Digital communities and scholarly collaboration

J’ai assisté la semaine dernière au séminaire « technique de publication électronique » organisé par le Service éditorial et Publication électronique  de l’IRHT. Pour cette séance, c’est Paul Spence du Center for Computing in the Humanities (CCH) du King’s College qui présentait un exposé sur « communautés numériques et collaboration savante ». Voici un état brut de mes notes :

Le CCH correspond à un modèle de « digital humanities » dont la reconnaissance en Angleterre est aussi problématique qu’en France. L’idée la plus importante est qu’il s’agit d’un « département » dans la School of Arts and Humanities. Ce n’est pas un centre technique, mais un vrai département qui donne des cours en licence, master et depuis récemment, un doctorat en digital humanities. Au niveau de la recherche, plus de 40 projets sont en cours, en collaboration avec des partenaires. Leur stratégie consiste à être bien classé dans le système d’évaluation de la recherche britannique (RAE).

Le CCH se positionne à l’intersection des disciplines des humanités et des technologies numériques pour le développement de projets spécifiques. Ce département ne se définit donc pas comme une infrastructures numérique, mais travaille avec elles.

Leurs projets : des éditions critiques, de sommaires, de facsimile, de la modélisation géospatiale, des projets de visualisation 3D, des catalogues, des modèles relationnels et ontologiques.

Ils travaillent sur le principe que les projets numériques sont chers à mener à bien : cela implique la standardisation et la réutilisation des données, mais aussi des modèles, des techniques et des outils.

Ils travaillent beaucoup avec TEI, mais ce qui est surtout intéressant, ce sont les initiatives de personnalisation de la TEI pour des usages particuliers et des communautés particulières, comme Epidoc pour l’épigraphie. Cet exemple est intéressant pour P. Spence car c’est une communauté qui travaille bien ensemble, communique par blogs et wikis, et utilise les standards en se les appropriant.

Ensuite, P. Spence présente le projet : Fine Rolls of Henry III. Dans ce projet, l’encodage en TEI n’est pas suffisant. Ils souhaitent en particulier travailler avec des listes d’autorité de personnes et de lieux et déterminer des relations entre les entités. Cela les a conduit a travailler avec du rdf associé à l’encodage TEI. Le projet repose sur une transformation xslt du document TEI pour nourrir une ontologie rdf. On découvre à cette occasion que tout un ensemble de nouvelles visualisations des relations patronymes et toponymes (sur carte par exemple) deviennent possibles et utiles pour les chercheurs.

Il présente ensuite le Gascon Rolls Project. Il s’agit d’un projet de numérisation de manuscrits de la chancellerie anglaise du duché d’Aquitaine (XIV-XV). Tout un travail est en train d’être fait sur le workflow pour les chercheurs : sur la manière d’encoder en TEI et de nourrir parallèlement une ontologie : ils utilisent EATS (Entity Authority Tool Set), un outil développé par le New Zealand electronic text center. EATS utilise son propre modèle d’entités, mais les données peuvent être exportées vers d’autres modèles.

De manière générale, le CCH doit répondre à une demande de mutualisation de ses outils pour que d’autres équipes puissent les utiliser.

Le projet TEXTvre (basé sur Textgrid) tente de répondre à cet objectif : il s’agit d’un environnement d’encodage plus générique pour tous type de projets

Autre voie possible : « Anglo-saxon cluster » : propose d’intégrer ou de mettre en relation plusieurs (4) projets de numérisation qui ont été réalisés de manière indépendante. L’idée est de mettre en relation les entités dans chacun d’eux et de voir les correspondances possibles. Les questions se posent de mettre en relation les données et/ou les fonctionnalités. C’est en tout cas le point de départ d’un mouvement vers « un point d’entrée unique pour les diverses ressources médiévales numériques ».

En effet, on parle de digital humanities, de standards comme TEI pour échanger des données. Mais dans les humanités, dans la pratique, on ne le fait pas vraiment. Il y a des raisons, de cultures disciplinaires par exemple. Anglo-saxon Project vise à avancer sur ce point. Cela devrait aussi passer par la publication de référentiels, de guidelines, etc. Un dialogue est engagé avec l’initiative de la Charters Encoding Initiative (une TEI pour l’édition diplomatique).

Conclusion : en ce moment au Royaume-Uni il y a une pression sur les humanités pour être évaluées en terme d’ »impact ». C’est aussi une pression pour qu’il y ait un retour vers le grand public. Même s’il faut résister aux torts que cette injonction pourrait porter à la tradition de rigueur intellectuelle que porte la tradition des humanités, il est possible de faire quelque chose en ce sens.

La discussion porte sur trois aspects :

  1. La question se pose du niveau de personnalisation pertinent pour la TEI. Jusqu’à présent par exemple, la CEI est plutôt dans une impasse, sans doute par volonté de trop grande généricité.
  2. L’aspect très intéressant, c’est le développement d’ontologies qui, contrairement aux index classiques, sont indépendants (mais nourris par) des documents. Ces ontologies promettent d’être des outils de recherche beaucoup plus puissants et c’est vrai que les projets sont encore balbutiants dans le domaine. On en est au point où on sait faire des éditions électroniques en TEI. La construction d’ontologies sur la base de listes d’autorités est sans doute le prochain défi.
  3. Une partie de la discussion porte sur l’appropriation des méthodes et des outils par les chercheurs. De manière étonnante, le CCH ne semble pas travailler sur une base régulière avec Claire Warwick du  Department of Information Studies à l’ University College London et directrice de  l’UCL Centre for Digital Humanities.
    Cette question ne semble donc pas au coeur des préoccupations du CCH

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 27/03/2010

    […] Communautés numériques et collaboration académique (Digital communities and scholarly collaboration) (source: Blogo-Numericus, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *