Humanités numériques et patrimoine

En compagnie d’Aurélien Berra et Bjorn-Olav Dozo, je suis en train de rédiger un petit ouvrage de vulgarisation « Qu’est-ce que les Digital Humanities ? » pour OpenEdition Press. Je publierai ici les premières versions des textes formant ma contribution à cet ouvrage. N’hésitez pas à commenter et corriger, j’intégrerai les suggestions à la version définitive du texte.  Celui qui suit constitue un bout de chapitre consacré aux relations entre les humanités numériques et la société. Il traite de l’aspect patrimonial. Le prochain traitera des applications industrielles en matière de traitement de l’information.

“Qu’apportent les digital humanities ?” Lorsque le journaliste Hubert Guillaud  tente de rendre compte du développement de ce domaine nouveau, il touche un point sensible en s’interrogeant sur les retombées pour l’ensemble de la société :
“En tant que non-spécialiste, on a du mal à voir, à saisir l’apport de cette nouvelle forme de science, au-delà de ce qu’elle apporte pour le chercheur. On constate bien dans le Manifeste des digital humanities qu’il y a d’abord cette volonté de faire communauté autour de l’intégration de la culture numérique dans les pratiques de recherche d’aujourd’hui. […] On est beaucoup dans la structuration d’une discipline, alors qu’on souhaiterait surtout comprendre ce que ces outils apportent concrètement”.
Il est vrai qu’à lire une certain nombre de textes fondateurs ou importants dans ce champ : le Companion to the Digital Humanities ou les Debates in the Digital Humanities, les différents manifestes qui ont été publiés ou, plus encore, les multiples blogs qui rendent compte de l’activité foisonnante qui s’y déploie, on est frappé de leurs Debates in the Digital Humanitiespréoccupations très internes au monde académique. Ce travers est en partie dû à sa dimension fortement communautaire : des ThatCamps à la conférence Digital Humanities annuelle, des scoiétés savantes spécialisées comme ALLC aux réseaux professionnels comme Centernet, c’est un petit monde qui se retrouve régulièrement et se côtoie, échange souvent entre-soi, entre spécialistes. Alors, les humanités numériques auraient-elles succombées au syndrôme de la tour d’ivoire, délicieusement croqué par David Lodge qui se moquait déjà en 1984 du petit monde académique ?
Rien n’est moins sûr, et il est probable que cette impression relève simplement de l’illusion d’optique. Car les retombées du développement des humanités numériques sur l’ensemble de la société sont nombreuses et diverses.
Lorsqu’en 2006, le Conseil qui réunit et représente les puissantes sociétés savantes américaines publie un rapport remarqué sur les humanités numériques, il choisit de lui donner pour titre “Our Cultural Commonwealth”, notre “bien commun culturel”, afin de marquer à quel point le mouvement des humanités numériques touche d’abord à la question de l’accès de tous au patrimoine culturel qui fait le ciment d’une société :
“Nous avons montré que l’information numérique peut contribuer à démocratiser les sociétés – mais ce pouvoir ne peut être effectif que si l’accès à la mémoire culturelle est aussi ouvert que possible au public, aussi bien en termes intellectuels qu’économiques.” peut-on lire dans ce rapport remarqué.
Au delà de la question du libre accès, qui est particulière quoique stratégique, un des premiers bénéfices de la multiplication des projets dans ce domaine est déjà, simplement, et sans nécessairement aller chercher des outillages très sophistiqués, de rendre accessible une partie importante d’un patrimoine culturel jusqu’alors bien caché dans les archives, les réserves des musées ou les sites archéologiques.
Prenons l’excellent exemple récent des Van Gogh Letters, projet de numérisation de l’ensemble de la correspondance de Vincent Van Gogh à son frère Théo et à ses amis, réalisé par une équipe de chercheurs avec l’appui du Van Gogh Museum à Amsterdam. Ce travail considérable, entrepris pour la poursuite d’objectifs de recherche, a certes donné lieu à la réalisation d’une magnifique édition imprimée, en 6 volumes imposants, etVan Gogh Letters illustrés. Mais elle a surtout permis la restitution en ligne et en libre accès de la totalité de ce corpus, permettant d’accéder au fac simile des lettres, à leur transcription, ainsi qu’à leur traduction en anglais, le tout accompagné d’outils de navigation très utiles permettant de découvrir le corpus. Il y a fort à parier que la version en ligne, par son accessibilité même, a un impact beaucoup plus important sur l’ensemble du public, que la version imprimée, qui a par ailleurs tout son mérite.
Dans un tout autre domaine, le projet Usines 3D, mené par des équipes du CNRS en partenariat avec le Ministère de la Culture procède à un minutieux travail de reconstitution historique de l’architecture des usines et des chaînes de construction automobile en France au début du XXe siècle. Sochaux, Billancourt, Levallois, sont autant de noms qui résonnent particulièrement dans notre mémoire collective, sociale et politique, et qui font partie d’un patrimoine industriel constitutif de notre histoire. Les maquettes numériques reconstituant en volume des ensembles architecturaux aujourd’hui disparus, mais aussi en vidéo les opérations successives de montage des premières automobiles Citroën sont le résultat d’un travail minutieux associant historiens et programmeurs. L’accès d’un large public au résultat de leur travail montre bien tout l’intérêt que peut revêtir ce genre de projet.
9-11 digital archiveLe dialogue que le public peut établir avec son propre patrimoine culturel à travers les projets d’humanités numériques est dans certains cas plus intense, plus riche et surtout plus interactif que les exemples qui viennent d’être donnés. La public history par exemple mobilise souvent les médias sociaux pour développer des projets spécifiques. C’est le cas par exemple du projet September 11 Digital Archive développé par le CHNM qui mit en place très vite après les attentats du 11 septembre une archive multimedia proposant aux citoyens new-yorkais de partager des témoignages écrits, visuels ou multimedias de la manière dont ils ont vécu la tragédie. En France, c’est le projet Photo Normandie qui faire référence, avec la mise à disposition sur la plateforme de partages de photographies Flickr de milliers de clichés retraçant la Bataille de Normandie et proposant à l’ensemble du public de l’enrichir en informations historiques. Mais dans ce domaine, c’est sans doute le Quilt Index qui représente un des exemples les plus fascinants de ce qui peut être fait. Les quilts sont des couvre-lits épais composés de plusieurs pièces de tissue cousues ensemble et décorés de motifs géométriques ou figuratifs, que l’on appelle “patchworks” en France. Cette technique de couture est pratiquée intensivement et depuis l’ère coloniale aux Etats-Unis, particulièrement. Chaque quilt se distingue par sa dimension, la qualité des tissus assemblés, sa technique de fabricatiquilting at Central Parkon, mais surtout les motifs qui y sont brodés. Ces motifs font l’objet de traditions spécifiques, qui se transmettent et se déclinent, font office de marqueurs identitaires et de supports d’innovation à travers les centaines de milliers de quilt brodés au cours des siècles sur le continent nord-américain et ailleurs. Il revient au centre d’humanités numériques MATRIX de l’Université d’Etat du Michigan d’avoir développé un “Quilt Index”, autrement dit un corpus de 75 000 images de quilts numérisés classés par lieu, époque, collection, mais aussi type et motif. Ce projet, qui relève à la fois de l’histoire, de l’anthropologie et des cultural studies, s’appuie d’un côté sur un appareillage informatique sophistiqué de logiciels de reconnaissance de formes parcourant l’énorme masse de données pour y détecter “automatiquement” des rapprochements et des filiations, et d’un autre côté d’une dimension patrimoniale évidente, offrant aux passionnés de “quilting” une ressource inestimable sur laquelle ils pourront s’appuyer pour développer leur activité. Mais ces passionnés peuvent enrichir eux-mêmes l’index, en y déclarant leur collection privée par exemple, en documentant le wiki associé, en participant aux discussions de la liste associée, en faisant des dons qui assurent une pérennité financière du projet. Ce dernier est donc emblématique de la manière dont la mobilisation des technologies numériques peut aider les sciences humaines à nouer des interactions riches et multiples avec les sociétés qui les environnent, en travaillant le patrimoine culturel constitutif de leur identité propre.
Chacun des trois exemples évoqués associent d’une manière ou d’une autre des équipes de recherche, des équipes techniques, mais aussi des institutions patrimoniales comme des bibliothèques, des musées, des fondations ou des archives qui jouent un rôle essentiel à la fois dans la collecte des documents primaires mais aussi dans l’articulation de la recherche avec leurs publics. Cette structuration en partenariat autour de corpus spécifiques, mobilisant des institutions et des collectifs positionnés différemment est typique de la manière dont les humanités numériques se sont développées depuis le début de leur histoire et constitue une première réponse à la lancinante question de l’intérêt des humanités numériques au delà des cercles académiques.


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. JFC MORFIN dit :

    Pourquoi parler de Digital Humanities au lieu d’écrire un livre sur les Humanités Numériques, alors que justement une très forte partie des Humanités Numériques repose(ra) sur l’apport de la langue française en matière de métalangue ?
    Cordialement
    jfc

  2. Kevin Hawkins dit :

    MATRIX, ce n’est pas de de l’Université du Michigan (University of Michigan), c’est de l’Université d’État du Michigan (Michigan State University).

  3. Benjamin Caraco dit :

    Concernant la diffusion permise par le numérique du patrimoine, je pense qu’on pourrait aussi inclure des initiatives qui tentent de recréer les conditions de diffusion ou de création de certaines œuvres (en les actualisant parfois). Par exemple, les journaux de George Orwell : http://orwelldiaries.wordpress.com/ qui sont publiés soixante-dix ans après leur écriture sous la forme d’un blog ou encore (mais je ne retrouve plus la référence) la publication sous forme de feuilleton de romans de Charles Dickens (comme à leur origine). Ainsi, et à peu de frais, on peut retrouver la même forme de réception.

  4. Bien sûr, l’accès au bien commun culturel et le dialogue avec le public sont deux composantes essentielles de ce qu’apportent les Digital Humanities, Pierre. Mais il me semble que ce qu’on en attend d’abord, ce sont des connaissances nouvelles. C’est un éclaircissement sur ce que l’on comprend du monde via des méthodes qui ne le permettaient pas avant. Ce sont bien de nouvelles connaissances. Et j’ai tendance à penser que ce sont ces apports là qui seront différenciants.

    • Tout à fait d’accord, Hubert. Cette question fait l’objet d’un autre chapitre qui ne sera pas écrit par moi d’ailleurs. J’aimerais par ailleurs interroger un peu cette notion de « connaissances nouvelles » qu’il ne faudrait pas concevoir de manière trop positive(iste) comme une accumulation. J’aurais tendance à percevoir cette question plutôt sous l’angle de l’interprétation En quoi les DH nous permettent-elles d’interpréter le monde différemment, d’en produire des lectures nouvelles ? Tu me diras que c’est presque la même chose. Peut-être, mais mon angle d’attaque permet de moins centrer sur la dimension calculatoire – « big data » de la question (qui fascine beaucoup Internet Actu) et d’introduire les dimensions communautaires et contributives sur lesquelles j’insiste davantage ici. Je conçois que ce soit moins fascinant parce que moins « techno », mais cela me semble tout aussi important : la production d’interprétations nouvelles du monde résultant de travaux ouverts et collaboratifs qui reconfigurent les relations science-société (et je dirais même qui sortent les humanités du paradigme scientifique du laboratoire si je voulais pousser un peu) un apport particulièrement différenciant, là encore.

      • Entièrement d’accord.

      • Bonjour,
        Je suis d’accord avec Pierre sur l’idée que « je dirais même qui sortent les huma­ni­tés du para­digme scien­ti­fique du labo­ra­toire si je vou­lais pous­ser un peu ». La masse des données « embrassable » par une équipe de recherche lors d’un projet peut devenir si importante qu’elle nécessite d’utiliser des outils de traitement qui ne peuvent qu’être collectif. Dans le projet U3D ce fut d’ailleurs le cas pour les modèles et bases de données 3D (cf. Benoit S. et al., « Usines 3D. La simulation pour questionner les sources et les vestiges de l’histoire industrielle » http://hdl.handle.net/10670/1.z5y6ow). En cela, le traitement collectif des masses de données change le rôle des structures qui « portent » (payent, hébergent, etc.) les individus. Ca transforme le laboratoire qui n’est plus parfois qu’un lieu : dans Usine3D, 90% des échanges scientifiques se sont passés en visio entre Paris, Evry et Bordeaux et en particulier depuis la Halle au cuirs de la Cité des sciences (lieu assez loin du concept de labo). Très intéressant ce projet.

        Stéphane.

  1. 30/09/2013

    […] statut du livre numérique).    La lecture de ce blog m’a amené à cet article intitulé « Humanités numériques et Patrimoine » qui souligne un point […]

  2. 02/03/2016

    […] réflexion préalable de Pierre Mounier & Marin Dacos sur le blogo-numericus, intitulé patrimoine et humanités numériques, question qui se pose en même que l’élaboration de leur ouvrage de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *