Belle-maman a 70 ans et passera à l’informatique libre dimanche soir

Chicago's Frozen Shadows - CC par Mike Lavoie

Chicago's Frozen Shadows - CC par Mike Lavoie

Avec l’arrivée de l’informatique dans les nuages (cloud computing), on pourrait penser que le choix d’un système d’exploitation pourrait devenir de plus en plus secondaire. On peut même imaginer que l’OS pourrait devenir une couche préhistorique, enfouie profondément dans des strates informatiques, toujours présente, mais de moins en moins visible, de moins en moins décisive, dans l’ordinateur du futur.

En pensant cela, on ne peut s’empêcher d’espérer la confirmation du déclin de Microsoft, qui a tant neutralisé ses concurrents et écrasé la distribution informatique de sa puissance commerciale. Les deux mamelles de Microsoft que sont Windows et la suite Office sont, en effet, chacune attaquée de front par divers concurrents redoutables. Avec l’accident industriel que fut Microsoft Windows Vista instable, lent, laid, lourd et procédurier, Microsoft semblait avoir engraissé et intériorisé sa position de domination mondiale au point d’être capable de produire le plus mauvais OS du monde. Il a mis du temps à prendre la mesure de son incroyable erreur. Microsoft Windows Seven redresse la barre, avec un OS plus moderne, enfin stable…

Les trois OS concurrents

Trois concurrents majeurs ont profité de la bourde Vista pour continuer à avancer leurs pions.

Google, avec Google Chrome OS, est le plus jeune acteur, puisque son système n’est encore qu’annoncé. Cependant, on sait qu’il sera basé sur Linux, s’appuiera fortement sur le navigateur Chrome et fera la part belle à la suite bureautique en ligne de Google (Google docs). Il complètera la stratégie de Google en matière d’OS, couronnée par une première étoile avec Android, le système d’exploitation pour smartphones.

Apple, avec Mac OS X et iOS 4, dispose de deux systèmes d’exploitations modernes, lechés et fermés. On connaît le succès de l’Iphone et de son OS, désormais appelé iOS, qui a produit une dynamique dans laquelle le Macintosh s’est engouffré avec son Mac OS X,  dont les qualités sont indéniables, et qui est moins fermé qu’iOS : il est en effet possible de développer une application pour Mac OS X sans demander l’autorisation de M. Steve Jobs Ier. iOS est une machine à cash qui a pour ambition d’enfermer l’utilisateur dans un écosystème rassurant, un hypermarché culturel design. Pour allumer son Iphone la première fois, il faut donner son numéro de carte bleue, qui est ensuite le cézame pour toute évolution dans le monde souriant conçu par Apple pour endormir les populations à fort pouvoir d’achat. Le magasin est en le coeur. Lent et ergonomiquement mal conçu, il se comporte pourtant comme un immense concentrateur qui relie le consommateur et le vendeur, marché au sein duquel Apple se place en entremetteur de luxe, prélevant sa dîme au passage et multipliant les efforts pour capturer l’utilisateur dans son écosystème.

Ubuntu, enfin. La distribution Linux la plus facile à installer et à utiliser s’appuie sur deux réussites exemplaires dans le monde du logiciel libre. Tout d’abord, Debian, distribution rugueuse mais parfaitement fiable, et Gnome, interface confortable et très simple, inspirée par la recherche de simplicité mise en oeuvre par Apple. Encore relativement peu connu par le grand public, il souffre de la main-mise de Microsoft sur les étals des supermarchés. Pourtant, avec l’arrivée des Netbooks, la situation a  commencé à changer et sa visibilité a progressé. La débâcle constituée par Microsoft Windows Vista a constitué une opportunité pour les alternatives, qui n’en demandaient pas tant. Mais, surtout, ce sont les progrès rapides et réguliers d’Ubuntu et de la famille Linux qui ont fait évoluer la donne. D’autant plus que quatre logiciels libres progressaient en parallèle, sur tous les OS :  Firefox, Thunderbird, OpenOffice.org et VLC.

Les logiciels libres qui permettent de décrocher face à la dépendance Windows

Avec Firefox, le monde du logiciel libre a trouvé son navigateur. Puissant et respectueux des standards, il s’est vite révélé indispensable  grâce à ses extensions qui ont permis le développement de fonctionnalités nombreuses. Surtout, il fonctionne sur Mac OS X, sur Windows et sur Linux. Il a, dès lors, constitué le principal Cheval de Troie du logiciel libre dans le logiciel propriétaire. Il a habitué des centaines de millions d’utilisateurs à utiliser un logiciel qui fonctionne à l’identique dans un environnement Linux. Il a donc préparé le terrain, en douceur, pour permettre la bascule vers Linux.

Mozilla Thunderbird a constitué une première opportunité libre pour dépasser le très vieillissant Eudora et les propriétaires Apple Mail Microsoft Outlook. Mais l’indépendance face aux environnements propriétaires a été accentuée par la montée en puissance des Webmails, Gmail en tête : rapides et d’une capacité de stockage inimaginable il y a encore quelques années, ils modifient la donne en profondeur. Autrefois, pour changer de machine ou d’OS, il fallait procéder à une sauvegarde de ses courriels, de ses filtres, de ses dossiers. Cette tâche, hautement périlleuse, était un frein important à toute évolution du poste de travail. Facebook et Gmail sont, depuis, passés par là, et les données se sont envolées vers les nuages. Cela pose bien sûr des problèmes de société, mais autonomise fortement de l’environnement matériel et logiciel utilisé localement.

Ainsi, les deux principaux usages d’un ordinateur aujourd’hui, qui sont le courrier électronique et la navigation sur Internet, se sont déconnectés de l’influence des environnements de Microsoft et d’Apple.

Restaient le visionnage de films (DivX et DVD) et la bureautique. Pour le premier, VLC s’est révélé d’une redoutable efficacité. Rapide, léger, libre, il supporte la quasi-totalité des formats existants. Et il fonctionne sur Mac OS X autant que sur Windows et, surtout, sur Linux. Pour le second, OpenOffice.org présente les mêmes qualités : il lit les .doc et .docx, propose un traitement de texte relativement évolué (bien que moins sophistiqué que Word), un tableur et même un efficace concurrent de Powerpoint (Présentation). Et, bien sûr, OpenOffice.org fonctionne sur les trois OS : Mac, Windows et Linux.

Depuis longtemps déjà, Linux domine le secteur de l’informatique professionnelle, en particulier dans le domaine des serveurs Web. Le géant Google n’utilise-t-il pas des centaines de milliers de serveurs utilisant Linux? Il n’est pas nécessaire de démontrer la puissance du carré magique Linux Apache PHP MySQL (OS, Serveur Web, Langage de programmation, Système de base de données), appelé LAMP. Celui-ci est utilisé dans la majorité des sites web du monde. Voilà pour la puissance et la fiabilité. Mais quid des usages et des habitudes? Elles semblent avoir la vie dure. En effet, Linux ne serait installé que sur 1,24% des postes de particuliers en 2009 (enquête XITI). Comment expliquer une telle situation, alors que l’environnement Linux est très mûr, très fiable, très stable et très convivial?

Trois obstacles persistent

Il ne faut pas compter sur l’industrie du jeu vidéo pour développer des versions pour Linux. Cependant, les petits jeux en ligne en Flash, d’une part, et les consoles de jeu dédiées, d’autre part, ont permis d’imaginer un passage vers Linux sans douleur.

De même, les fabricants de matériel informatique ont longtemps fait la source oreille à Linux, ce qui a constitué un frein considérable au développement de Linux. En effet, vous deviez d’abord acheter votre machine, puis la tester avec un Live CD Ubuntu pour savoir si l’ensemble de ses particularités matérielles seraient supportées par Ubuntu. Pire : à chaque achat de nouveau matériel (imprimante, smartphone, clé 3G), le suspense est présent. Ce périphérique sera-t-il géré par Ubuntu? L’auteur de ces lignes a lui-même dû abandonner Linux pour ce type de raison : très mobile professionnellement, j’ai dû revenir sur Windows puis passer à Macintosh pour avoir une bonne gestion de l’économie d’énergie, donc de l’autonomie, de mon portable, ainsi qu’un support de ma clé 3G me connectant au reste du monde, et notamment à l’équipe avec laquelle je travaille.

Le dernier obstacle est la puissance de l’artillerie commerciale mise en place par Microsoft et l’immense flotille qui en dépend. Pour acheter un ordinateur équipé d’Ubuntu, il faut se lever tôt le matin. La FNAC ou Carrefour ne vous en vendront pas, du moins pas pour l’instant. Seul votre assembleur local pourra avoir envie de se lancer dans l’aventure. Et si vous considérez que les escadrilles de machines équipées de Windows constituent de la vente liée ou forcée, vous avez raison, mais il faudra vous armer de patience pour vous faire rembourser. On appelle ce type de logiciels des Racketiciels <http://racketiciel.info/>. Si vous appeler l’assistance téléphonique de votre fournisseur d’accès à Internet, il vous demandera de cliquer sur le bouton « Démarrer » ou d’ouvrir le poste de travail… Si vous lui dites que vous utilisez Ubuntu, il vous répondra sans doute que ce n’est pas conforme, que le problème vient de vous, que vous devez d’abord formater votre ordinateur et ensuite rappeler… On a vu des assistances téléphoniques de fabricants d’ordinateurs procéder de la sorte. Cette alliance industrielle a pour objectif de culpabiliser le chaland et de simplifier le marché en l’uniformisant. Elle place l’environnement Linux dans une situation de marginalité déligitimante, qu’il est difficile de contrer. Seriez-vous un odieux hacker, un mauvais bidouilleur incapable d’utiliser un système qui marche vraiment, attiré par la complexité et l’odieuse ligne de commande, cet irréaliste idéaliste technoborné, faisant joujou avec son bidule high-tech underground? Vous feriez mieux d’aller jouer à Linux dans les caves de Berlin…

Pourtant…

Cette situation pourait durer longtemps ainsi. Pourtant, Linux entre dans l’actualité quotidienne de personnes qui sont très loin d’être technophiles. Le signal a été donné par ma soeur. Débrouillarde mais pas absolument pas férue d’informatique, elle a toujours pensé que sa machine devait avant tout marcher, et trouvait son grand-frère excessivement techno. Elle s’est donc tenue loin de toutes ses pérégrinations linuxiennes, jusqu’à ce jour de printemps où son collègue lui a installé Linux. Pourquoi? Parce que son Windows était à bout de course. Elle allait jeter l’ordinateur avec le système… et son collègue lui a gentiment proposé de faire un dernier essai, pour voir si le cadavre bougeait encore. Miracle, me dit-elle! Elle a une machine véloce, qui réalise 100% des missions qu’elle lui confie. Et elle me demande comment virer son Windows installé en dual-boot, par sécurité… Elle utilise un webmail, OpenOffice, Firefox, Facebook et Netvibes. Point. Mon fil Twitter semble frémir face à cette option et je découvre des cas similaires. Est-ce une révolte? Non, Sire, une Révolution! Se pourrait-il donc que Linux soit parvenu à un degré de maturité tel qu’il soit désormais en mesure de faire de l’ombre à ses concurrents?

Pour en avoir le coeur net, j’ai décidé de sauver belle-maman des griffes de Windows. Son histoire est simple : achat d’un PC portable 17″ de marque HP à la FNAC. Celui-ci embarque un Windows Vista horriblement buggué, plus rapide qu’un pélican englué, et qui plante plusieurs fois par jour, dès le premier allumage. Une honte! A un point tel que j’ai dû installer un Windows Seven par dessus, récemment, pour redonner vie à cette machine pourtant neuve… Mais j’ai fait le test avec une version de Windows circulant sur le réseau, n’ayant pas envie de vider le portefeuille de belle-maman alors qu’elle a une licence de Windows Vista dans la sacoche de son rutilant HP (mais pas de CD, car il n’y a pas de petite économie). Comme Microsoft a détecté que je n’avais pas payé de licence, il affiche sur le poste des messages d’alerte m’indiquant que, décidément, je suis un honteux pirate et belle-maman est très inquiète. Du coup, de la colère, je me suis laissé convaincre par les amis et vais tenter le virage. Accrochez vos ceintures, belle-maman, vous passez à Linux!


Vous aimerez aussi...

12 réponses

  1. Nilux17 dit :

    courage belle maman ! si ca peut te rassurer, grand pere jacques, 64 ans, est sous ubuntu depuis plus d’un ans et il fait même les mises à niveau tout seul ! alors que sous windows 2000, on en a passé des heures carrés, pendu au téléphone, pour essayé de le dépanner. des bugs inimaginables, tout ça pour qu’il me ramène sa pauvre machine qu’il fallait dépanner à coup de regedit… sans parler des problème de maintenance d’antivirus…

  2. Nilux17 dit :

    courage belle maman ! si ca peut te rassurer, grand pere jacques, 64 ans, est sous ubuntu depuis plus d’un ans et il fait même les mises à niveau tout seul ! alors que sous windows 2000, on en a passé des heures carrés, pendu au téléphone, pour essayé de le dépanner. des bugs inimaginables, tout ça pour qu’il me ramène sa pauvre machine qu’il fallait dépanner à coup de regedit… sans parler des problème de maintenance d’antivirus…

  3. Marin Dacos dit :

    Je vais lui faire découvrir Ubuntu « pur », sans attraits windowziens. Pour les racketiciels, à mon avis, il faut s’y prendre dès l’achat. Ce sera pour la prochaine fois.

  4. Marin Dacos dit :

    Je vais lui faire découvrir Ubuntu « pur », sans attraits windowziens. Pour les racketiciels, à mon avis, il faut s’y prendre dès l’achat. Ce sera pour la prochaine fois.

  5. thieb03 dit :

    Bravo, excellentissime ! tout est dit et avec de l’humour en plus . Et vive l’open source .

  6. thieb03 dit :

    Bravo, excellentissime ! tout est dit et avec de l’humour en plus . Et vive l’open source .

  7. Sébastien dit :

    Beau-papa (78 ans) et belle-maman (68 ans) sont passés à Linux. Mes parents aussi (65 ans). Mes parents n’ont pas eu le choix, je leur ai acheté un pc et mis ubuntu dessus. Ils y connaissent rien, ne savent pas que linux n’est pas une marque de voiture, mais sont très contents. Mes beaux-parents qui suivent des cours d’informatiques m’ont demandé de mettre du linux sur leur PC (dingue hein ?), et je leur ai mis Linux Mint. Là aussi, rien à redire (à part ma belle mère qui me dit à chaque fois qu’il doit y avoir un virus dessus, j’ai beau lui expliquer, rien n’y fait :-)).

  8. Sébastien dit :

    Beau-papa (78 ans) et belle-maman (68 ans) sont passés à Linux. Mes parents aussi (65 ans). Mes parents n’ont pas eu le choix, je leur ai acheté un pc et mis ubuntu dessus. Ils y connaissent rien, ne savent pas que linux n’est pas une marque de voiture, mais sont très contents. Mes beaux-parents qui suivent des cours d’informatiques m’ont demandé de mettre du linux sur leur PC (dingue hein ?), et je leur ai mis Linux Mint. Là aussi, rien à redire (à part ma belle mère qui me dit à chaque fois qu’il doit y avoir un virus dessus, j’ai beau lui expliquer, rien n’y fait :-)).

  9. Tredok dit :

    *sort les pom-pom et sa mini-jupe*
    Aller ! On y croit !!
    ^^

    Tu essaies la version « spéciale » d’Ubuntu ?

    Si tu as regardé le site sur les racketciels, tu as du voir que tu pouvais demander à te faire rembourser. Mais je ne sais plus si HP est dans la liste des bons ou des mauvais.

  10. Tredok dit :

    *sort les pom-pom et sa mini-jupe*
    Aller ! On y croit !!
    ^^

    Tu essaies la version « spéciale » d’Ubuntu ?

    Si tu as regardé le site sur les racketciels, tu as du voir que tu pouvais demander à te faire rembourser. Mais je ne sais plus si HP est dans la liste des bons ou des mauvais.

  1. 18/07/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Maxime Maguire. Maxime Maguire said: Belle-maman a 70 ans et passera à l'informatique libre dimanche soir: D'autant plus que quatre logiciels libres pr… http://bit.ly/d2m8Nn […]

  2. 18/07/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Maxime Maguire. Maxime Maguire said: Belle-maman a 70 ans et passera à l'informatique libre dimanche soir: D'autant plus que quatre logiciels libres pr… http://bit.ly/d2m8Nn […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *