition, 1st Printing edition. New York: Henry Holt and Co. []
  8. https://scinfolex.com/2014/03/08/le-contrecoup-le-plus-negatif-de-la-guerre-au-partage-et-son-veritable-objectif/ []
  9. Sontag, Benjamin. « Communautés privées : Légalisez les partages hors marché ! – Benjamin Sonntag Blog », 23 août 2012. http://benjamin.sonntag.fr/Communautes-privees-Legalisez-les-partages-hors-marche. []
  10. Sontag, Benjamin. « Communautés privées : Légalisez les partages hors marché ! – Benjamin Sonntag Blog », 23 août 2012. http://benjamin.sonntag.fr/Communautes-privees-Legalisez-les-partages-hors-marche. []
  11. Anderson, Chris. La Longue Traîne : Quand vendre moins, c’est vendre plus. Paris: Flammarion, 2012, pp.101-116 []
  12. p.111-112 []
  13. Lam, Shyong (Tony) K., et John Riedl. « Is Wikipedia Growing a Longer Tail? » In Proceedings of the ACM 2009 International Conference on Supporting Group Work, 105–114. GROUP ’09. New York, NY, USA: ACM, 2009. doi:10.1145/1531674.1531690 []
  14. p.3 []
  15. Critères d’admissibilité des articles : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Crit%C3%A8res_d%27admissibilit%C3%A9_des_articles []
  16. p.118 []
  17. Schiffrin, André. 1999. L’édition sans éditeurs. Paris: La fabrique éditions. Schiffrin, André. 2005. Le contrôle de la parole : l’édition sans éditeurs, suite. Paris: La Fabrique. Discepolo, Thierry. La trahison des éditeurs. Marseille: Agone, 2011. []
  18. Merci à Hubert Guillaud d’avoir déniché ce « white paper » et de l’avoir chroniqué dans La feuille. Guillaud, Hubert. 2014. « Pourquoi la longue traîne ne marche pas ? » La Feuille. juin 14. http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2014/06/24/pourquoi-la-longue-traine-ne-marche-pas/. []
  19. Vena, Marcello. 2014. « The Lost Tail: The Myth of Book Publishing’s Long Tail ». Digital Book World. juin 23. http://www.digitalbookworld.com/2014/the-lost-tail-the-myth-of-book-publishings-long-tail/. page 3 []
  20. Vena, Marcello. 2015. « Revisiting the Long Tail Theory as Applied to Ebooks ». Publishing Perspectives, janvier 8. http://publishingperspectives.com/2015/01/revisiting-long-tail-theory-applied-ebooks/. []
  21. Mc Kenzie, Kate. « What is the Long Tail of Publishing? – Publishing Trendsetter ». Publishing Trendsetter. News and dialogue for the next generation of publishers, 10 avril 2013. http://publishingtrendsetter.com/industryinsight/long-tail-publishing/ []
  22. Pour une chronologie plus complète, voir http://cleo.openedition.org/presentation/dates []
  23. Je profite de ce bref passage historique pour remercier François Lermigeaux, qui a eu l’idée du nom d’Hypothèses, lors d’une discussion autour d’un repas et d’un ballon de rouge, en banlieue parisienne, et Pierre Mounier, qui a eu l’idée d’OpenEdition.org, lors d’un été passé à préparer une candidature à un appel à projets dit d’excellence []
  24. Elberse, 2008p.12 []
  25. Vena, 2014 []

Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016). He is scientific advisor for open science to the director-general of research and innovation at the Ministry for Research (France).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016). He is scientific advisor for open science to the director-general of research and innovation at the Ministry for Research (France).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. dbourrion dit :

    Bonsoir. Question idiote mais je me demandais quelle était la part (le biais) introduit par les moteurs de recherche (entendre, Google) et ses algos dans la « création » des « blockbusters » ; ou, si on retourne la question, en quoi la plus ou moins bonne indexation (et donc le travail mené en amont pour faciliter cette indexation) peut expliquer une partie des succès.
    Cette question me vient en lisant les lignes sur Géocarrefour. Après tout, le lecteur, quel qu’il soit, n’arrive pas « par hasard » sur un article et, j’allais dire, surtout s’il n’est pas un lecteur académique (on peut postuler que ce dernier arrivera plutôt par une bibliographie — quoi, des académiques utilisent Google ??? 😉 )

  2. Eric Verdeil dit :

    Bravo Marin pour ce très beau billet, en attendant avec intérêt la suite. Deux petites remarques à 50 centimes:
    – à Géocarrefour, depuis que la revue est en ligne, c’est pratiquement toujours le même article qui bénéficie du plus de vue, et le « palmarès » des 10 principales pages vues reste très homogène. Ainsi, il me semble qu’il y a un phénomène de « blockbuster » local. Ce qui est surprenant, c’est que le texte en question (http://geocarrefour.revues.org/980) n’est pas particulièrement cité dans la littérature scientifique (62 citations quand même dans Google Scholar, enfin rien de bouleversant), ce qui suggère qu’il est lu par d’autres lecteurs que des « scientifiques ».
    – même si je te remercie de citer précisément le travail d’Anderson sur la longue traine, je me demande si l’idée de ce dernier n’est pas à décomposer en deux morceaux. Le premier morceau une hypothèse sur la viabilité économique de la bibliodiversité permise par le web : autrement dit, passer de 20% du CA à 25% ou plus pour les 80% du cout de la traine. Mais l’autre morceau de l’hypothèse c’est justement cette bien plus grande bibliodiversité. Mais le rapport 20/80% capture assez mal cette bibliodiversité ajoutée par le web. Tu le dis bien sûr en parlant des 25% qui n’aurait pas été diffusé sans le web (les indisponibles et les nouveaux qui n’auraient pas trouvé d’existence physique). Mais en passant de 0% de « parts de marché » à ne serait ce que 1%, cette bibliodiversité ajoutée bénéficie d’un bon de visibilité et de consultation qui explose.
    C’est pourquoi effectivement les exemples de wikipédia et de OpenEdition et plus largement l’édition scientifique illustrent bien tout la portée véritable de la langue traine, qui réside dans cette deuxième hypothèse, et non dans un chiffrage plus ou moins déprimé par rapport à la situation antérieure du marché. Ce qui est important, ce sont tous les nouveaux usages. De ce point de vue, je m’interroge vraiment sur la validité de la métaphore de la vente des 1 M de hamburgers. Car le « marché des lecteurs » n’est pas stable mais n’a cessé de s’étendre et il n’a sans doute pas fini même si, dans le long terme, il stagnera sans doute.

    • Marin Dacos dit :

      Merci pour ce retour!
      Je réponds sur les points dans l’ordre :
      – intéressant : je vais regarder. Je ne sais pas si on pourra parler de blockbuster, même local, dans notre domaine, car cela aplatirait toute la grille de lecture. Il faut laisser ce terme à Montaillou ou au livre de Piketty. Mais, en effet, il y a des visibilités nouvelles, à analyser et à comprendre. L’écart potentiel entre la notoriété scientifique et le lectorat plus général m’intéresse beaucoup, par ailleurs, même si les mesures de type Google scholar posent des problèmes de méthode, et même si on aura sans doute du mal à distinguer, même sur la base d’étude de cas très fines, entre le lectorat scientifique et non-scientifique.
      – il me semble qu’Anderson a surtout une lecture économique, mais ce qui est puissant dans la proposition, c’est bien de s’intéresser à l’impact culturel. Et le troisième morceau de la traîne, qu’on pourrait provisoirement appeler « Longue traîne de la longue traîne », est en effet sur Wikipédia et en SHS non pas un petit supplément, c’est l’émergence d’un continent documentaire entier. Il faut donc traiter l’émergence de ce continent en tant que telle, et ce sera l’objet d’un billet dédié 🙂
      Enfin, la métaphore des hamburgers est une provocation dans le texte, je vois qu’elle fonctionne 🙂 Et, oui, si l’attention est relativement fixée, l’émergence du continent documentaire ou éditorial change tellement le bassin de lectorat qu’on ne parle plus du tout de la même chose. C’est la raison pour laquelle j’accorderai un billet à ces questions d’économie de l’attention, qui sont traitées trop rapidement dans les exemples cités.
      Cela fait donc un commentaire qui promet deux billets. Est-ce bien raisonnable? Bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *