Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith

L’automne dernier, j’ai eu la chance de participer à plusieurs rencontres stimulantes dans le domaine de l’édition électronique, du libre accès et des digital humanities. J’en rendrai compte à travers une série de billets consacrés aux idées, histoires, personnes, projets qui m’ont le plus marqués. Attention, subjectivité assumée.

Lorsqu’on se trouve à devoir défendre le libre accès devant un auditoire non spécialisé, lorsqu’il s’agit d’expliquer de manière accessible et marquante pourquoi c’est un mouvement important qui mérite d’être soutenu, il n’est pas toujours évident de trouver les bons arguments. Le bon argument, c’est le magnifique cadeau que Phil Bourne, professeur à l’Université de Californie San Diego a apporté à tous les partisans du libre accès qui assistaient à la conférence Berlin 9  à Bethesda du 9 au 10 novembre dernier.

Phil Bourne raconte en effet qu’en tant que rédacteur en chef de la revue Plos Computational Biology, il reçut un jour le manuscrit d’un article particulièrement innovant  sur les questions de modélisation des pandémies qui était proposé par une certaine Meredith. Lorsqu’il voulut discuter de son travail avec l’auteure, c’est à sa grande surprise une lycéenne âgée de 15 ans qui se présenta. Celle-ci avait rédigé son article parce qu’elle s’était passionnée pour le sujet à la suite d’une fête de la science. Elle s’était alors renseignée en utilisant Wikipedia puis la littérature spécialisée en libre accès. Enfin, pour établir son modèle, elle avait demandé et obtenu du temps de calcul sur les ordinateurs du San Diego Supercomputer Center ainsi que l’accès à des bases de données.

Après avoir rencontré Meredith, Bourne lui conseilla de soumettre son article à la revue Science et l’invita à présenter son travail dans un séminaire de son laboratoire. Pour lui, le « cas Meredith » est une illustration d’un phénomène qu’il qualifie de  » lecteur inattendu » (unexpected reader) : lorsqu’une information est publiée, que ce soit des données ou un article de revue, même si l’auteur et l’éditeur ont un lectorat cible en vue (ici les collègues et étudiants spécialisés), il existe probablement quelque part un « lecteur inattendu » qui pourrait en tirer profit et en faire son miel pour créer quelque chose à son tour ou apporter sa pierre à l’édifice. Le phénomène du lecteur inattendu est un puissant argument en faveur du libre accès  car il montre que les modèles de diffusion en accès restreint, en réservant l’information aux seules personnes autorisées, en diminuent la fécondité potentielle.

Plus encore, l’histoire des sciences et des techniques montre que pour une bonne part, les innovations et ruptures qui conduisent à un renouvellement profond d’un domaine viennent d’acteurs marginaux, qui, parce qu’ils ne sont pas tenus et n’ont pas d’intérêt à la reproduction des modèles établis, peuvent avancer des propositions alternatives radicales qui permettent de changer de paradigme. Le seul moyen de préserver des chances pour l’avènement de telles innovations futures, est de miser sur une ouverture complète de la dissémination de l’information, à l’image de la devise « Je sème à tout vent » que Pierre Larousse choisit au XIXe siècle pour son célèbre dictionnaire.

Le cas Meredith est une confirmation de la justesse de l’engagement d’OpenEdition pour le libre accès ; en particulier à travers son modèle économique innovant OpenEdition freemium. Pour chaque nouvel article, nouveau livre, nouveau billet de blog que j’y vois « libéré » et diffusé sans restriction,  j’aime à m’imaginer quelque Meredith inconnue derrière son écran, jeune étudiante, activiste engagée ou chercheuse confirmée, entrepreneuse ou future leader politique – pourquoi pas ? – à Poitiers, Nantes ou Marseille, à Toronto, Rio ou Beyrouth, enthousiasmée, illuminée ou destabilisée par ce qu’elle parcourt des yeux, et qui est peut être en train de faire la rencontre de sa vie, de ces rencontres qui mettent ceux qui ont la chance de les faire sur la voie de réalisations exceptionnelles. Il y a beaucoup d’excellentes raisons qui justifient qu’on défende le libre accès. Mais toutes ces raisons dussent-elles être démenties, la jeune Meredith seule suffit à me donner l’énergie dont j’ai besoin pour servir dans la mesure de mes moyens cette magnifique idée.

L’exposé de Ph. Bourne a fait l’objet d’un compte rendu par K. Smith dans son blog.


Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    Lors de ma conférence à l’Ecole française de Rome, j’ai utilisé cet exemple très intéressant. On m’a demandé des détails, car certains pensaient qu’il s’agissait d’un « fake ». Est-ce qu’on dispose du nom complet de cette jeune et intelligente personne? Cela aiderait à concrétiser le récit et à éloigner les soupçons.

  2. @Eric : excellente question et j’ai le rouge au front de ne pas avoir pensé à la poser en direct à Phil Bourne. Il me semble qu’OpenEdition freemium propose cependant une réponse à cette question. On débat beaucoup en ce moment de la définition du libre accès : doit-on y inclure la réutilisation ou non, par exemple. Je pense avec toi qu’on devrait aussi s’interroger sur ce fameux modèle auteur-payeur qui s’applique d’ailleurs à Plos Comp. Bio. : le libre accès n’implique-t-il pas libre accès à la publication, c’est-à-dire sur la seule base de la qualité scientifique ?

  3. @Eric : excellente question et j’ai le rouge au front de ne pas avoir pensé à la poser en direct à Phil Bourne. Il me semble qu’OpenEdition freemium propose cependant une réponse à cette question. On débat beaucoup en ce moment de la définition du libre accès : doit-on y inclure la réutilisation ou non, par exemple. Je pense avec toi qu’on devrait aussi s’interroger sur ce fameux modèle auteur-payeur qui s’applique d’ailleurs à Plos Comp. Bio. : le libre accès n’implique-t-il pas libre accès à la publication, c’est-à-dire sur la seule base de la qualité scientifique ?

  4. @ »provisoire » : il ne faut pas opposer quelques être exceptionnels à une « masse anonyme ». Des gens exceptionnels, il en existe partout, qui font des choses extraordinaires à tous les niveaux. Des Meredith, on en trouve à tous les coins de rue, chacune dans son domaine ; et oui, c’est le sens du libre accès que de les y aider.

  5. @ »provisoire » : il ne faut pas opposer quelques être exceptionnels à une « masse anonyme ». Des gens exceptionnels, il en existe partout, qui font des choses extraordinaires à tous les niveaux. Des Meredith, on en trouve à tous les coins de rue, chacune dans son domaine ; et oui, c’est le sens du libre accès que de les y aider.

  6. everdeil dit :

    L’exemple correspond exactement à ce que l’on peut attendre du libre accès. Mais il me semble qu’aujourd’hui, le débat se déplace de la pertinence du libre accès à celle de son financement. Pour le dire en termes concrets : Plos est fondé sur le modèle de l’auteur – payeur. Comment Meredith pourrait trouver un financement pour y publier sa recherche?

  7. everdeil dit :

    L’exemple correspond exactement à ce que l’on peut attendre du libre accès. Mais il me semble qu’aujourd’hui, le débat se déplace de la pertinence du libre accès à celle de son financement. Pour le dire en termes concrets : Plos est fondé sur le modèle de l’auteur – payeur. Comment Meredith pourrait trouver un financement pour y publier sa recherche?

  8. provisoire dit :

    Outre sa pertinence, ce billet me touche. Enfant, ce « Je sème à tous les vents » m’a fait rêver et a conditionné je crois, non seulement mon rapport personnel au savoir, mais également cette conviction que le savoir ne vaut que s’il est partagé, et cette utopie qu’on pense toujours mieux à plusieurs que seul.

    Pour en revenir au cas Meredith, c’est un bel exemple : il est parlant de par sa singularité même, de par son caractère exceptionnel. Je fais partie de ceux qui défendent la singularité. Cependant n’oublions pas qu’un exemple n’est pas toujours un argument, et que cet exemple séduit aussi parce que nous croyons à l’existence de génies féconds. La masse anonyme fascine moins.

    Il me semble qu’un autre argument puissant en faveur du libre accès – parmi tous les arguments – serait celui-là, utopique il est vrai, celui d’une société des libres et des égaux, pas forcément exceptionnels et pas toujours féconds, mais ayant droit et accès à l’immensité des recherches et savoirs humains (questionnements et doutes inclus). Pour ma part, j’aime à m’imaginer que toute cette circulation d’idées peut en permanence être reçue, recherchée, transmise, par tout un peuple d’invisibles dont je ne saurai jamais rien. J’aime à imaginer que je côtoie ce peuple sans même le savoir. Une société de gens éclairés, même s’ils restent dans l’ombre.

    Que l’accès au savoir se fasse réservé à une petite élite intellectuelle et économique, et voilà que se dessinent des formes de société qui me semblent dangereuses, et pour le moins dystopiques.

  9. provisoire dit :

    Outre sa pertinence, ce billet me touche. Enfant, ce « Je sème à tous les vents » m’a fait rêver et a conditionné je crois, non seulement mon rapport personnel au savoir, mais également cette conviction que le savoir ne vaut que s’il est partagé, et cette utopie qu’on pense toujours mieux à plusieurs que seul.

    Pour en revenir au cas Meredith, c’est un bel exemple : il est parlant de par sa singularité même, de par son caractère exceptionnel. Je fais partie de ceux qui défendent la singularité. Cependant n’oublions pas qu’un exemple n’est pas toujours un argument, et que cet exemple séduit aussi parce que nous croyons à l’existence de génies féconds. La masse anonyme fascine moins.

    Il me semble qu’un autre argument puissant en faveur du libre accès – parmi tous les arguments – serait celui-là, utopique il est vrai, celui d’une société des libres et des égaux, pas forcément exceptionnels et pas toujours féconds, mais ayant droit et accès à l’immensité des recherches et savoirs humains (questionnements et doutes inclus). Pour ma part, j’aime à m’imaginer que toute cette circulation d’idées peut en permanence être reçue, recherchée, transmise, par tout un peuple d’invisibles dont je ne saurai jamais rien. J’aime à imaginer que je côtoie ce peuple sans même le savoir. Une société de gens éclairés, même s’ils restent dans l’ombre.

    Que l’accès au savoir se fasse réservé à une petite élite intellectuelle et économique, et voilà que se dessinent des formes de société qui me semblent dangereuses, et pour le moins dystopiques.

  1. 07/02/2012

    […] Il existe pro­ba­ble­ment quelque part un « lec­teur inat­tendu » qui pour­rait en tirer pro­fit et en faire son miel pour créer quelque chose à son tour ou appor­ter sa pierre à l’édifice. Le phé­no­mène du lec­teur inat­tendu est un puis­sant argu­ment en faveur du libre accès car il montre que les modèles de dif­fu­sion en accès res­treint, en réser­vant l’information aux seules per­sonnes auto­ri­sées, en dimi­nuent la fécon­dité potentielle. Lire la suite […]

  2. 07/02/2012

    […] Il existe pro­ba­ble­ment quelque part un « lec­teur inat­tendu » qui pour­rait en tirer pro­fit et en faire son miel pour créer quelque chose à son tour ou appor­ter sa pierre à l’édifice. Le phé­no­mène du lec­teur inat­tendu est un puis­sant argu­ment en faveur du libre accès car il montre que les modèles de dif­fu­sion en accès res­treint, en réser­vant l’information aux seules per­sonnes auto­ri­sées, en dimi­nuent la fécon­dité potentielle. Lire la suite […]

  3. 21/11/2012

    […] Mais dans l’espace numérique, lorsqu’on utilise des formats ouverts – licences libres et formats standards -, la réutilisation des données et des informations va bien au-delà des « publics » attendus. D’une part, on peut toucher des publics qui ne peuvent avoir accès aux fonds : c’est le cas par exemple des documents numérisés sur Gallica qui ne sont accessibles que dans la bibliothèque recherche. D’autre part, on contribue à l’existence du « public inattendu ». Le public inattendu c’est le public qui accède aux contenus sans que celui-ci lui soit directement destiné et rend évidente la dimension imprévisible de la réception de la connaissance dans l’espace numérique. C’est ce dont parle Pierre Mounier dans son billet « Impression d’automne 1 : le cas Mérédith ». […]

  4. 21/11/2012

    […] Mais dans l’espace numérique, lorsqu’on utilise des formats ouverts – licences libres et formats standards -, la réutilisation des données et des informations va bien au-delà des « publics » attendus. D’une part, on peut toucher des publics qui ne peuvent avoir accès aux fonds : c’est le cas par exemple des documents numérisés sur Gallica qui ne sont accessibles que dans la bibliothèque recherche. D’autre part, on contribue à l’existence du « public inattendu ». Le public inattendu c’est le public qui accède aux contenus sans que celui-ci lui soit directement destiné et rend évidente la dimension imprévisible de la réception de la connaissance dans l’espace numérique. C’est ce dont parle Pierre Mounier dans son billet « Impression d’automne 1 : le cas Mérédith ». […]

  5. 14/03/2013

    […] 1 : lire le billet de Pierre Mounier Impressions d’automne sur le blog Homo numéricus […]

  6. 14/03/2013

    […] 1 : lire le billet de Pierre Mounier Impressions d’automne sur le blog Homo numéricus […]

  7. 17/03/2013

    […] grâce à un très beau billet de Pierre Mounier, “Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith“, que j’ai découvert la “lectrice inattendue” il y a quelques mois. […]

  8. 17/03/2013

    […] grâce à un très beau billet de Pierre Mounier, “Impressions d’automne 1 : Le cas Meredith“, que j’ai découvert la “lectrice inattendue” il y a quelques mois. […]

  9. 13/10/2015

    […] la recherche, aux journalistes et plus généralement aux citoyen.e.s. Ainsi, elle peut atteindre un lecteur inattendu. Par exemple, un des articles d’histoire les plus lus d’OpenEdition en 2014 portait sur les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *