Google moins

Cela fait maintenant plusieurs semaines que je suis inscrit sur la nouvelle plateforme de réseau social Google Plus et près de cent vingt personnes ont jugé bon de m’ajouter à leurs « cercles ». Il auront pourtant noté que je n’utilise quasiment pas ce nouveau réseau social, auquel je ne parviens pas à m’habituer malgré les éloges quasi-unanimes d’une part, que j’entends partout, et malgré les fonctionnalités très intéressantes et novatrices que propose la plateforme : les cercles et les vidéo-bulles, pour l’essentiel.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que cette plateforme s’annonce comme la pire des boîtes noires fermées que l »on ait jamais vu dans les médias sociaux. En effet, sur Facebook, Twitter, Linkedin que j’utilise aussi, je peux alimenter mon compte de manière automatique à partir de mes publications mais aussi de mes listes de favoris ou des informations que je partage via ma plateforme favorite d’agrégation de flux RSS. Or, contre les pratiques de tous ses concurrents, Google plus ne permet pas ce type d’alimentation automatique. C’est d’ailleurs valable en entrée comme en sortie. Alors que des services comme Backupify me proposent des sauvegardes régulières des informations que je publie sur plusieurs plateformes, rien ne concerne Google Plus dont je ne peux rien extraire ; et pour cause : aucune API publique n’est ouverte.

Autrement dit, Google Plus fonctionne comme un continent isolé : toute l’information qui y est échangée ne peut provenir que de ses utilisateurs et ne peut pas en sortir. La plupart des gens avec qui j’en discute me disent que ce n’est qu’une question de temps et qu’il suffit de patienter. Voire. Ce service existe maintenant depuis plusieurs mois et Google a préféré y implémenter de manière prioritaire bien d’autres fonctionnalités, comme les jeux, plutôt que celle-ci qui me semble pourtant essentielle.

Je crois pouvoir comprendre un peu cette logique, cela dit : Google n’a peut-être pas envie de voir se multiplier les comptes alimentés automatiquement par de vrais-faux utilisateurs qui n’interagissent pas vraiment au sein du dispositif. Pour ma part, ma stratégie de base est d’envoyer de manière plus ou moins automatisée sur mes comptes Twitter et Facebook les informations que je repère sur Google Reader. Ma stratégie change un peu avec le temps parce que j’expérimente de nouvelles pratiques, mais c’est globalement la base. Et je vois bien les limites du système : on est parfois proche du flood avec des palanqués de news qui tombent un peu comme sur un telex d’agence de presse. C’est peu propice aux interactions qui sont l’essence même des réseaux sociaux.

Evidemment, si j’applique cette stratégie, comme beaucoup d’autres, c’est essentiellement pour des raisons de temps : inscrit sur plusieurs réseaux sociaux, je n’ai pas du tout le temps d’y poster à la main des informations (en les éditant : choix des vignettes, commentaire, etc.) de manière régulière. C’est ici qu’on voit d’ailleurs les limites de l’économie de la contribution . Les réseaux sociaux vivent des informations que nous leur apportons et que nous y partageons. En y branchant un tuyau automatique, je ruse avec les fondamentaux sur lesquels ils reposent. En n’ouvrant pas d’API, Google plus m’interdit pour l’instant de ruser. Il m’intime l’ordre de contribuer et d’y consacrer du temps. Ce que je refuse, évidemment.

Mais alors du coup, est-il raisonnable d’être présent sur plusieurs réseaux à la fois ? Peut-être vaut-il mieux se consacrer à un seul réseau social – au hasard Google Plus – et abandonner mes comptes sur les autres plateformes – au hasard Facebook ? Cette fois-ci, c’est Google qui ruse avec moi et me manipule un peu en m’envoyant des messages subliminaux. Bon, c’est le jeu. Je ne suis pour autant pas obligé de m’y soumettre.

S’il est vrai que l’alimentation automatique est encore un peu trop mécanique et se place en travers de la logique conversationnelle des réseaux sociaux, je crois pourtant qu’elle représente une voie d’avenir. Car les outils de programmation deviennent de plus en plus perfectionnés. La toute nouvelle plateforme Ifttt.com qui vient d’ouvrir en bêta privée me semble en être un très bon exemple, à la suite de l’excellent Yahoo Pipes. Cette plateforme propose à ses utilisateurs de programmer des actions déclenchées par des événements particuliers. C’est le système du If this than that ; si ceci, alors cela ; si un nouvel article est partagé sur tel compte Google Reader, alors publie un nouveau tweet contenant son titre et son adresse. Si je reçois un mail contenant tel mot-clé, alors publie un nouveau statut sur mon compte Facebook ; si une nouvelle photographie est publiée sur tel compte Flickr, alors publie la photo dans FFFFound. Et ainsi de suite. La finesse des critères permettant de déclencher les actions n’est pas encore très grande, mais on voit bien qu’il y a du potentiel.

C’est la raison pour laquelle la politique actuelle de Google plus me semble assez injuste. Elle me cantonne au stade manuel de l’activité sur le réseau (écrire, poster des messages, taguer, commenter) et m’interdit d’accéder à celui de la programmation d’automates qui peuvent démultiplier mes pouvoirs d’interventions. Bien étrange comportement de la part d’un acteur qui a pourtant construit sa réussite et sa fortune sur cette même activité de programmation : au moment où Yahoo!, AOL et quelques autres s’épuisaient à construire des annuaires alimentés manuellement par des armées de documentalistes, Google a balayé tous ses concurrents en déployant son armée d’automates ; pour parcourir le Web, en indexer les contenus, les classer et fabriquer une réponse aux requêtes des internautes. Et ce n’est pas tout car ce sont encore des automates qui me servent de la publicité contextuelle ou qui me suggèrent de nouvelles personnes que je pourrais ajouter à mes cercles.

Je pense que sur ce service, Google instaure une dissymétrie puissante entre la plateforme et ses utilisateurs. J’y vois une sorte de cybercolonialisme qui maintient volontairement ses utilisateurs à l’âge de pierre pour se réserver l’usage exclusif de technologies plus avancées. Mais je veux bien croire que je suis un peu paranoïaque (qui est mon péché mignon) et que Google Plus me démentira dans les jours/semaines à venir.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Hyastr dit :

    Je suis d’accord avec GdeC : « nous allons mourir noyés dans le flux ». Je regrette le « fait main » des débuts (et je parle d’avant les blogs). Il devient difficile de trouver le simple email d’une personne : son twitter, son fb, son G+ etc ok, mais son email non. C’est complètement délirant. Soit on est « coincés » dans des réseaux sociaux à se manger des feeds en boucle, soit on est seul au monde.
    J’aimerais juste envoyer un bout de texte brut (de plus de 140 caractères si je veux) à une autre personne pour lui donner un message, à partager plus tard avec d’autres, OU PAS ! C’est trop demander apparemment, mais je maintiens que je préfère l’âge de pierre et que l’on ferait mieux de se méfier des technologies qu’on nous dit plus avancées…

  2. robin_h dit :

    une extension pour Google Chrome a été développée de façon indépendante : https://chrome.google.com/webstore/detail/ellpglpgjfcfppiljfokjoconaheaiff

    c’est déjà un premier outil pour transférer les publications de G Reader vers G+ !

  3. GdeC dit :

    ben moi, faute de mieux, je me suis bidouillé mon icône G+ sous chaque article qui me renvoie vers mon compte, et j’y insère le lien de mon billet, voilà tout… en attendant, on se débrouille comme on peut, hein ! mais ce billet pose une question plus essentielle qui est celle de l’interactivité. Quand j’ai ouvert mon blog, c’était en espérant du débat. Or, il y en a si peu… et de moins en moins de commentaires qui permettent de s’enrichir. dommage. Nous allons mourir noyés dans le flux…

  4. Erwan dit :

    Pour publier à l’exterieur de Google+ (Facebook et Twitter) à partir de Google+ et y récupérer ses timeline et newsfeed, chercher le module G++ pour firefox où chrome. Pas parfait, mais ça dépanne, en attendant mieux !

  5. FooBar dit :

    C’est ici pour être au courant de l’API (j’imagine qu’ils feront d’abord une beta avec les gens inscrits): https://services.google.com/fb/forms/plusdevelopers/

  6. Matias Grenn dit :

    Je suis en grande partie d’accord avec ton analyse et j’espère que ça changera rapidement car je ne vois pas l’intérêt d’un réseau fermé. Par contre on peut déjà récupéré du sortant via des flux RSS. Pour obtenir un flux RSS sur un compte il « suffit » de faire http://plusfeed.appspot.com/numeroducompte – pas officiel mais ça dépanne. Voir aussi http://www.webrankinfo.com/dossiers/google-plus/flux-rss-profil-perso qui explique tout ça très bien.

  7. Continent Isolé dit :

    « continent isolé »?

    Tu peux récupérer tout le contenu que tu as mis sur Google+ via une interface très simple: https://www.google.com/takeout

    De plus, si on se fit sur la façon dont fonctionne Google, on peut s’attendre à un API pour G+ d’ici peu, voici les API pour presque tous leur services: https://code.google.com/intl/fr/more/

  8. Merci beaucoup Pierre pour ce point de vue très intéressant sur les limites actuelles de Google +. Elle alimente notre réflexion sur la manière dont http://www.docteo.net orientera son réseau social à la rentrée. Je retiens notamment de votre article le problème de la multiplicité des réseaux sociaux et du temps passé sur chacun d’eux. Nous réfléchissons de notre côté à une manière simple de permettre aux utilisateurs de Docteo.net d’alimenter leurs autres réseaux sociaux (FB, Twitter et Linkedin principalement) depuis Docteo.net. Ce sont là des questions difficiles qui relèvent davantage de choix stratégiques que techniques.

  1. 26/08/2011

    […] Google moins | Blogo-Numericus «Je pense que sur ce ser­vice, Google ins­taure une dis­sy­mé­trie puis­sante entre la pla­te­forme et ses uti­li­sa­teurs. J’y vois une sorte de cyber­co­lo­nia­lisme qui main­tient volon­tai­re­ment ses uti­li­sa­teurs à l’âge de pierre pour se réser­ver l’usage exclu­sif de tech­no­lo­gies plus avan­cées. Mais je veux bien croire que je suis un peu para­noïaque (qui est mon péché mignon) et que Google Plus me démen­tira dans les jours/​semaines à venir.» (tags: RevuePresse blogcafé Google+) […]

  2. 28/08/2011

    […] devenu à mes yeux le réseau sur lequel je dois me forcer à revenir, l’oubliant constamment. Faute peut être à son manque d’intégration correct dans mon flux? Tu fous quoi le champion des […]

  3. 13/08/2012

    […] Google moins | Blogo-Numericus «Je pense que sur ce ser­vice, Google ins­taure une dis­sy­mé­trie puis­sante entre la pla­te­forme et ses uti­li­sa­teurs. J’y vois une sorte de cyber­co­lo­nia­lisme qui main­tient volon­tai­re­ment ses uti­li­sa­teurs à l’âge de pierre pour se réser­ver l’usage exclu­sif de tech­no­lo­gies plus avan­cées. Mais je veux bien croire que je suis un peu para­noïaque (qui est mon péché mignon) et que Google Plus me démen­tira dans les jours/​semaines à venir.» (tags: RevuePresse blogcafé Google+) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *