“Le livre est une conversation”. Vraiment ?

BritishLibraryInterior02Les 1er et 2 juillet derniers, le Jisc et le consortium Oapen ont organisé ensemble une conférence à la British Library de Londres pour convier une large communauté d’acteurs de la publication en sciences humaines et sociales à réfléchir ensemble à l’avenir de la diffusion du livre en libre accès.

Un changement de contexte

Particulièrement bien organisée, et bénéficiant d’un programme de premier choix, cette conférence restera dans mon souvenir comme une des plus intéressantes auxquelles j’ai pu assister. Longtemps cantonné au rang très marginal de l’expérimentation sympathique, la publication de livres de sciences humaines en libre accès est manifestement en train de prendre de l’importance. Le débat en cours sur le libre accès aux résultats de la recherche, dans la continuité du rapport Finch ou de la recommandation européenne, ne concerne certes pas les ouvrages de sciences humaines, mais seulement les revues, et d’abord de sciences. Certes. Il n’empêche que la grande salle du Conference Center de la BL, pleine à craquer, témoignait de l’intérêt croissant que suscite cette question dans la communauté académique. Et du début à la fin de la conférence, on sentait très nettement que des verrous avait sauté ou était en train de le faire. La complémentarité avec la conférence de Berlin APE 2013 à laquelle j’ai aussi pu assister un peu plus tôt dans l’année est d’ailleurs remarquable : plus technique et davantage orientée sur les modèles économiques, la conférence de Berlin manifestait aussi clairement que le contexte avait changé. A Londres, la conversation était plus théorique, plus intellectuelle, et tout aussi intéressante.

Les « cent fleurs » du libre accès

Les différentes keynotes, les panels et les ateliers en parallèle donnaient à voir une grande diversité d’initiatives peu redondantes entre elles, mais, et c’était frappant, dirigées dans la même direction. C’était d’ailleurs un choix des organisateurs de la conférence que de donner à voir, sans parti pris de leur part, les “cent fleurs” de la publication des livres de sciences humaines en libre accès. On avait donc à la fois Open Book Publishers, une jeune maison d’édition dirigée avec un enthousiasme communicatif par Rupert Gatti, et Palgrave McMillan, une vieille maison commerciale développant, comme tous ses équivalents, un programme de publication “open” à compte d’auteur. On avait d’un côté, les jeunes universitaires de Lincoln qui font beaucoup parler d’eux en développant une Open Library for Humanities et veulent révolutionner les pratiques de publication scientifique, et de l’autre Toby Green, responsable des publications de l’OCDE, impressionnant de professionnalisme, qui gère au millimètre un important budget annuel sur la base d’un modèle économique en Freemium (eh oui !) . On avait d’un côté France Pinter de Knowledge Unlatched qui semble avoir beaucoup affiné son modèle de financement par les bibliothèques  et se prépare à “libérer” un premier lot d’une trentaine d’ouvrages par ce moyen, et de l’autre MPublishing, représentée par Shana Kimball, qui a développé une réelle expertise technique à partir de la bibliothèque de l’université du Michigan en matière de publication numérique.
doabUn des moments importants fut le lancement du Directory of Open Access Books (DOAB) qui se veut être un catalogue commun de livres académiques en libre accès , un peu sur le modèle du DOAJ. Une des propositions fortes du DOAB est de tenter d’établir des critères de qualité conditionnant l’entrée des titres au catalogue : une licence pour le libre accès doit être déclarée, mais surtout, l’éditeur doit garantir que ses manuscrits subissent une procédure formelle d’évaluation publiquement affichée.  C’est Eelco Ferwerda, directeur d’Oapen, qui a présenté rapidement le DOAB, mais Janneke Adema, que j’avais invitée lors de la dernière université d’été du Cléo, a animé un atelier très détaillé sur le mode de fonctionnement de ce projet.
Je n’ai pu assister à tous les ateliers, ceux ci se déployant en parallèle, mais j’ai aussi pu profiter d’une bonne présentation d’ORCID, un système d’identification unique des auteurs, mais aussi d’un excellent petit guide sur la publication de livres sous licence CC réalisé par OAPEN-UK. Un autre atelier en parallèle, auquel assistait ma collègue Dasa Radovic, proposait aux organismes financeurs de venir présenter leur politique de soutien à la publication en libre accès. Etaient représentés la DFG allemande, mais aussi la Max Planck Society qui est très active en ce domaine. Plusieurs autres organismes étaient présents (l’importante NWO hollandaise en particulier), mais pas de français, et c’est dommage. A propos, un seul orateur français était présent à cette conférence. Il s’agissait de Philippe Aigrain, auteur de l’important Sharing publié en 2011 chez Amsterdam University Press, et je me réjouissais à l’avance de l’entendre venir apporter une contextualisation plus large à nos réflexions. Mais ce n’était pas son rôle. Il devait apporter un témoignage d’auteur publiant sous licence Creative Commons et du coup, il était un peu décevant qu’il ne puisse pas évoquer le contenu de son livre.

Des keynotes d’exception

Et puis il y a eu les keynotes. Nous avons été gâtés en bénéficiant de trois conférences d’exception, avec trois styles différents, mais de haut niveau chacune à sa manière, et, c’est le plus étonnant, remarquablement cohérentes entre elles.
C’est à Jean-Claude Guédon qu’est venu le difficile rôle d’ouvrir la conférence. J’ai entendu bien des fois des conférences de Jean-Claude et j’avoue apprécier son talent rhétorique, son érudition et la profondeur de sa Jean-Claude-Guedonréflexion. Mais ici, c’était la première fois que je l’entendais en anglais, et j’avoue avoir encore plus apprécié que de coutume car son discours était dépourvu des piques, critiques et quelquefois sarcasmes dont il émaille ses interventions en France et qui le font passer, à tort, aux yeux de certains pour un idéologue froid, insensible à la réalité de terrain. Rien de tel ici, et nous avons pu profiter pleinement d’une pensée subtile appuyée sur une immense connaissance du domaine, que personne ne peut lui contester. Bref. J’aimais déjà bien la VF ; j’adore la VO !
Avec Kathleen Fitzpatrick, ce fut un autre style. L’auteure de l’excellent Planned Obsolescence et actuelle directrice pour la communication savante à la MLA,  avait écrit un discours de haute volée nous invitant à interroger les pratiques actuelles de publication académique (évaluation, forme, temporalité) et à tenter d’imaginer de nouvelles, plus adaptées à l’environnement numérique dans lequel nous baignons. On a eu droit à un discours très construit et convaincant, avançant vers son objectif avec l’efficacité d’une machine de guerre.C’est à un exercice totalement opposé que s’est livré Cameron Neylon, à qui il était donné de conclure ces deux jours de conférence. Cameron est le « advocacy director » (pas de traduction possible) de la Public Library of Science. Cette position un peu à l’extérieur du sujet lui donnait un statut d’observateur invité à faire émerger les idées les plus importantes de la conférence. Dans ce cas, l’orateur a choisi de jouer l’acrobate sans filet et de construire un discours “improvisé” en rebondissant librement sur le défilement en boucle et sans ordre de 60 slides, essentiellement des images mais aussi des citations entendues au cours des deux jours. C’était assez fort. Chapeau l’artiste !
Si je m’arrête un instant sur ces trois interventions, c’est parce que j’ai pu les trouver brillantes et admirables, mais aussi quelque peu dérangeantes. Car toutes les trois allaient dans le sens d’une déconstruction de la notion de livre, voire de sa contestation, ce qui est assez paradoxal dans une conférence censée célébrer le livre en libre accès. Les trois interventions mettaient sur le devant de la scène la dimension sociale du livre, Jean-Claude Guédon appelant à prendre en considération en premier lieu ce qu’il appelle la “sociologie du document”, tandis que Kathleen Fitzpatrick s’est longuement intéressée aux procédures de garantie de la qualité des ouvrages, qu’il faut, selon elle, repenser complètement dans le contexte du réseau. Cameron Neylon pour sa part, a su formuler la tension que ses collègues ont aussi pointée entre “le désir de fixité de la monographie comme objet et de l’autre, le rôle que doit jouer cet objet dans la sphère académique”. Mais voilà qu’il continue sur sa lancée et appelle à un éclatement du livre sur le réseau : “le livre est une conversation” conclue-t-il, révélant rétrospectivement le fil rouge qui a parcouru cette conférence depuis ses débuts : si le livre de science humaines mérite d’être libéré, c’est au nom du paradigme conversationnel de ses usages sociaux que le web libre et ouvert démultiplie évidemment.

Interroger le modèle de la conversation

Cameron_Neylon_in_2013_at_the_CERN_Workshop_on_Innovations_in_Scholarly_Communication_(OAI8)Que le livre de sciences humaines ait des relations étroites avec la conversation, c’est évident. Il n’est que de parcourir l’avant-propos des grandes monographies de sciences humaines pour comprendre que celles-ci sont le résultat de dizaines de présentations en séminaires, de discussions individuelles ou collectives, d’échanges autour de pré-versions. Que le livre de sciences humaines ait pour vocation de provoquer des conversations, critiques et réfutations, prolongement plus ou moins inattendus, reprises et parfois distorsions, c’est certain. En un mot, le livre naît de et engendre des conversations. C’est là son mode d’existence même. Mais dire maintenant que le livre est une conversation, voilà une étape que je ne franchirai pas. Et je dirais même au contraire que jusqu’à un certain point, le livre est une anti-conversation !
Immanquablement, cette expression “le livre est une conversation” fait penser et renvoie sans doute explicitement à deux autres formules célèbres : “blog is a conversation” que j’ai découverte en 2007 sur Smart Mobs  d’un côté, et le fameux “a book is a place” avancée par Bob Stein à la TOC Conference en 2009. Oui mais voilà : un livre n’est pas un blog, ni un mail, ni un tweet. Un livre relève d’une autre dimension, irréductible, qui échappe au moins en partie à la conversation. Le « désir de fixité » dont ont parlé les orateurs ne relève pas nécessairement du comportement pathologique et il serait réducteur, je pense, de le réduire à une hystérésis héritée de l’imprimé. J’ai eu l’occasion, déjà, de m’exprimer sur ma propre définition du livre de sciences humaines en remontant à Hérodote qui en fournit à la fois le premier exemplaire et le modèle. Le livre de sciences humaines est pour moi une « enquête » de grande ampleur afin d’examiner la réalité humaine en la passant au crible de la raison.
Le livre se détache donc de la conversation par sa temporalité qui l’arrache des interactions quotidiennes, mais aussi par son ambition qui, jusqu’à un certain point, se définit précisément un contre-point du consensus dominant véhiculé par la conversation.Il ne faut en effet pas s’y méprendre : la conversation, et bien sûr la conversation académique ou scientifique joue un rôle essentiel pour permettre aux idées de circuler, en faciliter l’appropriation par différents acteurs, construire aussi un périmètre de consensus sans lequel il n’y a pas de science possible. Mais on sait aussi que la conversation comme modèle social d’interaction a des effets de conformisme qui peuvent être très important. Sans autre source qu’elle-même, la conversation tourne en rond, circule à vide et se transforme en vain babil. La conversation pour être riche et intéressante, a besoin d’éléments extérieurs, en l’occurrence de propositions fortes qu’elle doit discuter. C’est bien le rôle du livre que de porter ces propositions en contrepoint de la communication quotidienne. Un livre doit être un choc, quel que soit son genre d’ailleurs ; il doit être inédit ; il doit être capable de déplacer les cadres intellectuels, de proposer une autre manière de voir ce que l’on croyait connaître, bref, d’apporter du nouveau, petit ou grand, mais toujours avec une nécessaire dose de radicalité.
A-t-on besoin de déboulonner le livre comme monument, fixe, immuable et jusqu’à un certain point asocial pour en défendre la diffusion en libre accès sur Internet ? Je n’en suis pas si sûr, et j’aimerais en réalité soutenir la proposition contraire. Si le web libre et ouvert s’est développé sur le modèle du réseau social et de la conversation, il ne faut pas pour autant réduire le monde entier et en particulier le monde social à ce modèle qui deviendrait unique. Ce serait une terrible faillite pour l’esprit humain qui stagnerait irrémédiablement. 'Sitting on history'L’ouverture du réseau (social et numérique) à une forme d’altérité est au contraire nécessaire. Et c’est justement pour cette raison que le livre, en tant qu’il est, depuis son origine, une des formes de production intellectuelle les plus susceptibles de porter cette altérité, doit être présent et actif, circulant et réapproprié dans le réseau. L’avancement des arts et des sciences est une respiration, un moteur à deux temps. En sacralisant l’auteur, l’œuvre, la création, nous oublions l’indispensable socialisation du livre, nous perdons de vue qu’il relève de la culture et du savoir qui sont des biens communs. Mais il ne faut pas basculer dans l’extrême inverse et écraser ce que livre apporte d’inédit dans l’horizontalité absolue du réseau. Ce n’est pas un tiède entre-deux que je propose. C’est plutôt le défi de tenir en même temps les deux termes de la contradiction et d’imaginer des pratiques, des modèles, des interfaces, des systèmes, des plateformes, des outils qui permettent de le relever.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Jorge dit :

    Si Jean-​Claude Gué­don est francophone avant d’être anglophone, la VF *est* la VO !
    😉

  2. Jacques Bolo dit :

    On peut dire que le livre est une conversation entre les auteurs qui se répondent l’un l’autre, parfois à travers les siècles. La différence entre les livres concerne le genre, sur le principe de la différence entre le théâtre (justement des conversations) et le roman (plus centré sur la subjectivité, du personnage et du lecteur). Mais sur le plan des idées, la conversation correspondrait au genre du dialogue philosophique ou du raisonnement bien construit, conçu comme une conversation avec soi même. Un bon exemple serait le texte que j’ai mis en ligne: Théodore JOUFFROY, « Comment les dogmes finissent » (in Mélanges philosophiques – 1823) http://www.rutebeuf.com/textes/jouffroy-01.html

  3. Nico dit :

    On dit souvent à juste titre que lorsque nous lisons, nous faisons appel à notre imaginaire. Ne serait-ce pas une forme de conversation entre l’auteur et notre inconscient? Un dialogue entre notre propre système de valeur et de symbole et celui de l’auteur?

  1. 06/07/2013

    […] ver­sion in french. Trans­la­tion with help from Google trans­late. Opi­nions are mine. Errors are […]

  2. 25/08/2013

    […] “”Le livre est une conversation”. Vraiment ?”, (Blogo-numericus Le blog d’homo-Numericus) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *