L’open archives initiative (octobre 2005)


Le mouvement des archives ouvertes est décisif pour la diffusion des résultats de la recherche scientifique. Sa réussite est possible car elle fait converger une volonté des chercheurs et des institutions. Ce mouvement est en train de toucher les sciences humaines et sociales françaises, avec l’ouverture d’HALSHS. Il reste cependant encore peu connu, malgré les prises de position officielles de grands organismes de recherche internationaux (voir la déclaration de Berlin), CNRS en tête.

Dans la francophonie et en sciences humaines et sociales, voici les dépôts ouverts au public et que j’ai pu identifier et moissonner sans problème. Le total est de 55000 enregistrements.

- Bibliothèque nationale de France (28371 enregistrements)

- Persée (12262 enregistrements)

- Revues.org (10005 enregistrements)

- Hal SHS (2061 enregistrements)

- ArchiveSIC (619 enregistrements)

- Universite Lyon 2 – Cybertheses (542 enregistrements)

- Jean Nicod (434 enregistrements)

- Ecole nationale des chartes (253 enregistrements)

- ENS LSH (103 enregistrements)

- MémSIC : Mémoires en Sciences de l’Information et de la Communication (56 enregistrements)

- Université de Reims (49 enregistrements, dont une partie ne relèvent pas des SHS)

- Dépôt archives ouvertes de Lyon 2 (38 enregistrements)

- Université Paris X (14 enregistrements)

Quelques remarques :

- Le dépôt de la BNF est en fait celui de Gallica. La modernisation de Gallica est donc en route et c’est une excellente nouvelle. L’insertion de notre Bibliothèque nationale dans le paysage des archives ouvertes est un événement décisif.

- On notera le record détenu par l’Institut Jean Nicod (pour un dépôt de laboratoire) dont la politique est claire et établie, et qui parvient à remplir son dépôt de façon très efficace.

- L’absence d’Erudit est étonnante.

- Les projets naissants que sont Cairn et le CENS suivront probablement.

En conclusion, le total d’enregistrements est encourageant. La plupart des dépôts signalés dans cette liste prévoient une croissance très importante à court ou moyen terme. En particulier, HAL SHS et Persée semblent promis à un bel avenir. Cependant, il ne faudrait pas se méprendre sur le classement que j’ai adopté, car il n’indique pas une hiérarchie : le dépôt de Gallica n’a pas plus d’importance scientifique ou stratégique que celui de l’ENS LSH ou de l’Ecole nationale des chartes. Le principe intrinsèque de l’OAI est l’interopérabilité, c’est-à-dire que les rivières vont aux fleuves et que les fleuves vont à la mer. Il est sain qu’une grande archive nationale assure la sécurité et la stabilité des dépôts personnels de chercheurs (HALSHS), mais il est également heureux que des initiatives telles que ArchiveSIC et MémSic (portées, d’ailleurs, par la même structure que HALSHS, le CCSD), permettent d’identifier clairement des espaces thématiques. C’est à la fois un gain pour le lecteur, qui trouvera plus facilement ce qu’il cherche, et pour l’auteur, qui est incité au dépôt de façon moins anonyme.

Il ne faut pas non plus prendre le nombre d’enregistrements pour argent comptant. En effet, un enregistrement peut être une simple référence bibliographique et un autre peut contenir le texte intégral de l’article. Certains dépôts identifient des pages de « Livres reçus » d’une revue comme enregistrement, au même titre qu’une thèse entière publiée par Cyberthèse. Le travail nécessaire à la mise en ligne et l’intérêt scientifique de chaque document sont extrêmement inégaux. Il est donc prudent de ne pas s’en tenir au seul critère quantitatif, même s’il reste un indicateur intéressant, sur lequel l’observatoire fera des points réguliers.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *