Humanités numériques, l’association

Quelques notes rapides, avant THAT Camp Saint Malo auquel je ne pourrai pas participer concrètement, car je suis en ce moment à Montréal, suite à ma participation au Forum mondial des sciences sociales. J’y mets en place de riches partenariats entre OpenEdition et d’autres acteurs, québecquois, mais aussi mexicains, brésiliens, de Nouvelle-Zélande, sénégalais, etc.

Les sites cités par les carnetiers d'Hypothèses. Image par Elodie Faath.

Les sites cités par les carnetiers d’Hypothèses. Image par Elodie Faath. 

Nous en parlons depuis THAT Camp Paris, 1ère édition, qui fut le premier THAT Camp européen, juste avant Cologne et Londres, de cette association francophone des humanités numériques. Nous n’avons pas la culture de créer des structures et des commissions à la vitesse de l’éclair, contrairement à certains de nos voisins. Cela peut apparaître comme de la lenteur, mais je l’interprète plutôt comme une propension à penser le projet scientifique et politique avant de mettre sur pied l’institution. On sent parfois trop, dans la course institutionnelle qui se joue depuis quelques années autour des Digital humanities, la course aux honneurs et aux postes de pouvoir. Oui, nous avons pris le temps de la réflexion, notamment à travers cinq années de séminaire à Paris (grâce à la très fertile liberté donnée par l’EHESS à ses membres, dans le cadre Pierre Mounier, Aurélien Berra et moi-même) : 2009, 201020112012, 2013.Je propose que la future Association francophone des humanités numériques (AFHN pour les intimes, mais qui pourra porter d’autres noms) se positionne clairement sur un certain nombre de points.

1. Une association englobante d’un point de vue disciplinaire

Il serait détestable de refermer l’association sur une définition historique des humanités. Il faut en ouvrir le spectre très largement, comme le suggérait déjà le Manifeste : « les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. » Il est particulièrement important de ne pas défaire la convergence institutionnelle entre humanités et sciences sociales. Il sera de notre responsabilité d’ouvrir explicitement et fortement l’Association aux disciplines qui font des Digital humanities sans le savoir, et qui ont beaucoup à apporter à notre communauté. Par exemple, il y a trop peu de sociologues et de géographes qui pensent qu’ils appartiennent à notre communauté. Il faut dire qu’ils faisaient des digital humanities bien avant que le terme soit inventé, et n’en ont pas eu besoin pour se doter de méthodes et d’instruments de très haut niveau!

Je voudrais même aller plus loin, en intégrant toutes les branches de l’informatique qui touchent notre secteur, donc en particulier la fouille de textes et la fouille de données. [EDIT: J’ajoute l’ergonomie et le design comme dimension majeure à laquelle s’ouvrir]

2. Une association francophone mais pas anglophobe

J’ai longuement décrit les mécanismes qui favorisent la domination institutionnelle et la sur-visibilité anglo-américaine dans notre champ (« La stratégie du sauna finlandais« ), ce qui n’est pas vraiment spécifique à celui-ci. Pour autant, je persiste à penser que nous devons développer nos compétences en langue anglaise, à l’écrit comme à l’oral, afin de contribuer aux échanges internationaux dans la lingua franca contemporaine, dans le cadre des échanges qui dépassent la francophonie. C’est pour cela qu’il était fou d’organiser un colloque « DH » international avec des salles francophones et des salles anglophones. De même, organiser à Lausanne un DH 2014 ne doit avoir aucun impact sur la langue de travail de cette rencontre, qui devra être l’anglais.

A l’inverse, l’Association organisera ses propres événements, que ce soient des THATCamp ou des colloques plus classiques, dans la langue de l’association, c’est-à-dire le français, celle dans laquelle nous pensons. Ces deux niveaux, la francophonie et le niveau international (de facto anglophone), devront constituer une force. Le français pour penser avec plus d’acuité et construire une identité collective plus forte. L’anglais pour penser avec plus de gens et participer à la grande conversation scientifique, qui n’a que faire des frontières linguistiques.

3. Une association pour l’open source, l’open format, l’open access

Conformément au Manifeste de 2010, l’Association défendra les formats ouverts ainsi que le code ouvert (open source). Elle privilégiera également, autant que faire se peut, l’open access, dans toutes ses dimensions.

Défendant l’open access, l’Association ne pourra pas adhérer à des fédérations qui rendraient obligatoire l’abonnement à une revue qui ne serait pas, elle-même accessible à tous.

4. Finalités

Les Digital humanities, comme l’open access, constituent une opportunité historique offerte aux sciences humaines et sociales de sortir d’une marginalité provoquée par l’utilitarisme économique à court terme des politiques et de nos sociétés. Dès lors que nous serons en open access et que nous aurons saisi les instruments du web pour déployer des écritures plus accessibles et des articulations plus évidentes avec les questions que se pose la société, nous pourrons passer de la place de l’érudit poussiéreux à celle du chercheur explorant et interprétant les dispositifs les plus complexes qui soient, les sociétés humaines.

5. Une association articulant différents niveaux organisationnels

Je pense qu’il serait utile que, d’une façon ou d’une autre, les centres et projets DH puissent devenir membres de l’Association, ne serait-ce que parce qu’ils sont susceptibles d’y contribuer financièrement de façon plus forte. Pour autant, l’idée d’un homme/une femme = une voix me semble devoir rester la base du fonctionnement de l’association. Si les centres et projets adhèrent, ils pourront également plus facilement tenir compte des évolutions du domaine pour obtenir leur prise en compte par les niveaux nationaux ou internationaux (CNU, CNRS, CPU, ATHENA, DARIAH, ADHO, etc.).

6. Une association à visée paritaire

Nous devrions penser notre organisation comme paritaire. Je pense à la parité sexuelle, bien entendu, mais également à la parité géographique et à la parité disciplinaire. Mais aussi à la parité professionnelle. Je sais qu’il sera trop compliqué de faire fonctionner l’organisation sur la base de mécanismes trop stricts, donc je ne propose aucun usine à gaz mécanisme pour garantir le parité permanente sur la base des 4 parités que je propose. En revanche, nous devrons écrire que nous souhaitons une parité. 

Quelques remarques et nuances sur la notion de parité :

– parité sexuelle : j’espère que nous aurons autant d’adhérentes que d’adhérents. Si ce n’est pas le cas, nous ferons un effort particulier d’accueil et d’invitation. La direction de l’association, qui pourrait être collégiale plutôt qu’individuelle, devra être pro-active dans la représentation des femmes.

– parité géographique : il me semble important de considérer toutes les régions francophones du monde et de ne pas se replier sur une définition centrée sur Paris. A l’inverse, je ne crois pas qu’il soit très astucieux d’essayer d’avoir autant de représentants du Luxembourg que du Québec dans nos instances de gouvernement, si les québecquois sont 7 fois plus nombreux.

– parité disciplinaire : j’ai évoqué, dans le point 1, la sur-représentation historique de certaines disciplines dans notre mouvement. Celles-ci devront accueillir de nouvelles disciplines avec beaucoup d’enthousiasme et d’ouverture. Cela doit se ressentir dans la direction de notre association.

– parité professionnelle : on pense naturellement aux chercheurs comme membres légitimes de notre association. De facto, les métiers d’accompagnement de la recherche sont fortement présents et ont vocation à le rester. On compte parmi eux ce que nous appelons en France les ingénieurs, mais il faut ouvrir et préciser cela : archivistes, documentalistes, développeurs, porteurs de projets, éditeurs, ergonomes, intégrateurs, développeur XML, etc. doivent être accueillis avec parité, et ne pas être passés par pertes et profits.

 


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Éric dit :

    Sixième point : « Parité sexuelle : [du texte] La direc­tion de l’association, qui pour­rait être col­lé­giale plu­tôt qu’individuelle, devra [pas de texte] »
    Il en manque un bout 😮

  2. Michael Sinatra dit :

    Un très bon billet avec lequel je partage la grande majorité des arguments énoncés. Je me permet de signaler que le conseil scientifique d’ADHO travaille ardemment a une formule d’adhésion à l’association (ou une association membre) sans un abonnement obligatoire à la revue pour répondre, en grande partie, à l’objection OA.

  3. Fr. dit :

    Ne pas oublier de diffuser le lien pour les adhésions ici 🙂

  1. 22/10/2013

    […] suggestions de lectures : Humanités numériques, l’association (Marin Dacos) / THATCamp Day 1 : Bootcamp et THATCamp Day 2 : Fusion (Camille Bosqué) / […]

  2. 25/10/2013
  3. 05/11/2013

    […] un récent billet “Humanités numériques, l’association” Marin Dacos, (Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)) propose que […]

  4. 05/11/2013

    […] du web. Cerner ces phénomènes, c’est aussi le travail des humanités numériques, bientôt fondées en association, qui oeuvrent sur leurs propres outils comme sur l’objet web en […]

  5. 03/02/2014

    […] Dacos, “Humanités numériques, l’association”, Blogo Numericus, 17 octobre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *