Dans la Toile des médias sociaux : nouveaux moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales

Depuis quelques semaines, j’ai le très grand plaisir de donner un coup de main à Mareike König de l’Institut Historique Allemand pour l’organisation d’un colloque sur les réseaux ou médias sociaux dans les sciences humaines et sociales, qui se déroule aujourd’hui et demain à Paris dans les locaux de l’Institut. Le programme est ici.  Il reste quelques places, vous pouvez encore vous inscrire (c’est ici), mais dépêchez vous ! Le colloque sera ouvert ce soir plutôt de belle manière par une conférence de Geert Lovink, le fondateur et directeur de l’Institute of Network Cultures.

Pour ma part, je ferai une petite intervention introductive en compagnie de Mareike demain matin. Voici un brouillon de ce que je voudrais dire. Je suis preneur d’ici demain de toute remarque que vous pourriez faire sur cette proposition.

Merci !

 

Les médias sociaux dans la recherche / dans le procès de production de savoir : Les premiers réseaux sociaux ont émergé à partir de 2003-4. Au départ, grand public : outils de sociabilité pour tout un chacun. Pourtant, rapidement, émergence de réseaux sociaux professionnels : Linkedin ou Viadeo, et puis scientifiques : Academia.edu, UniPhy, Biomedexpert, Scitable, Mysciencework, etc. Mendeley ou CiteUlike pour les bibliographies.
De manière générale, ces réseaux sociaux scientifiques fournissent trois types de services :

  • affichage de l’identité du chercheur (CV en ligne)
  • outils de sociabilité et de conversation en ligne
  • partage de références bibliographiques qui constituent la matière première du chercheur

Il y a deux manières d’envisager le développement des réseaux sociaux scientifiques :

  • ils se situent dans la continuité d’une sociabilité scientifique traditionnelle : l’Académie a un fonctionnement très communautaire et a développé depuis très longtemps des lieux et pratiques de sociabilité : machine à café, séminaire, colloque, revues, comités, etc. C’est le phénomène “un Tout Petit Monde”  [ce titre a-t-il été traduit en allemand ?] de David Lodge. Les réseaux sociaux sont la continuation de ces pratiques par le moyen des nouvelles technologies.
  • En science comme dans d’autres secteurs, on assiste à un affaiblissement des institutions (de recherche ici) : les structures institutionnalisées de recherche (instituts, universités, laboratoires) seraient des lieux de sociabilité scientifique de moins en moins satisfaisants et de plus en plus concurrentiels (classement de Shangaï). Les chercheurs inventeraient alors des lieux de sociabilité, d’échange, mais aussi de co-construction des savoirs transversaux aux institutions moins hiérarchisés, plus coopératifs, plus ouverts (aussi sur la société), plus flexibles, mais aussi plus individualistes. C’est le passage d’une société de classe à une société en réseau théorisée par M. Castells par exemple.

Conclusion :  on a une ambigüité des réseaux sociaux, parfaitement illustrée par le film The Social Network qui montre comment Facebook naît au sein de l’institution universitaire, mais en dynamite les codes et la structure (le système des fraternités par exemple).
Conséquence de cette ambiguïté : on est souvent confronté à une critique utilitariste de ces pratiques d’échanges au sein des réseaux sociaux scientifiques : elles seraient une “perte de temps” par rapport au travail productif de recherche et de publication qui est de plus contrôlé, évalué, mesuré et intégré dans une mise en compétition et en concurrence des chercheurs entre eux. Le rôle ambigu que jouent les réseaux sociaux aujourd’hui dans les pratiques professionnelles et donc aussi scientifiques a pour conséquence que deux réponses à cette critique diamétralement opposées sont autant valables :

  • Une réponse “anti-utilisariste” qui défend un modèle de recherche désintéressé (amour de la science et partage des savoirs) et collaboratif qui viendrait se loger dans les réseaux sociaux à l’écart de tout l’appareil de mise en compétition des chercheurs et des équipes de chercheurs
  • Une réponse utilitariste pour qui les réseaux sociaux sont au contraire des outils permettant au chercheur “entrepreneur de lui-même” de développer un avantage comparatif par rapport à ses collègues en enrichissant son carnet d’adresses, en optimisant sa visibilité, en “occupant le terrain” de la conversation scientifique dans son domaine de spécialité.

Cette ambiguïté fondamentale des réseaux sociaux  n’est pas propre aux réseaux scientifiques. Théorisée par Manuel Castells, elle est développée en France par des sociologues comme Dominique Cardon, Nicolas Auray ou Antonio Casilli. Mais elle s’applique aussi aux réseaux scientifiques et il serait intéressant que le colloque, dans un effort de réflexivité de la communauté scientifique sur ses propres pratiques contribue à l’explorer.

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Oui, bien sûr, il y avait une erreur dans mon lien, je viens de le corriger. En fait, c’est très simple : il faut écrire à dhouelleu@dhi-paris.fr

  2. Davaille dit :

    Bonjour,

    Nous souhaiterions nous inscrire pour le colloque demain pour la journée. Est-ce encore possible? Le lien d’inscription ne fonctionne pas. Nous sommes Virginie Simon et Tristan Davaille fondateur du réseau social scientifique MyScienceWork et du blog MyScienceWork. En vous remerciant par avance pour votre réponse je vous souhaite une bonne journée.

  1. 29/07/2011

    […]  Pierre Mounier a ensuite présenté brièvement l’émergence des réseaux sociaux scientifiques et la façon d’envisager leur développement (voir ici). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *