Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouverte !

Pierre et moi venons de publier une Tribune sur Lemonde.fr

Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouverte !, par Marin Dacos et Pierre Mounier

LEMONDE.FR | 13.05.10 | 10h43

Ca y est, elle est là, enfin ! La voici qui arrive après avoir tant été annoncée : la révolution numérique du livre. Depuis plusieurs semaines, le monde de l’édition est agité d’une étrange fièvre technologique. Après être resté des années durant à l’écart du développement du web, les acteurs de la filière du livre semblent vouloir plonger tête baissée dans le grand bain électronique. Tandis que les rapports se multiplient, les éditeurs français focalisent leur attention sur une question importante mais plutôt étroite : le taux de TVA du livre électronique.

Les vrais enjeux sont cependant d’une toute autre ampleur et ils sont peu discutés : sur le segment de la distribution et de la vente de livres électroniques, trois acteurs d’envergure internationale ont pris position et semblent bien décidés à verrouiller le marché dans une situation d’oligopole : il s’agit de Google, déjà présent avec le très contesté Google books et bientôt avec Google édition annoncé pour l’été, Amazon avec sa tablette de lecture Kindle, et enfin Apple son tout récent iPad. Les trois initiatives ne relèvent pas de la même logique. Elles ont pourtant des points communs et sont grosses de dangers : pour les lecteurs, pour les auteurs, et même pour les éditeurs…

Lire la suite…


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Lotaire dit :

    Un article simple, clair et précis.
    Mais les éditeurs concernés par le livre électronique, ne sont-ils pas enchâssés dans l’économie mondialisée, au travers de groupes financiarisés ?

    Un livre électronique interopérable, portable, copiable, échangeable, c’est à dire une véritable innovation utile au plus grand nombre et sur un terme long, est-il rentable pour une économie financière qui s’est construite sur la valorisation de biens matériels (corruptibles) et du type d’appropriation privé qui va avec ?

    Et si cette rentabilité était avérée, permettrait-elle la croissance de profit demandée par les marchés ?
    L’édition scientifique avec des groupes comme Elsevier ou Springer montre bien les contradictions entre l’utilité humaine et le modèle économique dominant. Leur position de monopole sur les revues scientifiques leur permet d’exiger des augmentations annuelles importantes sur le prix des abonnements, hors inflation ou apports de nouveaux produits et services. Beaucoup d’acheteurs privés cesseraient leurs abonnements devant cette prise d’otage mais ces revues étant essentiellement achetés par des acteurs publics, le coût est mutualisé sur les contribuables. Pour constituer l’un des nombreux petits ruisseaux qui alimentent le fleuve des dépenses publiques.

    Des économies d’échelle sont évidentes pour les éditeurs, mais suffiraient-elles, ou combien de temps ?

  2. Lotaire dit :

    Un article simple, clair et précis.
    Mais les éditeurs concernés par le livre électronique, ne sont-ils pas enchâssés dans l’économie mondialisée, au travers de groupes financiarisés ?

    Un livre électronique interopérable, portable, copiable, échangeable, c’est à dire une véritable innovation utile au plus grand nombre et sur un terme long, est-il rentable pour une économie financière qui s’est construite sur la valorisation de biens matériels (corruptibles) et du type d’appropriation privé qui va avec ?

    Et si cette rentabilité était avérée, permettrait-elle la croissance de profit demandée par les marchés ?
    L’édition scientifique avec des groupes comme Elsevier ou Springer montre bien les contradictions entre l’utilité humaine et le modèle économique dominant. Leur position de monopole sur les revues scientifiques leur permet d’exiger des augmentations annuelles importantes sur le prix des abonnements, hors inflation ou apports de nouveaux produits et services. Beaucoup d’acheteurs privés cesseraient leurs abonnements devant cette prise d’otage mais ces revues étant essentiellement achetés par des acteurs publics, le coût est mutualisé sur les contribuables. Pour constituer l’un des nombreux petits ruisseaux qui alimentent le fleuve des dépenses publiques.

    Des économies d’échelle sont évidentes pour les éditeurs, mais suffiraient-elles, ou combien de temps ?

  1. 14/05/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Atelier des médias, Nicolas Goin (perso). Nicolas Goin (perso) said: RT @Atelier_medias: Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouverte ! http://shar.es/m42nh @guias […]

  2. 14/05/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Atelier des médias, Nicolas Goin (perso). Nicolas Goin (perso) said: RT @Atelier_medias: Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouverte ! http://shar.es/m42nh @guias […]

  3. 15/05/2010

    […] Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition &eacu… […]

  4. 15/05/2010

    […] Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition &eacu… […]

  5. 15/05/2010

    […] Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouv… […]

  6. 15/05/2010

    […] Le livre numérique est dans l’impasse, faisons le choix de l’édition électronique ouv… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *