Le nouvel OAISTER

Le paysage des moteurs de recherche scientifiques souffre de la domination d’outils généralistes (Google) et spécialisés (Google scholar, Scirus). Leur force de frappe est énorme, bien que leurs méthodes restent opaques, centrées sur la langue anglaise et sur les sciences dures. Les moteurs de recherche scientifiques qui listent clairement l’ensemble des sources indexées, et qui s’appuient sur le protocole OAI exclusivement n’ont pas les moyens de leurs concurrents pour se faire connaître. Le plus important d’entre eux, OAISTER, produit par l’Université du Michigan, a longtemps souffert d’une interface désuète et, pour tout dire, pas très sérieuse. Difficile, dans ces conditions, de démontrer la pertinence d’une démarche pourtant précieuse. Il s’agit en effet rien de moins que de confirmer la validité de la démarche des archives ouvertes, d’une part, et du protocole OAI, d’autre part, comme moyen de faire émerger une véritable dynamique de libre accès à la littérature scientifique dans le monde.

Alors que le moteur OAISTER atteint les dix millions d’enregistrements, puisés dans 730 dépôts OAI différents, il se dote d’une nouvelle interface, plus sérieuse et plus ergonomique. On ne peut que féliciter les concepteurs de cet instrument, qui devrait vite devenir incontournable pour les étudiants et les chercheurs.

L’ancienne interface d’OAISTER


La nouvelle interface d’OAISTER


Le nouvel OAISTER


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *