De l’édition électronique ouverte à OpenEdition

Je suis invité à intervenir dans une journée d’étude qu’organisent demain aujourd’hui à Lyon Joëlle Le Marec et Igor Babou sur les études de sciences. Le programme est disponible ici.

On m’a demandé de parler du numérique pour l’édition de sciences humaines et sociales. Mais le Cléo est à la veille de lancer son grand programme : OpenEdition qui représente un sacré défi et une proposition particulièrement innovante pour l’édition électronique en libre accès. Dans ces conditions, produire une analyse abstraite et purement théorique sur le sujet n’a pas beaucoup de sens pour moi. Je préfère tenter d’expliquer ce que nous voulons faire et exposer l’analyse de la situation sur laquelle repose ce programme. Voici donc un « argument » sec, sans les exemples et illustration de mon intervention de demain tout à l’heure.

Introduction

Je vais présenter une analyse de la situation de l’édition électronique comme on me l’a demandé, mais aujourd’hui je ne conçois pas de possibilité de livrer une analyse sur cette question indépendamment de l’engagement dans l’action, et particulièrement dans l’action collective avec le Cléo où je travaille. C’est donc une analyse située et je vais tenir à exposer les conséquences les plus immédiates de cette analyse à savoir un projet sur lequel le Cléo travaille depuis presque un an, qui est sur le point d’aboutir et qui s’appelle OpenEdition.

Cette analyse et son projet reposent sur deux bases :

1. La situation de l’édition de sciences humaines est une application à un domaine particulier d’une situation que l’on peut constater à un niveau plus général au niveau de l’édition, et même, avec des spécificités pour chaque champ, à tous les domaines de la création culturelle. C’est pour cette raison que nous avons mené l’enquête qui a conduit au Repères sur l’édition électronique et qui nous a permis d’élargir notre base de réflexion.

2. Globalement, cette situation peut être caractérisée comme une zone de tensions, un écheveau de contradictions entre deux mondes. Un monde de l’édition, qui malgré sa diversité reposait jusqu’ici sur un socle stable technique (l’imprimerie), juridique (les droits de propriété intellectuelle), économique (la vente en librairie et bibliothèques) et un monde en train de naître et se former, caractérisé par des technologies, des pratiques et même des normes très différentes.

Le Cléo se positionne, comme d’autres bien sûr, exactement à la croisée de ces deux mondes ; il est de ce fait traversé lui aussi de contradictions ; il peut sans doute constituer un point d’observation intéressant, mais surtout il est le lieu de l’invention nécessaire de nouveaux modèles qui tentent de retenir et concilier le meilleur des deux mondes.

A partir de ce point : quoi de neuf pour l’édition électronique aujourd’hui, c’est-à-dire au cours des derniers mois, des dernières semaines ? C’est sans doute que les deux mondes qui restaient jusqu’à présent en tension relative, feignant de s’ignorer l’un l’autre et se tenant à distance de sécurité, entrent violemment en collision aujourd’hui avec le basculement du livre dans le numérique. Certaines contradictions qui pouvaient être raisonnablement maintenues en l’état doivent donc  maintenant être résolues. Et c’est l’objet de ma première partie.

L’édition à l’épreuve du web

Contrairement à ce qu’on pense, la pointe de l’offensive qui vient déstabiliser le secteur de l’édition n‘est pas tant le numérique que le web. Le web, défini par son protocole (http), son langage (html), son mode de mise en relation (le lien hypertexte), permet la naissance de nouvelles pratiques d’écriture et de lecture, mais surtout repose sur un principe de libre accès à l’information qui est menaçant pour le monde de l’édition. Ce monde a donc d’abord attendu (longtemps) puis a fini par développer une contre-offensive en promouvant un mode de distribution de ses contenus reconstruisant sa logique propre à la fois à partir de et isolé du web : c’est le e-book avec ses tablettes électroniques de lecture, ses fichiers verrouillés sous DRM, ses catalogues clos sur eux-mêmes et, bien sûr, son mode d’acquisition payant comme s’il s’agissant d’un livre imprimé.
Le problème est que cette tentative ignore et reste à l’écart d’une part de l’incroyable bouillonnement intellectuel, l’extraordinaire créativité culturelle que permet le web en libre accès, et aboutit d’autre part à une véritable régression même par rapport à ce que permettait l’édition imprimée !
C’est la raison pour laquelle nous avons toujours fait le choix à la fois du web et du libre accès et nous considérons que notre mission consiste d’abord à diffuser sur le web, là où sont les lecteurs, professionnels et non-professionnels, les informations et les analyses de haute qualité que produit la recherche de sciences humaines et sociales. L’enjeu est d’abord là : que ces contenus soient réellement accessibles (trouvables, utilisables, citables, liables) au coeur de ce grand chaudron culturel qu’est le web aujourd’hui. Afin qu’ils soient féconds et non stériles.
Le bouillonnement créateur du web que je viens de mentionner s’exerce par ailleurs en grande partie sur les formes éditoriales elles-mêmes. C’est quelque chose que met très bien en évidence le rapport Ithaka sur les nouvelles formes de communication académique à l’ère numérique. Par rapport à cela, l’objectif d’OpenEdition, en tant qu’il rassemble nos trois plateformes (Revues.org, Calenda, Hypothèses) et les relie entre elles, est de permettre à la communication scientifique de bénéficier de cette évolution et ne restant pas prisonnier des formes éditoriales canoniques.

Un espace éditorial transnational

Le web abaisse les frontières, c’est bien connu. On peut parler des frontières entre types de contenus, entre milieux professionnels, entre science et société, mais aussi, évidemment, entre pays et espaces linguistiques. De ce point de vue, la situation française est un peu particulière avec le syndrome de la forteresse assiégée qui s’y est développé sur cette question. La menace des plateformes américaines sur l’édition française d’un côté, la domination de la langue anglaise de l’autre (cette question est particulièrement vive en SHS) fixent les positions antagoniques sur la dimension internationale.
Pour notre part, nous avons choisi d’observer les équipes scientifiques et éditoriales qui animent nos revues, collections de livres, carnets de recherche. Et nous avons observé que ces équipes travaillaient souvent au sein de réseaux transnationaux (plutôt  qu’internationaux). Ce n’est pas un hasard si nombre de nos revues portent sur des aires géographiques et linguistiques, par exemple. Mais pas seulement, et nous voyons apparaître depuis quelques temps plusieurs projets de revues européennes dans différents domaines.
Dans ces conditions, la question linguistique ne se réduit pas à la fameuse opposition frontale entre l’anglais et le français, mais passe aussi par l’investissement d’espaces linguistiques très importants (l’espagnol et le portugais par exemple), par des travaux de traductions (et pas forcément vers l’anglais), par des publications multilingues. OpenEdition, c’est donc aussi la volonté de ne pas resté cantonnés dans un espace national qui n’a pas beaucoup de sens à l’ère d’Internet. C’est la volonté de permettre aux publications de sciences humaines de circuler « world wide » comme l’est le web lui-même et de construire des plateformes réellement transnationales. C’est enfin tenter de donner à ces communautés scientifiques transnationales qui sont souvent très fécondes, les moyens de travailler ensemble, de diffuser et faire connaître leur travaux par la publication.

Inventer un modèle économique

Bon. Des contenus en libre accès dans des formats ouverts, un bouillonnement intellectuel, l’invention de nouveaux modes de communication scientifique, des publications transnationales. Tout cela est parfait. Mais avec quels moyens ? C’est ici la question lancinante du modèle économique du libre accès qui doit être posée et que l’on retrouve aussi bien pour la presse, que l’édition de littérature, de sciences ou de sciences humaines et sociales. Précisons d’abord que cette question du modèle économique se pose essentiellement pour les producteurs de contenus et les éditeurs. Google se porte très bien, merci pour lui, et démontre qu’une économie du web existe, mais pour certains acteurs.
Notre analyse est qu’à ce stade, il n’existe pas encore de modèle économique dominant tous domaines confondus pour la production de contenus sur le web. Il existe en revanche de nombreux modèles d’affaires valables pour certains contextes, et certains d’entre eux semblent bien fonctionner. Pour nous concentrer sur l’édition scientifique, le modèle dominant pour la diffusion de contenus en libre accès est aujourd’hui le modèle auteur-payeur.
Ce modèle  pose de nombreuses difficultés éthiques, politiques et scientifiques. Je ne veux pas les évoquer ici. Je préfère me concentrer sur une question massive que pose le développement du libre accès et plus particulier de ce modèle  pour l’édition scientifique. C’est tout simplement la question de la place des bibliothèques qui est posée.
Les bibliothèques n’ont pas seulement pour mission d’acquérir des ressources documentaires. Elles élaborent des politiques documentaires leur permettant de constituer des collections et elles proposent à leur public des services de médiation. Il reste que l’acquisition constitue en quelque sorte le pilier, on pourrait presque dire la condition de possibilité sur laquelle reposent ces autres activités. Aujourd’hui, sans acquisition, pas de bibliothèque. La dématérialisation de la littérature scientifique, désormais accessible via des plateformes d’éditeurs ou d’agrégateurs comme ScienceDirect ou Springerlink ont constitué une première difficulté pour les bibliothèques, qui géraient jusque là des objets – les livres imprimés – et ont dû se mettre à gérer des accès. Elles s’en sont d’ailleurs partiellement déchargées sur de nouveaux intermédiaires, les gestionnaires d’abonnement, sur lesquels il y aurait beaucoup à dire. On reste pourtant, à ce stade, dans un schéma connu.
Qu’en est-il maintenant de la littérature en libre accès ? De manière tout à fait logique, une bibliothèque ne sait pas quoi en faire : comment en effet acheter ce qui est gratuit ? impossible. Et comme la base du pilier est sapée, les autres dimensions de son activité ne peuvent pas prendre en charge ces contenus (impossible de construire des collections) ou très mal (pourquoi signaler et référencer des contenus pour lesquels on n’a pas payé ?) .
Nous pensons que cette situation est catastrophique pour tous les acteurs : elle est catastrophique pour les producteurs de contenus car ils ne bénéficient pas du soutien financier que les bibliothèques donnent pour acquérir des ressources en accès payant. Sacré paradoxe tout de même qu’il faille qu’un contenu soit à accès restreint pour que sa production puisse être soutenue par des bibliothèques, à l’exact inverse de leur mission ! elle est catastrophique pour les lecteurs qui ne bénéficient plus de toute la compétence professionnelle des bibliothécaires pour qualifier et trouver rapidement l’information dont ils ont besoin. En ce qui concerne les ressources en libre accès, ils sont peu ou prou abandonnés à eux-mêmes. Elle est catastrophique enfin pour les bibliothèques elles-mêmes qui disparaissent totalement du circuit de diffusion de ces ressources et risquent d’être marginalisées en restant enfermées dans l’ancien monde.
On voit donc que derrière la question apparemment triviale du modèle d’affaire, c’est en réalité la question centrale de la médiation éditoriale et documentaire qui est posée, et qui nous fait d’ailleurs retomber nez-à-nez avec Google, seul acteur qui, en l’absence d’alternative, devient la plateforme de diffusion et en même temps la bibliothèque d’accès dominante à des contenus en libre accès.

OpenEdition Freemium

A partir de ces analyses, nous avons élaboré un modèle économique et une proposition commerciale permettant de soutenir la diffusion en libre accès sur le web des résultats de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce modèle, baptisée OpenEdition Freemium, déconnecte l’accès à l’information, qui reste libre, de la fourniture, payante cette fois,  de services supplémentaires. Conséquence  : les contenus (livres, revues, carnets, programmes scientifiques) restent diffusés en libre accès pour tous dans le format le plus universel et le plus accessible : celui du web. Mais nous vendons des services supplémentaires qui permettent par exemple de télécharger des fichiers pdf ou epub à partir de ces contenus (pour les lire plus confortablement ou les enregistrer plus facilement), d’accéder à des statistiques de consultation, de bénéficier d’alertes personnalisées sur ces contenus, ou encore d’ajouter facilement les titres au catalogue. Qui sont les destinataires de ces services payants ? Les bibliothèques bien sûr, en priorité, qui retrouvent par ce moyen la possibilité d’acquérir (des services) pour des contenus en libre accès et peuvent donc réintégrer le circuit documentaire. Qui sont les bénéficiaires des revenus ainsi obtenus ? Les producteurs de contenus en libre accès, les revues et leur éditeur particulièrement, qui trouvent ainsi un soutien dont ils ont très souvent besoin pour pérenniser et développer leur activité.
Qu’essayons-nous de faire ? Nous tentons de reconstruire une alliance stratégique entre éditeurs et bibliothèques pour soutenir la publication en libre accès au coeur même du Web. Nous ne pensons pas du tout que ces acteurs historiques de la communication scientifique et de la diffusion des savoirs doivent être balayés par Google ou bien restés cantonnés derrière les murailles stérilisantes des plateformes à accès restreint. Nous voulons leur permettre au contraire d’être bien présents et d’apporter toute leur compétence accumulée au coeur du nouvel environnement qui se développe à grande vitesse.

Je vous le disais : il s’agit tout simplement de conjuguer le meilleur des deux mondes.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    Nouveau test de la fonction « subscribe to comments reloaded ».

  2. Marin Dacos dit :

    Nouveau test de la fonction « subscribe to comments reloaded ».

  3. Marin Dacos dit :

    Test de la fonction « subscribe to comments reloaded ».

  4. Marin Dacos dit :

    Test de la fonction « subscribe to comments reloaded ».

  5. Eric Verdeil rebondit sur mon billet et étend le débat à la question de la rémunération des auteurs pour le numérique

  1. 08/02/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by v_clayssen, Marin Dacos. Marin Dacos said: De l’édition électronique ouverte à OpenEdition: Je suis invité à intervenir dans une journée d’étude qu’organis… http://bit.ly/hDsO3y […]

  2. 09/02/2011

    […] suite est à lire ici.  Imprimer ce […]

  3. 12/02/2011

    […] modèle, qu’ils appellent « Open Edition » est un peu expliqué par Blogo-Numéricus (extrait): Qu’essayons-nous de faire ? Nous tentons de reconstruire une alliance stratégique […]

  4. 12/02/2011

    […] modèle, qu’ils appellent « Open Edition » est un peu expliqué par Blogo-Numéricus (extrait): Qu’essayons-nous de faire ? Nous tentons de reconstruire une alliance stratégique […]

  5. 13/03/2011

    […] exemple, celui de Revues.org très bien expliqué par Pierre Mounier : nous avons élaboré un modèle économique et une proposition commerciale permettant de soutenir […]

  6. 13/03/2011

    […] • Voir les services de revues.org (Pierre Mounier) ICI […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *