I love le Web

L'iPad de la Méduse

Avec la multiplication des tablettes de lecture électronique dédiées et la commercialisation de l’iPad en particulier, le Web n’est plus le passage obligé pour la diffusion de contenus sur Internet. C’est en tout cas l’idée développée par Michael Hirschorn dans un article très intéressant que publiait le mois dernier le magazine The Atlantic. Les éditeurs de livres d’un côté, qui ont toujours regimbé à rendre disponibles leurs catalogue sur le Web, se précipitent désormais, qui chez Apple, qui chez Amazon pour être présents dans les librairies virtuelles que ceux-ci mettent à leur disposition. Les éditeurs de presse, laminés par la loi d’airain du « information wants to be free » (IWTBF), considèrent l’iPad comme le naufragé contemple sa planche de salut. Surtout, dans tous les esprits, sur tous les médias, c’est désormais la curée contre le Web coupable de toutes les tares : inorganisé, inefficace, dangereux, immoral, le Web est un terrain vague, une zone, une friche, un lieu de perdition à mi-chemin entre le Saloon et le bordel d’où Saint Steve ramène les consommateurs-brebis égarés pour les conduire vers le jardin d’Eden sécurisé, ordonné, propre et exempt du péché, enclos de belles palissades blanches (« white piquet fence » selon l’expression imagée de Hirschorn) dont il est le gardien.

Je voudrais simplement proposer ici une défense et illustration de ce Web bien mal aimé. En un mot, alors que tous le décrient, je proclame pour ma part, bien haut et et bien fort, sans crainte ni tremblement : I love le Web !

I love le Web

Avant d’égrener les raisons de cet attachement, peut-être convient-il de définir le Web, et de dire ce qui le particularise par rapport à Internet en général. Le meilleur moyen pour comprendre simplement sans recourir à la technique ce qu’est le Web, c’est de partir du navigateur : le Web, c’est ce qui nous permet d’accéder à des contenus par l’intermédiaire d’un navigateur quel qu’il soit – soyons consensuels pour une fois : Internet Explorer, Mozilla Firefox, Google Chrome, Opera ou Safari. Pour fonctionner, le navigateur Web s’appuie sur trois éléments techniques dont la conjonction font le Web :

1. un système d’adressage qui attribue une adresse à chaque « page Web », chaque document, permettant de le retrouver dans l’incroyable fouillis de milliards de pages que constitue le Web. Ce système des URL – Uniform Ressource Locator -, c’est l’ossature du Web.

2. Un langage de structuration et/ou de mise en forme, le HTML qui permet au navigateur de composer les pages Web en plaçant les éléments de contenus à la bonne place et en se comportant comme le concepteur de la page l’a voulu. Le HTML -Hypertexte Markup Language, ce sont les muscles du Web.

3. Une technologie très simple permettant de créer des « hyperliens » entre les documents, de les relier entre eux, donnant la possibilité à l’utilisateur de sauter d’un document à un autre d’un clic de souris. C’est le lien hypertexte et le protocole HTTP – Hypertext Transfer Protocol sur lequel il s’appuie, qui permet de l’établir. Le lien hypertexte, c’est le système sanguin du Web.

(4. On pourrait ajouter, pour être tout à fait complet : la mise en forme, l’apparence finale des documents Web, autrement dit la peau, définie par le langage CSS -Cascading Style Sheet – qui a pris une importance grandissante au cours des dernières années et ce n’est pas fini, voir le bonus en fin de billet).

Conclusion en forme d’équation : WWW=URL+HTML+HTTP(+CSS)

Maintenant que les fondamentaux sont posés, voici pourquoi le Web constitue pour moi une technologie irremplaçable qu’il convient de défendre et chérir avec la dernière énergie ; voici pourquoi j’aime le Web.

J’aime le Web parce qu’il est simple et low tech

Cybermonks par PIMboula en CC by-nc-nd 2.0 sur Flickr

Le Web, c’est la simplicité à tous les niveaux : au niveau des usages tout d’abord, grâce aux liens hypertextes qui permettent de passer d’un document à l’autre sans devoir apprendre une quelconque taxonomie ni de syntaxe de requête. Il n’est pas étonnant que ce soit l’apparition du premier navigateur Web – Mosaic – en 1993, qui soit à l’origine de l’explosion des usages de l’Internet que l’on a connu depuis lors. Pourquoi ? Tout simplement parce que surfer sur le Web est à la portée d’un enfant de 5 ans. Au niveau technique ensuite : le Web est tellement simple et low tech, demande tellement peu de ressources que la dernière chose que vous permettra de faire un ordinateur cacochyme en fin de vie, celui qui ne peut même plus ouvrir Word 95 en moins de 3 heures, ce sera de vous permettre de surfer sur le Web. Du coup, le Web est accessible à tous, à toutes les machines, à tous les budgets ; bibliothèques et autres espaces publics numériques peuvent mettre à disposition des dizaines d’ordinateurs dotés d’un navigateur et les cybercafés fleurissent de Gaza à Hanoï, de Delhi à Lagos donnant un accès gratuit ou à très bas coût à une quantité considérable d’informations de toutes natures pour des milliards de personnes.  Cela, j’aimerais bien qu’on ne l’oublie pas, parce que c’est tout simplement une révolution à l’échelle de la planète : « magical, wonderful, incredible, amazing, awesome, big, bigger, better, best, great, huge, terrific, tremendous, ambitious, gorgeous, beautiful, phenomenal, unbelievable, unbeatable, remarkable, revolutionary, extraordinary » dirait Saint Steve.

Mais aussi, le Web est tellement simple qu’il permet à tous ceux qui le souhaitent de transmettre et diffuser de l’information à bas coût et sans devoir acquérir de grandes connaissances techniques. Sait-on qu’il est tout à fait possible de composer une page Web en utilisant le bloc-notes de son ordinateur ? Essayez donc de créer dans les mêmes conditions une application pour iPad pour voir ! Et cette page Web que j’ai composée sur mon bloc-notes, rien de plus facile que de la poser sur un serveur Web, celui que met gratuitement à ma disposition mon fournisseur d’accès par exemple, pour la rendre accessible à la terre entière, sans rien demander à personne (et je peux même diffuser ma page directement à partir de mon ordinateur personne, si je veux). A contrario, impossible de publier mon application pour iPad sans avoir obtenu le nihil obstat et l’imprimatur de Saint Steve…

Homo Numericus en 2000 - Hand made

C’est cette simplicité à la création de contenus qui m’a d’abord séduit et m’a fait plonger dans le Web, comme beaucoup de ma génération. Vivant dans un monde où l’on m’explique à longueur de temps que tout est très compliqué, où pour faire ceci ou cela, il faut toujours beaucoup de temps, recueillir l’assentiment d’un nombre incroyable de personnes autorisées, où il faut en permanence faire des compromis avec les pouvoirs établis, le Web m’a d’abord donné la goût de la liberté de pouvoir tout faire tout seul, même si j’ai appris par la suite, que c’est aussi bien plus intéressant de faire avec les autres. Mais justement, puisque je suis libre d’écrire et diffuser mes idées, d’explorer les possibles sans rien demander à personne, je prends bien plus de plaisir à le faire avec les autres, et d’abord parce que je n’y suis pas contraint.

J’aime le Web parce qu’il est ouvert et social

Parlons-en justement de ce « faire avec les autres ». Une des évolutions les plus réjouissantes du Web est qu’il devient de plus en plus social : on pense bien sûr aux réseaux sociaux – profondément immergés dans le Web, mais il faut aussi penser aux centaines de milliers de communautés virtuelles qui se rassemblent autour de sites Web de toutes natures et sur tous les sujets, il faut aussi évoquer les fameux « planet » qui structurent la blogosphère et donnent une nouvelle vie aux anciens « webrings », sans même parler de tous les sites collaboratifs, Wikipédia et d’autres, qui sont nés du Web et permettent à des milliers de gens de co-créer des contenus, dans la logique du Web 2.0. Il faut s’interroger sur le moteur de cette « socialisation » progressive du Web.

Don't use (your) public garden ! par Castorp Republic en CC by-nc-sa 2.0 sur Flickr

Qu’est-ce qui rend possible ces collaborations multiples, ces mouvements par lesquels les gens échangent en permanence, de manière plus ou moins étroite, mais de plus en plus intense ? Je crois que c’est précisément ce pour quoi on critique le plus souvent le Web : son caractère inorganisé, sans plan préétabli, et ouvert à tous les vents. Le Web, c’est un joyeux bazar où un chat ne retrouverait pas ses petits, c’est une auberge espagnole où chacun apporte un plat de chez lui composant un repas pour le moins bigarré, c’est une jungle luxuriante ou s’épanouissent les cent fleurs de la diversité, et c’est justement tout cela qui lui donne vie et le fait tellement ressembler à…la société elle-même ; une société ouverte et accueillante, s’auto-organisant vaille que vaille, mais aussi vulgaire, violente, dangereuse quelquefois, créatrice et destructrice tout à la fois, c’est-à-dire tout simplement vivante ! En comparaison, l’Eden de Saint Steve est bien confortable, bien agréable, pas de mauvaise herbe ni de ronces, les chemins y sont rectilignes et bien ratissés, chaque chose à sa place et une place pour chaque chose, on peut s’y reposer et y laisser gambader les enfants, sans craindre les mauvais coups. Mais son jardin de curé  ne favorise pas les conversations ni les rencontres, il n’autorise pas ses visiteurs à biner un coin du potager et inventer, ensemble, de l’inédit.

Une société  n’est pas une entreprise, ni une armée, pas plus qu’une église. Ce n’est pas une boutique ou un média et ce n’est même pas non plus une famille ou une communauté. La société englobe et dépasse toutes ces formes de collectifs. Elle est comme un océan sans limite, elle est multidimensionnelle et personne n’en a un plan préétabli en tête. Certains s’imaginent peut-être la gouverner, mais ils se font des illusions la plupart du temps. Une société vit sa propre vie et se développe dans des directions imprévisibles et inattendues. Elle se nourrit des multiples rencontres, échanges et interactions qui relient les membres qui la composent. Ces interactions sont désordonnées, chaotiques, imprévues elles aussi, et c’est le moteur de la création. Il me semble que le Web fonctionne à peu près de la même manière.

J’aime le Web parce qu’il est démocratique.

Oui, dé-mo-cra-tique. J’ai bien conscience de dire un gros mot par les temps qui courent, et je prie mes lecteurs de bien vouloir m’en excuser, mais la conjonction de tout ce qui précède : le Web tel que nous le connaissons, c’est-à-dire accessible, ouvert, social et autogéré lui confère une qualité politique incontestable. C’est la raison pour laquelle il est autant dénigré par les puissants, politiques, stars médiatiques et autres capitaines d’industrie, qui n’ont de mots assez durs pour dénoncer le « tout-à-l’égout« , la « pire saloperie jamais inventée par les hommes« , le repaire de terroristes et de pédophiles et plus récemment de trotsko-fascistes. Le Web fait mal aux puissants parce qu’il est le

Student demonstration par Philippe Leroyer, en by-nc-nd 2.0

lieu où le peuple – autre gros mot – s’exprime et les critique librement. Il faut comprendre que tout l’arsenal législatif qui s’accumule depuis maintenant plus de dix ans et celui qui s’annonce, toutes les mesures réclamées par les uns et les autres pour réguler et contrôler la « zone de non-droit » que serait le Web, tous les discours de dénigrement que l’on entend à longueur de temps contre ce moyen de communication constituent des tentatives de réduire la liberté d’expression qui le caractérise.

« Internet [elle voulait dire le Web] est un danger public puisque ouvert à n’importe qui pour dire n’importe quoi » s’est  un jour écriée Françoise Giroud. Je suis bien d’accord avec elle, et c’est pour cela précisément que j’aime tellement le Web.

Bonus : Et le Web c’est cool aussi !

La supposée mauvaise qualité, les soi-disant limitations du langage HTML servent souvent à alimenter une critique du Web, de la part des éditeurs et des graphistes en particulier. Le HTML serait incapable de satisfaire aux critères élevés de la belle typographie, avec césures, polices de choix et glyphes léchés, d’où le recours aux fichiers PDF. Le HTML serait incapable de prendre en charge la moindre animation, d’où la multiplication des sites ou des vidéos en Flash (dont Saint Steve ne veut pas d’ailleurs). Ces critiques pouvaient être fondées à une époque. Elles le sont aujourd’hui de moins en moins, grâce, d’une part, à la modernisation des navigateurs, et d’autre part à l’évolution des standards eux-mêmes. Sur le premier point (texte et typographie), il faut savoir que le format Epub qui est en train de l’emporter pour encapsuler les livres électroniques à lire sur les tablettes de lecture est basé sur le format HTML  et écrase très nettement le format PDF, incapable de repositionner un texte à la volée en fonction de la taille du support. Belle revanche ! Sur le second point (images et animations), il faut voir cette vidéo proposée par Tristan Nitot qui associe HTML5, CSS3 et Firefox4 nous en met plein les yeux.

Disclaimer : j’ai un iPad moi aussi et je l’adore….surtout pour surfer sur le Web.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. I love you too 🙂 ok je sors

  1. 01/08/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Mounier, iPad France. iPad France said: [iPad] I love le Web: Homo NumericusAvec la multiplication des tablettes de lecture électronique dédiées et l… http://bit.ly/cSuzQC #iPad […]

  2. 01/08/2010

    […] Homo Numericus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *