Qui finance les revues en Sciences humaines et sociales ?

J’ai le plaisir et l’honneur de co-piloter, avec Dominique Roux, le segment « édition électronique » (« BSN7 ») de la Bibliothèque scientifique numérique. Cet organe de coordination des efforts publics dans le domaine de l’information scientifique et technique (expression assez triste pour une belle mission) mène, depuis plusieurs années, d’importants travaux sur les questions numériques, à travers les sujets majeurs que sont -notamment- l’accès ouvert, la formation, la numérisation, l’édition… Le groupe 7 a commencé par proposer un ensemble de bonnes pratiques en édition électronique, refusant notamment la diffusion des livres en streaming (qui interdit notamment le copier/coller et l’impression) ou en dénonçant les DRM (ces verrous numériques qui vérifient, à chaque ouverture d’un livre, que vous avez bien acquis le droit de le lire, et qui rendent le livre illisible s’il y a un doute…), etc.

Nous avons poursuivi nos travaux en menant une enquête sur les coûts éditoriaux des revues en SHS (nous ne sommes pas entrés dans le calcul du coût scientifique, bien plus élevé). Nous avons auditionné des dizaines de revues, puis lancé une enquête en ligne ouverte à tous. Les conclusions de l’enquête sont très claires. Elles ont été rendues publiques sur le site de la BSN : http://www.bibliothequescientifiquenumerique.fr/publication-de-letude-sur-la-structuration-des-couts-de-publication-pour-les-revues-francaises-en-shs/, ont fait l’objet d’une communication orale (support en anglais) lors de la rencontre mondiale des humanités numériques, à Sydney,  et d’une publication dans une revue à comité de lecture en accès ouvert, la Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication (RFSIC). Cette publication précise la méthode de l’enquête et l’essentiel de ses résultats.

Dans le domaine des revues de recherche (à ne pas confondre avec les revues culturelles ou avec les revues professionnelles, auxquelles les chercheurs peuvent contribuer par ailleurs), les principaux enseignements de l’étude sont les suivants.

  • l’analyse des coûts n’est pas un prisme habituel pour la plupart des acteurs publics impliqués dans la production de revues. Il est cependant important de s’y intéresser pour instruire le pilotage des politiques publiques en matière d’édition scientifique, d’une part, et structurer les rapports avec les éditeurs commerciaux, d’autre part.
  • tous les contenus scientifiques des articles de revues sont produits et expertisés par des chercheurs. Ceux-ci, dans leur écrasante majorité, sont payés par la puissance publique (il y a cependant une partie de chercheurs exerçant ce type d’activité sans être salariés) ;
  • dans 9 cas sur 10, l’ensemble du travail éditorial de production d’une revue en SHS (travail sur le texte, depuis l’appel à contribution jusqu’au bon à composer, et dans près de 6 cas sur 10 jusqu’au bon à tirer) est assuré par la puissance publique au sein des institutions et des unités de recherche producteurs de revues. L’éditeur privé prend en charge, le plus souvent, l’impression, la diffusion et la distribution et en tire un revenu commercial pas toujours partagé avec l’institution publique ;
  • la partie la plus importante du coût éditorial d’un article publié dans une revue SHS française est bien celui du salaire du travail de secrétariat de rédaction ;
  • la part des coûts nécessaires à l’impression, la diffusion et la distribution n’est pas prédominante par rapport aux coûts éditoriaux du salaire du secrétariat de rédaction dans le cas des revues SHS ;
  • le rôle de l’éditeur privé en SHS recouvre le plus souvent des prestations d’impression, de diffusion et de distribution. Il ne s’agit pas de minorer l’utilité ni l’efficacité de ces fonctions. En revanche, nous savons désormais que le coût massif de la production se situe en amont du processus, et que ce coût, trop souvent caché ou ignoré, montre que l’État investit fortement dans la publication des revues. Par ailleurs ce coût est augmenté depuis l’émergence de la production et de la diffusion numériques. Cet investissement doit être reconnu et rendu visible et la puissance publique doit pouvoir le valoriser

Une dépêche AEF vient de faire état de cette étude. Ce qui est frustrant, avec l’AEF, c’est que très peu de collègues y ont accès, le financement de cette agence s’appuyant sur des abonnements et donc sur l’accès restreint. En gros, pour avoir accès à une dépêche AEF, il faut écrire au Président de son université (on a vu plus pratique).  Je me limite donc à partager une capture d’écran de la première page de la dépêche.

Dépêche AEF sur l'enquête BSN

Dépêche AEF sur l’enquête BSN

 

Cite this article as: Marin Dacos, "Qui finance les revues en Sciences humaines et sociales ?," in Blogo-numericus, 18/11/2015, http://bn.hypotheses.org/11684.

 


Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    Je réponds à Jean-Louis Soubret comme à François Gèze, que je remercie pour leurs commentaires :
    – oui, on peut mieux faire, et effectivement, les contributions de chacun sont utiles, quelles que soient leurs faiblesses. Il ne me semble pas utile de se dénoncer mutuellement.
    – oui, le plus important est l’écosystème des revues, les plateformes n’étant qu’un vecteur de diffusion.
    – oui, il y a des revues en dehors de Revues.org et de Cairn.info, et je rappelle sans cesse ce point à mes interlocuteurs au Ministère de la recherche.
    Il me semble que le débat peut être ouvert et qu’il doit être centré sur l’intérêt public et du public. La diversité et la bibliodiversité doivent être au coeur de nos préoccupations.
    Bien cordialement,

  2. Chers tous,

    Merci de donner l’occasion à qui le souhaite de réagir à vos échanges.

    UN CONSTAT PARTAGÉ : LE RÔLE DE LA PUISSANCE PUBLIQUE EST CENTRAL
    « […] l’État investit fortement dans la publication des revues. Par ailleurs ce coût est augmenté depuis l’émergence de la production et de la diffusion numériques. Cet investissement doit être reconnu et rendu visible et la puissance publique doit pouvoir le valoriser. »

    POURQUOI : VALORISER OU INSTRUIRE ?
    Quand on parle de valoriser, il faut s’interroger sur ce qu’est la « valeur » ? Pour Le Robert, c’est la « ÉCON. Qualité (d’un bien, d’un service) fondée sur son utilité (valeur d’usage), sur le rapport de l’offre à la demande (valeur d’échange), sur la quantité de facteurs nécessaires à sa production (valeur travail). » Marin Dacos écrit que « l’analyse des coûts n’est pas un prisme habituel pour la plupart des acteurs publics impliqués dans la production de revues. » Le travail de BSN 7, comme l’étude IDATE/Cairn citée par François Gèze, fournit des éléments intéressants pour évaluer les coûts de publication des revues, c’est-à-dire leur valeur travail. Cette démarche est nécessaire et nous aurions tous intérêt à la saluer en tant qu’acteurs économiques et aussi, individuellement, comme citoyens et contribuables. Cette démarche nécessaire est-elle suffisante ? Les acteurs publics, les privés aussi me semble-t-il, qui ont pour mission de valoriser la recherche en la publiant doivent s’intéresser, en plus des coûts, aux valeurs d’échange et encore plus d’usage. Sur ce dernier point, le rapport de l’Institut des Politiques Publiques de juillet 2015 intitulé Les revues de sciences humaines et sociales en France: libre accès et audience, de Maya Bacache-Beauvallet, Françoise Benhamou et Marc Bourreau fournit des éléments partiels (il ne s’intéresse qu’aux données de Cairn.info et Revues.org) et est orienté vers l’Open Access.
    Par ailleurs, le premier point des enseignements de l’étude BSN7 m’inquiète : « instruire le pilotage des politiques publiques en matière d’édition scientifique ». Il mériterait d’être précisé. En effet, qu’ont donc fait les éditeurs francophone de revues scientifique en SHS de si terrible que leur dossier doive être instruit ? En lisant le texte de Marin Dacos une première fois, il m’a paru référer au sens juridique « DR. Mettre (une cause) en état d’être jugée, procéder à l’instruction de », et en le lisant une seconde, il m’a semblé pouvoir faire allusion au sens littéraire du Robert « LITTÉR. Mettre en possession de connaissances nouvelles ».

    POUR QUI : L’ÉDITEUR PRIVÉ, CAIRN.INFO, REVUES.ORG ?
    Le débat est polarisé autour de Cairn.info et de Revues.org et on ne parle pas (ou trop peu) des auteurs dans cette controverse. En tant qu’éditeur indépendant et dont les revues ne sont présentes ni sur l’une de ces deux plateformes, ni sur l’autre, les Éditions NecPlus que je représente ne peuvent plus ne pas prendre la parole. Mais surtout, nous souhaiterions entendre les voix de ceux au service desquels nous oeuvrons, à savoir les auteurs et les lecteurs de revues dans leur pluralité.
    Dans les revues scientifiques, le bon usage est que les auteurs déclarent d’éventuels conflits d’intérêts. Ce bon usage est respecté par Cairn qui a missionné l’IDATE et par Revues.org qui est un participant important de BSN7. Il n’en reste pas moins que les points de vue exprimés dans deux études engagées, et cela n’amoindrit en rien les qualités de l’une et de l’autre, ne sauraient engager l’ensemble des acteurs de l’édition scientifique francophone ou les obliger à se positionner pour l’un et contre l’autre, et ce quel que soit leur statut (public ou privé). C’est cette « troisième voie » ou plutôt cet appel à sortir d’une vision binaire pour ouvrir à une pluralité d’opinions que je souhaite exprimer ici afin de susciter les réactions et prises de position et d’enrichir les débats afin, notamment, d’éclairer plutôt que d’instruire « le pilotage des politiques publiques en matière d’édition scientifique » dont chacun s’accorde à reconnaître qu’il est central.

    Bien cordialement.
    Jean-Louis Soubret

  3. François Gèze dit :

    Cher Marin,
    Je ne pense sincèrement pas que l’étude BSN 7 sur les coûts de publication des revues de recherche française de SHS permette d’affirmer que « dans 9 cas sur 10, l’ensemble du travail éditorial de production d’une revue en SHS (travail sur le texte, depuis l’appel à contribution jusqu’au bon à composer, et dans près de 6 cas sur 10 jusqu’au bon à tirer) est assuré par la puissance publique au sein des institutions et des unités de recherche producteurs de revues ». C’est certainement vrai de l’échantillon retenu par les auteures de l’étude, échantillon de 50 revues dont 9 seulement recourent aux services d’éditeurs privés.
    Mais le problèmes est que cet échantillon n’est absolument pas représentatif de la diversité des acteurs qui participent à la publication des revues SHS. Ainsi, sur les 403 revues de recherche en SHS présentes sur Cairn.info, 232 sont publiées par des éditeurs (dont la plupart des revues les plus largement diffusées) ; et pour la majorité de ces revues, c’est bien l’éditeur privé qui prend en charge les coûts du secrétariat de rédaction. Ce que montre clairement les comptes de résultats agrégés fournis par les plus importants éditeurs privés de SHS présents sur Cairn.info pour l’étude IDATE/Cairn :
    http://www.openaccess-shs.info/lopen-access-et-les-revues-shs-de-langue-francaise/
    Il est vraiment très dommage que BSN 7 n’ai pas jugé utile, pour définir la méthodologie de cette étude, de constituer un comité de pilotage incluant les éditeurs privés : cela aurait permis de constituer un échantillon vraiment représentatif de la diversité des acteurs intervenant dans la publication des quelque 800 revues de recherche SHS significatives. Et cela aurait conduit, j’en suis absolument certain, à des conclusions bien différentes de celles de l’étude actuelle, qui laisse clairement entendre que les éditeurs privés ne jouent qu’un rôle mineur, voire parasitaire, dans l’écosystème concerné. Et qu’on peut donc très facilement s’en passer. Tel n’est certainement pas l’avis des secrétariats de rédaction des revues présentes sur Cairn.info par le truchement de leur éditeur privé.
    Mais peut-être n’est-il pas trop tard pour bien faire ?
    Bien cordialement.
    François Gèze (président de Cairn.info)

    • Marin Dacos dit :

      Bonjour,
      Il n’y avait pas besoin d’un comité de pilotage particulièrement autorisé pour permettre aux revues de répondre à une enquête en ligne, qui a été largement diffusée. Par exemple : https://groupes.renater.fr/sympa/arc/revues_shs/2014-10/msg00000.html L’échantillon s’est constitué tout seul, sur la base des réponses collectées en ligne.
      Bien cordialement,
      Marin Dacos (Directeur d’OpenEdition)

      • François Gèze dit :

        Certes. Mais dans toute recherche de ce genre, le B.A.BA méthodologique, me semble-t-il, est que si la méthode initialement choisie pour constituer l’échantillon aboutit à un échantillon absolument pas représentatif de la population étudiée – ce qui était évident dans le cas de cette étude -, alors il faut reconsidérer cette méthode et se donner les moyens de réaliser un échantillon véritablement représentatif, ce qui n’était pas du tout difficile en l’espèce. Mais bon… Nous n’avons sans doute pas les mêmes conceptions de ce que doit être une étude scientifique.
        Bien cordialement.
        François Gèze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *