Le prix de la gratuité

Le Centre pour l’édition électronique ouverte, comme beaucoup d’autres, se bat pour refuser le terme « gratuit » et pour lui préférer le terme « libre accès », souvent utilisé dans sa forme anglaise, « Open access » ou « OA ». Pourquoi?

Tout simplement parce que l’édition électronique en libre accès n’est pas gratuite. Il y a bien quelqu’un qui paie, quelque part. En revanche, le modèle économique se situe ailleurs que dans l’achat individuel de chaque article ou chaque chapitre publié en ligne.

On sait que le libre accès fait basculer l’édition dans un nouveau paradigme, avec son lot d’incertitudes et de risques, mais aussi, et surtout, avec une révolution, la révolution de l’accès. Pour dire les choses simplement : pour accéder à un article, une des unités élémentaires du savoir de l’humanité, il faut d’abord en connaître l’existence. Or, par définition, le savoir disponible est immense et dispersé chez des milliers d’éditeurs différents, dans des centaines de langues différentes, sur l’ensemble des continents. Pour que l’aiguille dans la botte de foin puisse être trouvée, on n’a rien inventé de plus efficace, depuis 20 ans, que l’édition électronique en libre accès.

Certains ont pu croire que le numérique allait faire chuter les prix d’édition, et que le seul changement de support (du papier au numérique) allait rendre possible une édition électronique en libre accès, dans un monde meilleur où les valeurs de diffusion du savoir pourraient l’emporter sur les basses contraintes budgétaires des sociétés savantes publiant livres et revues. Il faut bien se rendre à l’évidence: dans le travail éditorial, rien de fondamental n’a changé avec le numérique. Bien sûr, il est possible d’automatiser certaines tâches, comme par exemple la gestion des manuscrits soumis à l’éditeur et l’ensemble des échanges entre le rédacteur en chef, les experts, le comité de lecture, le conseil scientifique, etc. Mais cette automatisation n’est qu’un support à l’intelligence humaine, elle ne peut pas s’y substituer. Le travail d’un rédacteur en chef, d’un auteur, d’un expert et d’un secrétaire de rédaction restent les mêmes. Pire: en augmentant la visibilité des revues, la mise en ligne a augmenté les coûts de gestion des soumissions par des auteurs devenus plus nombreux… et la gestion des manuscrits assistée par wokflow n’est, finalement, que l’adaptation du secteur de l’édition à ces nouvelles conditions de visibilité. Pire encore: le coût des développements et de la maintenance technologique des plateformes d’édition électronique est de plus en plus élevé, en raison de la sophistication croissante des besoins dans ce domaine: multiplicité des formats et des protocoles, diversité exponentielle des terminaux de lecture, obscolescence régulière de technologies, état de l’art de plus en plus complexe, contraintes d’accessibilités, course à l’enrichissement des métadonnées, course à l’enrichissement fonctionnel, nécessité d’enrichissements documentaires permanents, coûts des interopérabilités, gestion des accès de plus en plus complexes, systèmes d’identification unique, nécessité de fonctionnalités impliquant de la fouille automatique de données, du traitement automatique de la langue, etc.

Le célèbre MIT publie en ligne les non moins célèbres « OpenCourseWare« , ses cours en libre accès. La puissante institution américaine vient d’écrire aux usagers d’OpenCourseWare le courrier suivant.

Email MIT

On y apprend que le programme général coût 3,7 millions de dollars. Ce montant, de toute évidence, n’intègre pas le salaire des professeurs qui donnent les cours… De toute évidence, également, le montant n’est pas surestimé ni affolant. Il est simplement élevé parce qu’il faut fournir beaucoup de travail dans différents métiers (voir Les cinq piliers de l’édition électronique). Le MIT indique qu’il paie directement la moitié de cette somme, qu’une autre moitié est payée par des sponsors et des financements publics, et qu’il reçoit 200 000$ de dons de ses lecteurs chaque année. Belle performance, qu’ils veulent pousser à 500 000$. La crise est bien sûr passée par là, mais elle ne change rien à la situation : le libre accès a un coût. Cecilia d’Oliveira, executive director du MIT OpenCourseWare utilise l’expression « The Cost of Free« , que je reprends dans ce court billet : le coût de la gratuité. Comme je l’ai indiqué plus haut, la gratuité n’est pas le bon terme, mais il est frappant.

Ce billet est le premier d’une série qui portera sur les modèles économiques du libre accès. En espérant que cela permettra d’ouvrir le débat à l’aide d’arguments et de considérations solides, loin des réactions psychorigides du type « l’argent c’est sale » ou bien « le libre accès, c’est pirates, libertaires et compagnie ».


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 16/10/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos and Olivier Le Deuff, Frédérique Giraud . Frédérique Giraud said: RT @marind: Le prix de la gratuité | Blogo-Numericus: "On y apprend que le programme général coût 3,7 millions de dollars. Ce … http://bit.ly/a3tbKF […]

  2. 16/11/2010

    […] au bénéfice d’un fort clair de Marin Dacos sur Homo Numericus intitulé « Le prix de la gratuité« . L’évidence peut-être mais il est bon de […]

  3. 28/10/2012

    […] ceci a un coût, et il serait sui­ci­daire de le nier. C’est ainsi que la « gra­tuité » a un coût, ainsi que le montre le bud­get d’Open­Cour­se­Ware, l’initiative de cours en ligne en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *