PizzaWeb. Garderons-nous le mot « crowdsourcing » dans notre langue ?

Magnetic Poetry, par Surreal Muse, licence CC

Magnetic Poetry, par Surreal Muse, licence CC

L’arrivée du mot care dans le discours du Parti socialiste français m’a étonné et inquiété par sa forme. La force de légitimation du vocabulaire anglais semble n’avoir plus de limite. Or, les acteurs du numérique ont un vocabulaire fortement anglophone. Parfois, c’est logique, et je ne fais pas partie des gens marqués par un complexe obsidional dans le domaine linguistique. J’aime bien me représenter la langue française comme la table d’un grand banquet, auquel sont conviés les génies des langues de tous les pays du monde, de pizza à Web, de même que restaurant est un mot français qui a dépassé nos frontières linguistiques. Mais, trop souvent, nous utilisons des termes anglais sans choix,  par défaut, par inertie ou, plus précisément, par incapacité à réagir au flot de nouveautés. Il est donc intéressant de se pencher, de temps en temps, sur cette question.

J’avais commencé un travail de réflexion terminologique sur les mots tournant autour des blogs (Do you speak blog?). Je crois que nous devrions prendre le temps de nous arrêter un moment de temps en temps, pour nous regarder, nous écouter et nous lire en train de parler, écrire et penser. Il ne s’agit pas de contrer l’influence anglo-américaine, mais de travailler en conscience, avec une boîte à outils conceptuelle et technique fine, assumée et précise.

Crowdsourcing

Difficile à prononcer correctement en français, ce mot décrit un phénomène majeur du Web. Puissant et précis, sa sonorité me semble un véritable obstacle à sa transposition en français. La notice Wikipedia française propose « approvisionnement par la foule », « impartition à grande échelle », « externalisation à grande échelle ». Tout ceci me paraît difficile à mettre en oeuvre.

Proposition : enrichissement collaboratif.

Community manager

Définit par l’APEC comme celui qui « a pour mission de fédérer les internautes via les plateformes internet autour de pôles d’intérêts communs (marque, produits, valeurs…), d’animer et de faire respecter les règles éthiques de la communauté ». On utilise parfois animateur de communautés web, ou gestionnaire de communautés. On a proposé « attaché de web« , mais je trouve que cela relie trop à la communication. Le mot « communauté web » a beaucoup de sens, et je crois qu’il faudrait parvenir à le conserver. Gestionnaire fait penser à l’administration, animateur associe peut-être trop à l’animateur de colonies de vacances. Mais, à tout prendre, je préfère un animateur à un gestionnaire, et un mot peut avoir plusieurs connotations. Bien souvent, il s’agit d’un modérateur de communauté, mais il joue un rôle bien plus large, car c’est véritablement quelqu’un qui accueille, qui dit aux nouveaux venus : « sentez-vous chez vous », qui encourage la prise de parole et l’expression. C’est quelqu’un qui donne envie de travailler ensemble, qui donne du sens collectif à l’apparent désordre des individualités ; c’est aussi un passeur, c’est-à-dire quelqu’un qui transmet aux plateformes la situation de la « communauté », et qui transmet, dans l’autre sens, les règles et capacités de la plateforme au service de la communauté. De ce point de vue, c’est un intercesseur, un médiateur. C’est quelqu’un qui est « chargé des gens », si on peut se permettre une telle expression. Le médiateur est, au fond, le meilleur terme, mais il est utilisé en France pour désigner les personnes qui font de la médiation sociale, dans les populations défavorisées, et pour recevoir les plaintes et complaintes des lecteurs d’un journal ou des téléspectateurs d’une chaine de télévision…

Proposition : chargé de médiation pour communauté web.

Digital evangelist

En France, les « évangélistes numériques » risquent de passer pour les têtes de ponts de sectes. La connotation religieuse est difficile à accepter dans notre conception laïque, et la langue s’en fait le porteur. Pire, ce sont bien souvent des « Chief evangelist » qui sont désignés comme tels avec une mission d’évangélisation des foules à un produit particulier, c’est-à-dire des VRP de luxe. Dans cette dernière expression « chef » a remplacé « digital », ce qui ajoute à la dimension markenting moderne, quel que soit le « produit », quel que soit le secteur. On entend parfois également « Digital activist », qui a perdu la connotation religieuse, mais qui risque d’affoler les médias, toujours enclins à considérer que les hackers, pour ne pas dire les terroristes du 3e millénaire, sont au coin de la rue. Les dits hackers ne sont pourtant pas des pirates, mais c’est ainsi que le mot a été traduit. Un bon exemple d’adoption d’un terme anglais, avec perversion de son sens au moment du passage de la frontière…Pour ceux qui ont inlassablement diffusé et défendu des idées nouvelles qui ont fini par l’emporter, l’université français utilise volontiers le terme de pionniers. Cela élimine la dimension sociale, avec la force de conviction du porteur de la « bonne parole », mais permet de maintenir l’idée d’une conquête nécessaire.

Proposition : pionniers du numérique.

Early adopters

Les « premiers adoptants » sont une traduction mot à mot, assez lourde, mais techniquement exploitable. Je lui préfère primo-adoptants, parce que ça m’amuse d’utiliser la même racine que les primo-arrivants, ces immigrés venant d’arriver dans leur nouveau pays d’adoption, qui sont en général en situation très difficile, ayant à acquérir de nouveaux repères linguistiques, culturels et même économiques. La notion d’early adopters a également une connotation supplémentaire: ce sont des éclaireurs, certains diraient des influenceurs, par leur rôle de défricheurs de nouveaux usages numériques, qui servent ensuite de modèle et d’exemples. Comme nous sommes dans une société de consommation, il y a souvent confusion entre les amateurs de gadgets qui font procession le matin dans un i-magasin le jour de la sortie du dernier i-gadget pour lequel roulent les i-médias.

Propositions :

1) primo-adoptants : pour ceux qui explorent les usages possibles du numérique, même sans marque, même obscur, même sans grade.

2) gadgétophiles (ou victimes des gadgets) : pour ceux qui ont une oreillette bluetooth même quand ils ne téléphonent pas et ne font pas des travaux manuels (respect) ou pour ceux qui ont un budget d’i-acquisition de i-matériel supérieur à leur budget lecture. Ben quoi, je ne suis pas en train de rédiger le Petit Robert, j’ai bien le droit de manifester un petit peu de subjectivité, non?

Hackers

Ce ne sont pas des pirates. Les pirates de jeux vidéos crackent des logiciels, ils ne les hackent pas. Les hackers sont des bidouilleurs, souvent géniaux, au moins astucieux. Ce sont les gens qui, au XXIe siècle, s’amusent à comprendre comment ça marche, de la même manière que mon grand-père réparait sa moissonneuse batteuse lui-même dans les années 1950 (véridique). Il y a des hackers sympas, d’autres antipathiques. Les premiers continuent à parler un langage humain articulé. Les autres ont mis en place une stratégie technocratique comme une autre, qui est la constitution d’une frontière linguistique entre eux et le reste du monde. Les hackers seront les résistants de demain. Lors de la deuxième guerre mondiale, pour résister au nazisme, il fallait du courage, des convictions, et savoir utiliser des armes à feu ou les armes à mots. Dans le XXIe siècle, le réseau aura besoin de personnes armées, s’il fallait contrer une avancée totalitaire. Cela dit, il n’est pas nécessaire d’être un hacker pour être respectable… il y a d’ailleurs très peu de vrais hackers. Je n’en connais qu’une poignée. Je crains que leur proposer le mot « bidouilleurs » ne leur plaise guère, alors que, pour moi, c’est très noble, au sens que donne Tristan Nitot à la bidouillabilité. C’est vrai que bidouille fait un peu penser aux Bidochons et à l’andouille, toutes choses très françaises, mais il me semble possible de rendre ses lettres de noblesse à ce terme.

Proposition : bidouilleurs de génie.

Hackability

Proposition : bidouillabilité.

Définition complète par Tristan Nitot de bidouillabiilité : Bidouillabilité nom féminin, traduction du terme anglais Hackability. Capacité – pour un objet technique ou un outil – à être détourné de sa vocation initiale en vue d’essayer de lui trouver de nouveaux usages. Se dit d’un système dont on peut observer le fonctionnement interne pour le comprendre, en vue de le modifier. Issu du terme anglais Hacker qui a donné hackability, qu’il ne faut pas prendre au sens de pirate informatique (abus de langage récent, surtout dans les médias). La bidouillabilité ne tient pas compte de la légalité de la démarche : quand on détourne l’usage d’un système technique de façon créative, c’est démontrer sa bidouillabilité, que la démarche soit légale ou pas. Voir aussi le Jargon file : The meaning of Hack, qui définit le hack comme étant « une démonstration de créativité intelligente ».

Freemium

Ce terme désigne un modèle économique associant une offre gratuite, en libre accès, et une offre « Premium », haut de gamme, en accès payant (découvrant que Wikipedia ne contenait pas ce mot, j’ai créé la notice, à vous de l’enrichir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Freemium). Cette contraction entre gratuit et premium, dont la langue anglaise a le secret, pour ne pas dire le génie, aura du mal à être supplantée par Gratuitmium ou « Gratuit pour tous, payant pour la version maxi-luxe », GratospourtousPayantpourlesautres, ou toute autre invention. Free est un mot simple et compris par tous. Freemium a une terminaison latine, par ailleurs, qui devrait le conforter. Bref, en un mot comme en 100, je propose donc de conserver le mot original.

Proposition : Freemium.

Digital humanities

Stratégiquement, il me paraissait important de rédiger un Manifeste des Digital humanities incluant ce terme en anglais (version anglaise du Manifeste, pour les curieux), pour construire une communauté s’inscrivant directement dans un mouvement international au sein duquel nous ne serons ni suiveurs ni copieurs, mais dont nous serons membres à part entière. Cela était fait, il paraît évident que nous pourrons prochainement utiliser Humanités numériques. D’ici-là, je crois qu’une réflexion sur le fatras de termes désignant nos disciplines s’imposera : Lettres, Arts, Sciences humaines, Sciences sociales, Sciences humaines et sociales… n’en jetez plus! Humanités pourrait prendre un sens neuf, en recouvrant l’ensemble des disciplines citées, sans exclusive. Cela nous offrirait plus de force, en tant que groupe s’étant donné l’homme pour objet d’étude, que ce soit à travers la façon dont il se meut en société, la façon dont il crée ou dont il use de langages. Ma conviction est que nous pourrions ainsi dépoussiérer les humanités et leur conférer noblesse et globalité, en les redéfinissant. Ce devrait être l’objet d’un futur billet, mais je propose donc comme traduction, pour bientôt, humanités numériques. Le terme a donné son titre à un livre publié aux éditions Lavoisier. Pierre Mounier et moi-même avions signé un chapitre de ce livre. Mais, recevant le contrat envoyé par l’éditeur, nous avons découvert qu’il exigeait une cession exclusive de nos droits sur ce texte, nous interdisant explicitement de le déposer dans une archive ouverte, refusant même de négocier une période de barrière mobile… Nous avons donc refusé la publication de ce chapitre, qui a été transformé par l’éditeur en page blanche. Nous l’avons ensuite publié dans la revue Communication & langage : « Sciences et société en interaction sur Internet. Éléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales ». Il est disponible pour les abonnés chez l’éditeur. Il est également disponible sur HAL : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439828/fr/

Proposition : humanités numériques.


Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. Marin Dacos dit :

    « Usagers précoces »… cela ne fait-il pas penser à des problèmes rencontrés par certains hommes dans leur sexualité?
    Primo-adoptant montre qu’il s’agit d’une frontière, et que lorsqu’elle est franchie, il faut accepter des reconfigurations, un nouveau langage, un nouveau monde… ça ne me semble pas si mal!

  2. Marin Dacos dit :

    « Usagers précoces »… cela ne fait-il pas penser à des problèmes rencontrés par certains hommes dans leur sexualité?
    Primo-adoptant montre qu’il s’agit d’une frontière, et que lorsqu’elle est franchie, il faut accepter des reconfigurations, un nouveau langage, un nouveau monde… ça ne me semble pas si mal!

  3. Björn-Olav Dozo dit :

    Hello,
    L’établissement d’un vocabulaire commun est dans les objectifs du Manifeste. La réflexion sur les mots anglais doit évidemment en faire partie.
    On pourrait utiliser le wiki du ThatCamp pour lancer le mouvement. Et plus tard, une fois que les choses auront commencé à se stabiliser, proposer aux PUF un petit ouvrage « Les 100 mots des humanités numériques », pour leur collection « Que sais-je? »…
    Merci en tout cas pour ce beau début de réflexion.

  4. Björn-Olav Dozo dit :

    Hello,
    L’établissement d’un vocabulaire commun est dans les objectifs du Manifeste. La réflexion sur les mots anglais doit évidemment en faire partie.
    On pourrait utiliser le wiki du ThatCamp pour lancer le mouvement. Et plus tard, une fois que les choses auront commencé à se stabiliser, proposer aux PUF un petit ouvrage « Les 100 mots des humanités numériques », pour leur collection « Que sais-je? »…
    Merci en tout cas pour ce beau début de réflexion.

  5. Etienne dit :

    Je propose :
    — primo-adoptants / usagers précoces –> primo-usagers (cela permet d’éviter la connotation « débutant » du premier choix, ainsi que la connotation « psycho » du deuxième).

  6. Etienne dit :

    Je propose :
    — primo-adoptants / usagers précoces –> primo-usagers (cela permet d’éviter la connotation « débutant » du premier choix, ainsi que la connotation « psycho » du deuxième).

  7. François Parmentier dit :

    Bonjour,

    Juste une remarque sur l’impression que me font pionnier du numérique et primo-adoptants.
    Pour moi, une traduction d' »early adopters » devrait contenir au moins le mot pionnier.

    Si on néglige la connotation liée à la religion, « prophète numérique » me semble du coup mieux correspondre à « digital evangelist ».

    À propos: je suis moi aussi souvent agacé par l’usage d’anglicismes alors que les mots existent en français (ex: « défi » au lieu de « challenge »).

  8. François Parmentier dit :

    Bonjour,

    Juste une remarque sur l’impression que me font pionnier du numérique et primo-adoptants.
    Pour moi, une traduction d' »early adopters » devrait contenir au moins le mot pionnier.

    Si on néglige la connotation liée à la religion, « prophète numérique » me semble du coup mieux correspondre à « digital evangelist ».

    À propos: je suis moi aussi souvent agacé par l’usage d’anglicismes alors que les mots existent en français (ex: « défi » au lieu de « challenge »).

  9. MagDL dit :

    Bonjour,

    merci pour ce billet. Je suis d’accord avec iPh sur les « usagers précoces » : le terme me paraît préférable à « primo-adoptants » qui, comme vous le disiez vous-même, évoque « primo-arrivants » et donc fait plus penser à une personne qui débuterait dans le numérique (et s’y trouverait un peu perdue) qu’à une personne toujours à la pointe du numérique qui jouerait les éclaireurs.
    Entre « pionniers » et « apôtres » du numérique, il me semble que « pionniers » ne traduit pas la dimension militante (ou prosélyte) suggéré par « evangelist » (qu’on retrouverait en revanche dans « apôtre ») ; toutefois je vous rejoins sur le fait que la mentalité française est très laïque, ce qui donne vite à l’expression « apôtre de… » une connotation négative qu' »evangelist » n’a pas en anglo-américain (apôtre rime vite avec suppôt en français, avec l’aide de l’accent circonflexe…) Du coup je pense que « pionnier » est moins littéral mais plus pertinent.

    Bonne continuation.

  10. MagDL dit :

    Bonjour,

    merci pour ce billet. Je suis d’accord avec iPh sur les « usagers précoces » : le terme me paraît préférable à « primo-adoptants » qui, comme vous le disiez vous-même, évoque « primo-arrivants » et donc fait plus penser à une personne qui débuterait dans le numérique (et s’y trouverait un peu perdue) qu’à une personne toujours à la pointe du numérique qui jouerait les éclaireurs.
    Entre « pionniers » et « apôtres » du numérique, il me semble que « pionniers » ne traduit pas la dimension militante (ou prosélyte) suggéré par « evangelist » (qu’on retrouverait en revanche dans « apôtre ») ; toutefois je vous rejoins sur le fait que la mentalité française est très laïque, ce qui donne vite à l’expression « apôtre de… » une connotation négative qu' »evangelist » n’a pas en anglo-américain (apôtre rime vite avec suppôt en français, avec l’aide de l’accent circonflexe…) Du coup je pense que « pionnier » est moins littéral mais plus pertinent.

    Bonne continuation.

  11. iPh dit :

    Propositions alternatives (dans l’ordre) :
    – production collective (je pense que c’est « collectif » plutôt que « collaboratif », ce dernier impliquant une cooopération volontaire vers un but commun alors que le crowdsourcing ne l’est pas forcément, on peut piocher des bonnes idées là où elles existent)
    – médiateur web (ou médiateur du web social)
    – prophètes / apôtres numériques (en français, dimension ironique plus que religieuse ; de toute façon, « evangelist » connote une foi dans le numérique comme étape fondamentale de l’humanité, donc cet aspect de croyance peut se retrouver dans la traduction)
    – usagers précoces
    – hacker (pas de raison de traduire)
    – appropriabilité (hum), bricolabilité (ou bidouillabilité en effet)
    – freemium
    – humanités numériques

  12. iPh dit :

    Propositions alternatives (dans l’ordre) :
    – production collective (je pense que c’est « collectif » plutôt que « collaboratif », ce dernier impliquant une cooopération volontaire vers un but commun alors que le crowdsourcing ne l’est pas forcément, on peut piocher des bonnes idées là où elles existent)
    – médiateur web (ou médiateur du web social)
    – prophètes / apôtres numériques (en français, dimension ironique plus que religieuse ; de toute façon, « evangelist » connote une foi dans le numérique comme étape fondamentale de l’humanité, donc cet aspect de croyance peut se retrouver dans la traduction)
    – usagers précoces
    – hacker (pas de raison de traduire)
    – appropriabilité (hum), bricolabilité (ou bidouillabilité en effet)
    – freemium
    – humanités numériques

  13. Assez d’accord avec ce constat, d’autant que dire un terme en français demeure toujours plus évocateur pour les gens. A l’inverse, utiliser un terme anglo-saxon permet parfois de susciter l’intérêt, la curiosité, de retentir l’attention.

    Il y en a beaucoup à traduire… Récemment un lecteur me faisait la remarque que Cloud Computing devrait plutôt se traduire par informatique en nuage que dans les nuages. Je crois qu’il a tout à fait raison. Mais ce travail de traduction n’est pas facile. Parfois on tombe à côté ! La longue traine de Chris Anderson s’est longtemps appelée la longue queue et s’est fait connaître au départ sous cette forme…

  14. Assez d’accord avec ce constat, d’autant que dire un terme en français demeure toujours plus évocateur pour les gens. A l’inverse, utiliser un terme anglo-saxon permet parfois de susciter l’intérêt, la curiosité, de retentir l’attention.

    Il y en a beaucoup à traduire… Récemment un lecteur me faisait la remarque que Cloud Computing devrait plutôt se traduire par informatique en nuage que dans les nuages. Je crois qu’il a tout à fait raison. Mais ce travail de traduction n’est pas facile. Parfois on tombe à côté ! La longue traine de Chris Anderson s’est longtemps appelée la longue queue et s’est fait connaître au départ sous cette forme…

  1. 04/06/2010

    […] Sur Blogo-Numericus, Marin Dacos propose des alternatives francophones à un certain nombre de termes anglophones que nous utilisons (plus ou moins) souvent, oralement et […]

  2. 04/06/2010

    […] Sur Blogo-Numericus, Marin Dacos propose des alternatives francophones à un certain nombre de termes anglophones que nous utilisons (plus ou moins) souvent, oralement et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *