Ce que sait la main

Intéressé par l’interview de Richard Sennett par Sylvain Bourmeau dans La Suite dans les idées, j’ai lu le dernier ouvrage publié par ce philosophe : Ce que sait la main. J’en livre ici ma lecture, personnelle et subjective, qui ne prétend pas en faire compte rendu.

Dans ce livre sur « la culture de l’artisanat », Sennett tente de réhabiliter la figure de l’artisan, injustement dévalorisée, selon lui, par la société contemporaine. Ce que Sennett défend en réalité derrière le concept d’artisanat, c’est la valeur philosophique, civique et morale qu’offre le travail dans sa dimension technique. Méprisé par une tradition philosophique métaphysique ou politique, le travail technique est pourtant loin de se réduire à la répétition abrutissante de routines dépourvues de sens. Sennett prend donc le parti d’étudier en détail et de tenter de comprendre concrètement en quoi consiste le travail de l’artisan. Passant de la poterie, à l’architecture, de la cuisine à la soufflerie de verre ou à la lutherie, examinant l’évolution des techniques dans l’antiquité, l’organisation de l’atelier au moyen-âge ou la construction de tunnels au XIXe siècle, ce livre, qui s’inscrit dans un tradition philosophique pragmatique, tente de montrer comment « faire, c’est penser ». Les opérations intellectuelles qui structurent les actions techniques se révèlent donc au fur et à mesure de l’analyse. Pour Sennett, la confrontation de l’artisan à la résistance de la matière et  à la difficulté technique provoque un phénomène de formation à la fois individuelle et collective. Au niveau individuel, l’artisan tire satisfaction du fait qu’il progresse en habileté et en maîtrise tout au long de sa vie. Au niveau collectif, Sennett montre que les innovations techniques sont rarement le résultat de ruptures radicales, d’inventions dues à un « éclair de génie », contrairement aux représentations mythiques qu’on en a souvent, mais sont au contraire la plupart du temps induites par le perfectionnement de techniques existantes. L’impression de rupture est d’ailleurs quelquefois due au « saut » qu’une technique effectue d’un domaine à l’autre.

Ce que sait la main est écrit dans une perspective politique précise et sa lecture est très utile pour comprendre à quel point le travail est aujourd’hui abîmé à la fois par le développement du capitalisme financier et par les méthodes de management qui se développent aussi bien dans le secteur public que privé. Deux exemples évoqués par Sennett au début de son argumentation l’illustrent bien : c’est d’abord le développement de systèmes de conception assistés par ordinateur dans l’architecture qui conduit à la réalisation de bâtiments insensibles et donc relativement inadaptés à leur environnement. Sennett montre parfaitement qu’une séparation radicale de la conception d’un côté et de l’exécution de l’autre, placée du coup dans une situation où aucune marge, aucune initiative ne lui est laissé, est totalement contre-productive. Tout au long de son ouvrage, l’auteur fait l’éloge du tâtonnement, du flou relatif, du droit à l’erreur, qui se transforme en système d’essais-erreurs dans le travail même de réalisation, contre les rationalisations abusives de procédures de conception rigides. L’autre exemple est celui du système de santé britannique qui fut soumis dans la dernière décennie à une pression visant la rationalisation avec le déploiement d’une batterie d’indicateurs censés objectiver et mesurer la « performance » du personnel de santé. Le résultat fut évidemment une baisse considérable de la qualité des soins et une frustration très importante de ces personnels qui ont eu le sentiment de ne plus être en mesure d’effectuer correctement leur travail.

Beaucoup de professions –  médecins,  policiers,  enseignants,  chercheurs, parmi d’autres – connaissent aujourd’hui en France une situation similaire. Comme les infirmières britanniques, ils sont placés dans un système de contraintes qui leur enlève toute marge de manœuvre, toute légitimité à concevoir et définir leur propre activité pas plus que leur système de régulation. Ce que Sennett montre admirablement, c’est que le déploiement universel des systèmes « hétéronomes » – par indicateur – d’évaluation de l’activité professionnelle, ainsi d’ailleurs que la séparation radicale de la conception et de l’exécution repose sur un postulat anthropologique pessimiste selon lequel d’une part  le travailleur a besoin d’incitations extérieures pour bien faire son travail et d’autre part, ses capacités sont définies une fois pour toute. La figure de l’artisan, telle qu’il la construit à travers son enquête historique et sociologique montre au contraire que la volonté de bien faire son travail est extrêmement répandue parce qu’elle est consubstantielle à l’activité laborieuse « autonome » – c’est ce qu’il appelle la « bonne obsession » de l’artisan. Il montre aussi que dans cette perspective, les capacités initiales de l’individu sont peu importantes parce qu’elles sont pondérées par l’expérience qui permet à l’artisan de progresser avec le temps.

Sennett s’inscrit au bout du compte dans la grande tradition politique des Lumières en s’appuyant longuement sur l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et la représentation du travail qui est donnée dans cette grande entreprise. Pour les encyclopédistes, l’homme de métier est porteur de valeurs philosophiques, morales et politiques. L’artisan est en effet un « expert sociable » – par opposition à l’expert asocial qu’est le consultant – que son activité « ouvre » sur la vie de la cité par l’expérience qu’il a quotidiennement de la coordination et de la coopération avec autrui.

Ce livre m’a beaucoup apporté : il vient enrichir considérablement mon expérience personnelle sur ces sujets, dont j’avais rendu compte ici-même, pour ce qui concerne les questions de gouvernance du travail d’un côté, de définition de la technique de l’autre.

C’est d’ailleurs un point un peu décevant de l’ouvrage. Richard Sennett prend bien soin de montrer qu’il a une conception extensive et non restrictive de l’artisanat. Il évoque à plusieurs reprises les communautés de développeurs sur le logiciel Linux dont il mentionne là aussi la « bonne obsession » qui les caractérise dans leur élaboration d’un code le plus parfait possible. L’activité des développeurs informatiques n’est malheureusement pas analysée en détail par l’auteur, comme il le fait pour le travail de l’argile ou de soufflerie du verre. Cette analyse reste à faire car s’il est tout à fait évident de voir à quel point les développeurs informatiques développent un habitus d’artisan, la « matière » sur laquelle ils travaillent n’est pas du tout de même nature. S’il est évident qu’ici aussi « faire c’est penser », ce que fait la main du programmeur est de nature très différente de ce que fait celle du menuisier.

J’ai appris que Richard Sennett avait écrit en 1974 un livre sur la notion d’intimité et de vie publique, Les Tyrannies de l’intimité, ce qui m’intéresse pour éclairer le débat en cours sur la notion de vie privée dans le cyberespace.  J’en reparlerai dans un prochain billet.


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. timiota dit :

    Oui oui, super bouquin ! vos commentaires sont très bon.

    Je m’en fais l’écho (sans grand succès) sur le blog de Paul Jorion.

    Je pense que les limites à l’utilité de l’argent d’une part et le gout du travail « bien fait » d’autre part (par la main qui n’y réfléchit pas trop) sont deux pôles à avoir en tête pour le futur, pour un hypothétique « après-consommation », une telle phase n’est-elle pas forcée d’advenir par les épuisements de ressources ? Autant y aller intelligemment

  2. Marc N dit :

    Je viens d’acheter ce livre. C’est effectivement un thème essentiel.
    Je travaille (par plaisir personnel, parce que j’ai étudié l’Histoire de l’Art et la Réalisation télé-cinéma et… ai fait ma carrière dans la publicité et le marketing) depuis quelques années sur une ontologie de l’Art. Très rapidement s’est posé le problème de la séparation éventuelle entre réflexion et geste. L’Art est certes une structuration et une transgression formelle spéculative, mais cette réflexion (jeu, spéculation) est indissociable de la maîtrise du geste sur la résistance de la matière. Il n’y a pas d’Art sans ces deux dimensions.

    Ce qui est très préoccupant dans notre société, c’est que la Science et la machine (l’Industrie) ont tué l’Art. L’Art était le creuset où naissaient les nouveaux concepts formels qui pollinisaient la Société de la philosophie à la science. La Science actuelle n’a plus besoin de ce creuset. Quant à la machine, elle a donné l’illusion d’une perfection supérieure à ce que pouvait faire l’artiste. Les peintres se sont senti dépossédés de leur Fonction. Ils croyaient que elle-ci était de reproduire le réel, par exemple. Or, la photo fait mieux… etc.

    Aujourd’hui, les produits manufacturés et le design ont réduit l’artisanat à son expression la plus triviale. Le plâtrier était fier de savoir faire des moulures et des murs bien plats. Les panneaux de plâtre et les moulures en polystirène ont éliminé la nécessité d’un savoir-faire. Le plâtrier se retrouve donc contraint de coller des panneaux. Il perd son expertise, la fierté de soi, sa reconnaissance sociale professionnelle, etc. Ses successeurs n’auront plus aucune identité sociale…

    Il restait les cadres… Mais ceux-ci deviennent des OS: ils tirent les manettes de « procédures » et ont de moins en moins d’espace pour valoriser leur savoir-faire.

    L’extinction de l’Art et d’un artisanat riche pour les individus est à peu près aussi grave socialement que l’est la disparition des abeilles pour la pollinisation…

    Je suis impatient de lire le livre de Sennett qui me semble très important. Merci pour votre texte.

  3. memo dit :

    A propos des systèmes hétéronome, et du désir de bien faire; ici http://www.lesecransdusocial.gouv.fr/spip.php?article406&complet=1
    vous pouvez voir/écouter l’intervention de Christophe Dejours au sein du film « j’ai très mal au travail ».
    C’est passionnant.
    Merci De cette nouvelle piste qui me donne l’occasion d’approfondir le sujet.

    • Pierre Mounier dit :

      Bonjour,

      merci pour votre commentaire. Vous avez bien raison d’évoquer Dejours à propos de ce livre.

  4. kyste dit :

    Merci pour ce conseil de lecture qui m’a l’air vraiment passionnant.
    Concernant le médecin, je suis tout à fait d’accord avec la notion d’artisanat de ce métier. La matière humaine nous apprend sans cesse et tous les jours pour peu qu’on ouvre les yeux.
    La France a du mal à faire confiance à l’artisan, à cette bonne obsession. Il faut la favoriser la travailler pour améliorer le lien sociale. Passionnant sujet. Merci encore.

    • Piotrr dit :

      Si vous êtes médecin, ou mieux, chirurgien, vous serez intéressé par une longue analyse de l’auteur sur le scalpel. Je vous conseille vraiment.

  1. 10/08/2010

    […] Comme prévu, j’ai lu Les Tyrannies de l’intimité de Richard Sennett et suis bien décidé à en parler ici tant ce livre me semble important. Ecrit en 1974, traduit et publié en France en 1979, ce livre s’intitule The Fall of the public man dans sa version originale. « Les tyrannies de l’intimité » est le titre de la conclusion du livre. La thèse de Sennet est simple : depuis le dix-huit siècle, nous assistons dans les sociétés occidentales à un déséquilibre croissant dans la vie sociale et les relations inter-individuelles qui s’y déroulent. Celle-ci pour Sennet, était régulée par les contraintes d’un jeu de rôle assignant à chacun une place selon son rang et déterminant son comportement en public. A partir du XVIIIe siècle, on assiste à, d’une part, l’émergence de la notion de personnalité qui suppose l’existence d’un moi préexistant aux interactions sociales, et d’autre part à une séparation de plus en plus forte, jusqu’à devenir absolue entre vie publique et vie privée. Bientôt, les valeurs que ces sociétés attribuent aux pôles des couples rôle vs moi, vie publique vs vie privée, sont très déséquilibrées. Le moi, la personnalité intime devient synonyme de vérité et et de sincérité, tandis que les rôles sociaux sont dévalorisés comme factices et faux.  Par ailleurs, la vie privée, en particulier familiale, en ce qu’elle est fondée sur le sentiment, ce dévoilement transparent de la personnalité, prend une valeur presque absolue, et en tout cas bien supérieure à tout engagement possible dans la vie publique. […]

  2. 11/05/2012

    […] Sennett, l'auteur des Tyrannies de l'intimité (voir la belle synthèse qu'en avait réalisé Pierre Mounier), s'est toujours intéressé à la façon dont les relations sont façonnées par les échanges […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *