Chère Hadopi…. (ou comment aider la France à conserver son triple A en réduisant facilement sa dette de 80 000 euros)

Chère Hadopi,

je viens d’apprendre que tu cherchais à « identifier et analyser en profondeur les freins et les leviers de la consommation licite de biens culturels en ligne » et que, pour ce faire, tu étais prête à débourser jusqu’à 80 000 euros. Franchement, très chère Hadopi, est-ce bien sérieux ? Au moment où les marchés financiers font régner la terreur sur les Etats les plus puissants, est-ce bien sérieux, je te le demande, de contribuer à  mettre ainsi en péril notre triple A en jetant par les fenêtres autant d’argent pour répondre à une question aussi simple ?

Mam'zelle Hadopi, consommatrice de produits culturels licites

Mam'zelle Hadopi, consommatrice de produits culturels licites

Car enfin, est-il vraiment besoin de déployer tout un appareillage compliqué d’enquête « qualitative » et « quantitative » pour découvrir ce que tout internaute français sait depuis longtemps. Ces « freins » de la « consommation licite de biens culturels en ligne », tu ne les connais vraiment pas ? Tu ne vois vraiment vraiment pas de quoi il peut s’agir ? Non ? Ah bah, c’est extraordinaire ! Allons, comme je suis de bonne humeur, frais et dispo de retour de vacances, je me propose de t’éclairer quelque peu. Si tu veux, je te fais mon petit Lab à moi, pour rien, gratuitement, en dix minutes chrono. Bel exemple d’efficacité, non ?

Alors, pour commencer, je vais cibler mon sujet d’étude sur un domaine (un type de « bien culturel » comme tu dis) auquel je ne connais rien à titre professionnel. Non, je ne vais pas te parler des livres en ligne et autres ebooks, parce que tu pourrais me soupçonner d’adopter un point de vue biaisé. Je te sais très pointilleuse sur le sujet, impartiale et aveugle aux intérêts particuliers comme il sied à la Haute Autorité que tu es. Bravo ! (mais veille quand même à ne pas trop recruter ton équipe dirigeante dans les rangs de l’UMP, cela fait un peu mauvais genre, conseil d’amis). Je vais donc te parler de films, domaine sur lequel je ne suis pas plus compétent que n’importe quel français et dans lequel, je l’avoue, je tente de m’adonner quelquefois à une « consommation licite » comme tu dis (c’est un peu bizarre cette expression soit dit en passant ; le rédacteur de l’appel d’offre ne serait-il pas un ancien des stups par hasard ? ). Or donc, hier soir, j’ai voulu m’adonner à la « consommation licite d’un produit culturel en ligne ». Traduction : télécharger un film sur Internet. Cela m’a pris deux heures, et cette petite expérience in video vaut toutes les études du monde à 80 kilo euros. En voici le compte rendu fidèle, décrit avec tout la rigueur froide, clinique, qui caractérise une vraie expérimentation scientifique.

1. Choix d’un fournisseur de came licite : En France, il n’y en a pas des dizaines : iTunes, Canalplay, TF1 Vidéo, quelques autres, et on a fait à peu près le tour. Bon , trois vendeurs, c’est déjà pas mal, c’est mieux qu’un seul ; il n’y a pas à dire, on est bien dans une économie de marché doté d’une saine concurrence « libre et non faussée » chère aux libéraux, garantie d’une offre diversifiée et proposée à juste prix. Heu… en fait, cela ne fonctionne pas tout à fait comme cela, car il suffit de  consulter chacune des trois boutiques virtuelles pour se rendre compte qu’en fait, ce sont exactement les mêmes catalogues qui y sont proposés. Regardez les nouveautés ! Les mêmes films sortent exactement au même moment, avec, il faut bien le reconnaître, un petit jeu de différenciation sur les prix. Oui, d’accord, mais quand même, cela ne fait pas beaucoup de choix. Donc, premier point : l’offre est uniforme et non diversifiée. Qu’il y ait une, cinq ou dix plateformes, cela revient au même : on nous propose les mêmes produits au même moment.

Canalplay, malin comme un singe

Canalplay, malin comme un singe

2. Choix de la dope licite : ayant récemment vu la très impressionnante bande-annonce de Planète des Singes : les origines, et mes amis sur Facebook m’en ayant dit du bien, mon regard est attiré, sur le site de Canalplay, par une annonce pour La Planète des Singes. Super ! Je vais pouvoir me faire un bon blockbuster histoire de me détendre (car pour être un scientifique rigoureux au service d’Hadopi et de la science, on n’en est pas moins homme). Ah oui, mais non, en fait, il s’agit du film de 1968 avec Charlton Heston. Ce n’est pas que le film est mauvais, mais comment dire… je l’ai déjà vu (et revu même, et re-revu pour tout dire). Ne me décourageant pas, je bascule sur iTunes qui me parle lui aussi de la Planète des Singes, et du plus récent cette fois-ci ! Merveilleux, j’y vais, je clique, je suis prêt à faire chauffer la carte bleue….ah oui mais non, il s’agit des bonus cette fois-ci et non du film. Heu… je m’en fiche un peu, moi des bonus, c’est plutôt le film que je veux voir.

Bon, j’ai compris, on ne veut pas que je vois le film tranquillement installé devant mon ordi en sirotant mon coca. On veut m’envoyer au cinéma. Ok, message reçu, j’irai donc le voir au ci-né-ma. Pas de problème, je comprends (je suis même très compréhensif comme gars, vu que je sors d’un projection du dernier Harry Potter avec mes 3 enfants ce qui m’est revenu un peu plus cher qu’un location de film en vod, c’est le moins qu’on puisse dire). Soit, mais pour ce soir, qu’est de que je vais bien pouvoir regarder ? Alors, on me propose, toujours dans les nouveautés : Numéro quatre (hum), Rango (hum hum), Le Mytho (houla) et Titeuf le film…..Donc deuxième point : l’offre, non seulement elle n’est pas diversifiée, mais en plus, au niveau de la qualité, heu, comment dire….

3. Choix de la variété de chnouf licite : Je suis un chevalier de la Science, ne l’oublions pas, prêt à griller mes quelques neurones dans la quête de la Vérité que j’entreprends pour toi, ma chère Hadopi (et j’espère que tu m’en sais gré). J’enclenche donc la vitesse supérieure et choisis donc un nanar de belle facture : Space Battleship qui m’excite assez, je dois l’avouer, par son côté un peu pervers: un film de SF japonais présenté comme le chef d’oeuvre du créateur d’Albator, c’est sûr, ça fait saliver. Par ailleurs, j’ai de la chance, il est annoncé comme disponible en VF ET en VOST, ce qui en fait une quasi-exception. Car bizarrement, nombre de films proposées sur les plateformes « licites », ne le sont qu’en version doublée, en VF donc. Or moi, la VF, j’ai quand même du mal ; ça me rappelle trop la télé de mon enfance, quand j’écoutais Starky (ou Hutch ?) débiter ses blagues à deux balles avec une voix de canard en désynchronisation avec le mouvement des lèvres. Alors bon, des nanars d’accord, mais sans les voix de canards si possible !C’est un truc qui m’étonne d’ailleurs, pourquoi diable les plateformes de vod ne proposent-elles pas systématiquement les versions originales puisqu’elles existent ?  Je ne sais pas moi, peut-être qu’ils fabriquent les fichiers numériques à partir de cassettes VHS (d’où Charlton Heston) ? Il y a en tout cas là un mystère à résoudre, qui résiste à la science jusqu’à présent.

En tout cas, ce soir, j’avais de la chance car Space Battleship était proposé en VO sous-titré. Cette fois, c’est bon, je le tiens mon sujet d’expérimentation ! J’achète ! Comme ce n’est pas la première fois que je me livre à ce genre d’opération et que je suis un consommateur licite expérimenté, je passe brillamment toutes les étapes techniques de mon achat en ligne et me débrouille comme un chef de toutes les petites tracasseries qu’engendre inévitablement la lecture d’un fichier DRMisé

Banzai sur le consommateur !

Banzai sur le consommateur !

jusqu’à la gueule (il faut absolument avoir le logiciel truc avec la version machin, ouvrir le firewall Windows pour permettre au lecteur de se connecter au serveur qui délivre la licence, relancer le bouzin trois fois en se frottant le nez de la main gauche, etc.) et lance le film…en japonais. Oui, me diras-tu, en japonais, c’est normal, tu as demandé la VOST. Certes, j’ai demandé la VOST, te réponds-je, et la VO, je l’ai bien eue, mais de ST point !! Aucun sous-titre, rien ! contrairement à ce qui était promis ! Pauvre de moi qui ne parle pas le japonais couramment (et c’est une faute, je le sais bien), me voilà désormais condamné à regarder un nanar de SF japonais doublé en français avec des voix de canards ! Arrrrgghhhhh !!! Remboursez ! (ah ben non c’est pas prévu) Donc troisième point : les distributeurs de films mettent absolument n’importe quoi sur les plateformes car c’est bien assez bon pour le cochon de consommateur.

Voilà, chère Hadopi, tu l’as désormais ton « analyse approfondie » des freins à la consommation licite de produits culturels. Tu vois, ce n’est pas si compliqué, il suffit d’en faire simplement l’expérience et tout s’éclaire ! Et puis, comme tu me fais un peu pitié quand même, avec toute ton artillerie lourde pour attraper les mouches, je vais même te dire un secret, bien gardé, mais, chut, tu ne devras le dire à personne. Tu sais, quand je ne travaille pas pour toi et que je veux vraiment me détendre en regardant un bon film, et bien….comment dire…. je passe un peu du côté obscur de la force. Quand je veux vraiment regarder un bon film, récent, avec un fichier de bonne qualité dans la version linguistique de mon choix, avec ou sans les sous-titres que je veux, et bien je creuse mon petit tunnel pour échapper aux radars que tu as posés sur les autoroutes de l’information, et puis je télécharge très simplement mon film, que je peux visionner sans aucun problème. En fait, le service de l’autre côté de mon tunnel est tellement bon que j’aimerais bien payer pour cela car, comme tu le sais, « tout travail mérite salaire » et je suis absolument d’accord avec ce vieux précepte. Mais voilà, de l’autre côté du tunnel, personne ne veut de mon argent, personne ne me demande de payer. C’est dommage non ? Tu ne trouves pas que le monde est mal fait, ma chère Hadopi ? Tes 80 000 euros là, que tu t’apprête à donner à n’importe qui pour inventer l’eau chaude, tu ne pourrais pas les utiliser un peu plus intelligemment ?

Allez, bisous,

Piotrr /-)


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Matias dit :

    Bonjour,

    Très bon article suivi d’un débat qui va me permettre de pousser ma réflexion sur le sujet. Effectivement dans le cadre de la fin d’année universitaire je réalise un mémoire. Au passage, je souhaite vous laisser le lien d’un enquête sur le sujet épineux d’Hadopi et de la consommation de biens culturels : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?hl=fr&formkey=dEM5OXFvSm81cUtMMnF5aWtKZ0l6Rnc6MQ#gid=0

    Vous remerciant par avance,
    Cordialement

  2. Shadows dit :

    Une expérience qui résume malheureusement le quotidien de l’internaute français, quotidien qui a peu évolué ces dernières années… je dirais même qu’il a stagné grave puisque j’ai fait le même constat en 2010. On se demande d’ailleurs bien pourquoi l’offre est si pauvre. Je me suis dit au début que c’était parce que les businessmen de notre pays étaient des incompétents… Avec tout le blé qu’ils pourraient faire en diversifiant les offres (comme aux Us ) et en offrant du neuf, je trouvais difficilement compréhensible qu’ils n’évoluent pas. Aujourd’hui, au regard de leur marasme permanent, j’en conclus que celui ci est voulu. Gagner du blé sur des produits imposés au consommateur qui n’a donc pas de choix en ligne et qui devra , à défaut,se tourner vers son ciné (s’il en a un près de chez lui) doit surement être une manne de pognon qu’ils ne veulent pas laisser échapper. le beurre, l’argent du beurre et les attributs de la crémière. M’étonne pas que notre économie fout le camp…..

  3. Torii dit :

    Excellente analyse qui mériterait de remonter dans les plus hautes instances ! Rien à ajouter si ce n’est également un aspect plus social .. les enfants de nos jours ne comprennent pas qu’on doit payer ce qu’on écoute. En effet, il suffit de se connecter, un ami envoi un lien, hop clic 1 min après le mp3 est sur le disque dur et en lecture dans le player. Ils grandissent avec cette vision de la culture, une vision immatérielle et immédiate (tout le contraire du support CD pour lequel on doit se déplacer et bien matériel). Il faut donc que les artistes (sous entendu les maisons de disques tout ça) s’habituent à cette nouvelle vision des choses OU BIEN qu’on supprime internet. Pas la peine d’avoir fait polytechnique pour se rendre compte que les ayant-droit doivent se bouger les fesses 😀

  4. souleater dit :

    Excellent! Brillante démonstration du foutage de gueule de hadopi. On a pas parlé non plus du coût de la place de ciné, ni des daubes proposées…

  5. Benoît dit :

    Parfois je me demande si je n’ai pas passé plus de temps à chercher un film sur les plates-formes de VOD, qu’à regarder des films en VOD. C’est certain même tant l’offre est en effet indigente.
    Par exemple y qu’à regarder les offres en matière de western :
    http://www.voirunfilm.com/film/vod/Western-2-18.html
    Non seulement le volume est faible mais comme vous le remarquez la qualité n’est pas là non plus avec une bonne proportion de navets avec John Wayne et de western spaghetti pas très appétissants.
    Et bien sûr il manque l’essentiel des références du genre.
    Si vous êtes amateur de films japonais ou italiens, de films des années trente, de films…, hé bien on est content pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *