Les bibliothèques ont de l’avenir

J’ai été invité par Alain Giffard à présenter une conférence intitulée « Read/Write Book. Le livre inscriptible » à la Cité du Livre, à Aix-en-Provence, dans le cadre d’un colloque de deux journées portant sur les métamorphoses numériques du livre. Intéressant exercice, pour moi, que de présenter les évolutions en cours à un public essentiellement composé de libraires, de bibliothécaires et d’éditeurs, alors que je parle en général à des publics universitaires. Il fallait déplacer le débat et les exemples, habituellement centrés sur l’approche heuristique, à un niveau plus général. Je ne suis pas sûr d’y être largement parvenu, car les problématiques scientifiques sont relativement différentes de celles qui concernent la lecture publique. J’étais d’autant plus gêné par ce « trou » dans mon raisonnement que je parle habituellement de démocratisation de l’accès au texte par le numérique. Mais je sentais bien que c’est plus compliqué dès qu’on sort du monde de la publication savante.

L’avenir fédéré des bibliothèques

Je suis donc arrivé à la conférence avec une question en tête: mais que vont devenir les bibliothèques, en tant que lieu, alors qu’Internet n’est pas un lieu? Je venais plaider, notamment, pour l’abandon du fétichisme du support papier, pour la prise en compte des menaces sur la neutralité du réseau, pour la prise en compte de la révolution de l’accès que constitue Internet (et son cortège de nouvelles pratiques de lectures), et pour la construction d’une fédération de bibliothèques, pour qu’elles puissent se regrouper autour de la construction d’un annuaire de ressources électroniques qui pourrait succéder au moribond Dmoz. Moi-même, ayant créé puis abandonné l’Album des sciences sociales, je connais l’ampleur et la complexité d’une telle tâche.

L’appropriation, coeur d’une stratégie numérique

Mais, je dois l’avouer, j’étais embarrassé face à l’apparente contradiction entre l’ancrage territorial très fort d’une bibliothèque et le caractère hors-sol d’internet. Comment ne pas partager la crainte des bibliothèques face au développement des pratiques d’internet à l’extérieur de leurs murs? Comment pourraient-elles se réinventer dans les territoires numériques? Comment pourront-elles valoriser auprès des mairies, des conseils généraux et régionaux, des actions en ligne qui ne s’adressent pas explicitement aux administrés des institutions qui financent? J’ai proposé une réponse, en insistant sur la formation, je dirais même l’éducation, que les bibliothèques devraient fournir aux populations. Le modèle d’appropriation (voir « La longue marche vers l’appropriation« ), sur la base duquel j’ai conçu le projet initial de Revues.org, repose sur cette idée principale : le développement de compétences numériques est un important enjeu de société, et il doit traverser l’ensemble du corps social, à tous âges. Il faut former les professionnels, les chômeurs, les jeunes, les vieux, les retraités et les collégiens. L’ampleur de la tâche est énorme, pour passer du digital gap à la compétences numérique, qui permettra à notre société de maîtriser son avenir numérique. C’est-à-dire de procéder à des choix de société intégrant les évolutions du numérique, et orientant fortement ces évolutions.

Mais je sentais bien qu’il y avait là une réponse excessivement partielle à la question de l’avenir des bibliothèques. Les bibliothèques doivent développer leur offre de formation des usagers, c’est entendu. Mais, au-delà?

Souvenirs de bibliothèque publique, le week-end

Suite à la grève de la BPI, nous échangions, Bruno, Inès, Pierre et moi nos souvenirs dans ce lieu de culture très important. Ce qui ressortait le plus, c’était la proximité avec les livres, qui constitue pour beaucoup une révélation, et l’extraordinaire liberté des horaires. Fermeture tardive, ouverture le week-end, avaient fait de cette bibliothèque un lieu de travail et de plaisir, une réponse à une profonde demande sociale.

Ouvrons les portes

En réalité, les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. Des bibliothèques ouvertes à l’intérieur de plages horaires larges, proposant l’accès au savoir et à la littérature, analogiques ou numérique (qu’importe !), voilà ce dont nous avons besoin. Ouvrons les portes. Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique (traitements de texte en ligne, outils bibliographiques, moteurs, gestion de données et d’annotations personnelles, etc.). Quelle est la proportion de la population des lycées et étudiants qui n’ont pas accès au privilège d’avoir une chambre où travailler sereinement, avec un bureau, un dictionnaire, un accès haut débit à internet et un équipement informatique digne de ce nom? Quelle est la proportion de la population qui dispose, dans son entourage proche, des personnes pouvant les guider dans le maquis du savoir, leur indiquant les grilles de lecture permettant d’identifier un lieu publiant des textes de qualité par rapport à d’autres, moins méthodiques et moins structurés?

Nous n’avons jamais eu autant besoin de médiation.

Décidément, les bibliothèques ont de l’avenir.


Vous aimerez aussi...

30 réponses

  1. Bruno dit :

    L’idée du parallèle avec le concert live ou de la salle de cinéma me plaît assez. Un temps et un lieu de performance avec des visages, des voix, des rencontres me paraît toujours nécessaire.
    Médias sans médiation ne seraient-ils que ruine de l’âme ou bouillie infâme ? 🙂

    Du côté de l’idée de fédération, peut-être que les bibliothécaires n’attendent que ça d’avoir des outils technologiques standardisés (ou normalisés) et passe-partout.

  2. Bruno dit :

    L’idée du parallèle avec le concert live ou de la salle de cinéma me plaît assez. Un temps et un lieu de performance avec des visages, des voix, des rencontres me paraît toujours nécessaire.
    Médias sans médiation ne seraient-ils que ruine de l’âme ou bouillie infâme ? 🙂

    Du côté de l’idée de fédération, peut-être que les bibliothécaires n’attendent que ça d’avoir des outils technologiques standardisés (ou normalisés) et passe-partout.

  3. Tout à fait d’accord avec Hubert et vous autres, bien sûr. Pointer aussi qu’il y a formation des usagers ET… formation des usagers. (c’est comme les bons chasseurs! :-)) Trop souvent me semble-t-il nous sommes obligés de former à des interfaces de bases de données riches, mal faites plutôt qu’à des DÉMARCHE de recherche documentaire. Il y a là un large débat pas facile entre une nécessité de fédérer des accès autour de moteurs de recherche fédérés très très larges sur un modèle « google scholar » plutôt que de former des usagers à connaître tel ou tel type de ressource pour tel ou tel besoin, démarche bibliocentrée, mais encore indispensable aujourd’hui…

  4. Tout à fait d’accord avec Hubert et vous autres, bien sûr. Pointer aussi qu’il y a formation des usagers ET… formation des usagers. (c’est comme les bons chasseurs! :-)) Trop souvent me semble-t-il nous sommes obligés de former à des interfaces de bases de données riches, mal faites plutôt qu’à des DÉMARCHE de recherche documentaire. Il y a là un large débat pas facile entre une nécessité de fédérer des accès autour de moteurs de recherche fédérés très très larges sur un modèle « google scholar » plutôt que de former des usagers à connaître tel ou tel type de ressource pour tel ou tel besoin, démarche bibliocentrée, mais encore indispensable aujourd’hui…

  5. mehrezi moncef dit :

    Les bibliothèques doivent changer leurs modes de fonctionnement, elles devraient apprendre à gérer des flux d’information et pas seulement un fonds documentaire. La formation des bibliothécaires doit prendre en considération les nouvelles exigences liées au numérique, le bibliothécaire voit son rôle en changement, en mutation vers des méthodes qui se basent sur le numérique et qui s’adresse à un nouvel usager. Les bibliothèques vont peut être perdre la notion de « lieu de savoir » mais elles resteront toujours « un espace de connaissance » sous forme physique ou virtuelle à travers leurs site web par exemple.

  6. mehrezi moncef dit :

    Les bibliothèques doivent changer leurs modes de fonctionnement, elles devraient apprendre à gérer des flux d’information et pas seulement un fonds documentaire. La formation des bibliothécaires doit prendre en considération les nouvelles exigences liées au numérique, le bibliothécaire voit son rôle en changement, en mutation vers des méthodes qui se basent sur le numérique et qui s’adresse à un nouvel usager. Les bibliothèques vont peut être perdre la notion de « lieu de savoir » mais elles resteront toujours « un espace de connaissance » sous forme physique ou virtuelle à travers leurs site web par exemple.

  7. Kathie Durand dit :

    connais avec un s !

  8. Kathie Durand dit :

    connais avec un s !

  9. Kathie Durand dit :

    @ Hubert Guillaud, yes, il y a du travail …! mais il y a aussi pas mal d’initiatives qui fusent d’une multitudes de bibliothèques, Chermedia, Tourainemedia, Bagnolet, Issy les Moulinaux, calice68, BU Angers, BPI, Saint Herblain Lyon Nantes Pruniers en Sologne et toutes celles que j’oublie et toutes celle que je ne connaît pas des petites des moyennes des grandes qui se croisent et se saluent sur Internet et Twitter …c’est le début de quelque chose de nouveau, à travailler et à suivre

  10. Kathie Durand dit :

    @ Hubert Guillaud, yes, il y a du travail …! mais il y a aussi pas mal d’initiatives qui fusent d’une multitudes de bibliothèques, Chermedia, Tourainemedia, Bagnolet, Issy les Moulinaux, calice68, BU Angers, BPI, Saint Herblain Lyon Nantes Pruniers en Sologne et toutes celles que j’oublie et toutes celle que je ne connaît pas des petites des moyennes des grandes qui se croisent et se saluent sur Internet et Twitter …c’est le début de quelque chose de nouveau, à travailler et à suivre

  11. Kathie Durand dit :

    @ Pierre Mounier : « Il serait dommage que le passage au numérique des bibliothèques signifie un abandon ou une diminution importante de leurs missions de médiation » : ce serait dramatique en effet, mais, sans volonté de défendre les bibliothécaires -dont je suis c’est vrai-, et pour les fréquenter pas mal sur les routes du Cher, je vous assure que leur premier réflexe est de se demander comment donner accès à ces ressources; il y a à inventer ici, surtout que l’on n’est pas sûr d’être déjà hyper performant pour la médiation du livre … qui n’est jamais gagnée et à construire sans cesse. Le souci avec la technique, c’est que les bibliothécaires doivent se la coltiner un peu seuls … alors forcément, il y a une phase indispensable où elle semble un peu prendre le dessus;
    je retourne lire les autres commentaires !

  12. Kathie Durand dit :

    @ Pierre Mounier : « Il serait dommage que le passage au numérique des bibliothèques signifie un abandon ou une diminution importante de leurs missions de médiation » : ce serait dramatique en effet, mais, sans volonté de défendre les bibliothécaires -dont je suis c’est vrai-, et pour les fréquenter pas mal sur les routes du Cher, je vous assure que leur premier réflexe est de se demander comment donner accès à ces ressources; il y a à inventer ici, surtout que l’on n’est pas sûr d’être déjà hyper performant pour la médiation du livre … qui n’est jamais gagnée et à construire sans cesse. Le souci avec la technique, c’est que les bibliothécaires doivent se la coltiner un peu seuls … alors forcément, il y a une phase indispensable où elle semble un peu prendre le dessus;
    je retourne lire les autres commentaires !

  13. Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse, la bibliothèque est avant tout un LIEU avec une atmosphère particulière. Un lieu particulier ou on se sent à son aise quand on ressent un besoin de culture ou de connaissance.

    Le peer2peer n’a pas tué les concerts live, il permet au contraire de faire connaitre des artistes. Il est en concurrence avec l’écoute individuelle (CD), pas avec la pratique culturelle partagée.

    De la même façon, la télévision et internet n’ont pas fait disparaitre les salles de cinéma.

    Les bibliothèques, ou médiathèques continueront de jouer un rôle important dans la cité de demain.

  14. Je suis tout à fait d’accord avec cette analyse, la bibliothèque est avant tout un LIEU avec une atmosphère particulière. Un lieu particulier ou on se sent à son aise quand on ressent un besoin de culture ou de connaissance.

    Le peer2peer n’a pas tué les concerts live, il permet au contraire de faire connaitre des artistes. Il est en concurrence avec l’écoute individuelle (CD), pas avec la pratique culturelle partagée.

    De la même façon, la télévision et internet n’ont pas fait disparaitre les salles de cinéma.

    Les bibliothèques, ou médiathèques continueront de jouer un rôle important dans la cité de demain.

  15. Je suis un peu de l’avis d’André sur le sujet. On voit bien que pour l’instant, l’ouverture des portes (même sur les collections numériques) est bien faible (on ne consulte que sur site bien souvent). Et on ne parle pas des problèmes d’ouvertures des lieux physiques… Ni sur le fait qu’aucune bibliothèque française ne propose par exemple des formules d’envoi de livres par la poste…

    Je suis loin d’être optimiste quand je dois parler de l’avenir des bibliothèques pour ma part. Leur seules actions dans le numérique sont sur la numérisation et l’offre de bouquets d’abonnement. La médiation (et la formation) sont le parents pauvre.

    Ne parlons pas enfin du problème principal : la fédération d’initiatives. Pour exister sur l’internet, il faut que les bibliothèques développent des services communs, à portée nationale (et pas seulement locale), dans lesquels chacun contribue. Pas seulement des actions de numérisation, mais surtout des actions de médiation et de création de nouveaux services. Des services de partage de lecture (Zazieweb), des services de prêts distants (Paperstine), des services de renseignements (Guichet du savoir), des services de recommandation qualifiés (quasiment des médias qualifiant de l’information sur une multitude de sujets)…

    Pour arriver à cela, il faut que les bibliothèques s’associent les unes les autres. Et là, il y a du travail.

  16. Je suis un peu de l’avis d’André sur le sujet. On voit bien que pour l’instant, l’ouverture des portes (même sur les collections numériques) est bien faible (on ne consulte que sur site bien souvent). Et on ne parle pas des problèmes d’ouvertures des lieux physiques… Ni sur le fait qu’aucune bibliothèque française ne propose par exemple des formules d’envoi de livres par la poste…

    Je suis loin d’être optimiste quand je dois parler de l’avenir des bibliothèques pour ma part. Leur seules actions dans le numérique sont sur la numérisation et l’offre de bouquets d’abonnement. La médiation (et la formation) sont le parents pauvre.

    Ne parlons pas enfin du problème principal : la fédération d’initiatives. Pour exister sur l’internet, il faut que les bibliothèques développent des services communs, à portée nationale (et pas seulement locale), dans lesquels chacun contribue. Pas seulement des actions de numérisation, mais surtout des actions de médiation et de création de nouveaux services. Des services de partage de lecture (Zazieweb), des services de prêts distants (Paperstine), des services de renseignements (Guichet du savoir), des services de recommandation qualifiés (quasiment des médias qualifiant de l’information sur une multitude de sujets)…

    Pour arriver à cela, il faut que les bibliothèques s’associent les unes les autres. Et là, il y a du travail.

  17. Gunthert dit :

    Belle analyse théorique. Mais tu viens en même temps de nous expliquer pourquoi les bibliothèques vont mourir. A la différence d’internet, qui peut rester ouvert dimanche et jours fériés sans surcoût, le maintien d’un accès au public dans les lieux physiques est d’abord et avant tout une question budgétaire. Pour avoir cogéré une assoc qui a essayé vaille que vaille de maintenir l’accès à ses fonds, je peux te dire qu’on était content d’arriver à ouvrir quatre demi-journées par semaine. Pas sûr que ça fasse vraiment le poids 🙁

  18. Gunthert dit :

    Belle analyse théorique. Mais tu viens en même temps de nous expliquer pourquoi les bibliothèques vont mourir. A la différence d’internet, qui peut rester ouvert dimanche et jours fériés sans surcoût, le maintien d’un accès au public dans les lieux physiques est d’abord et avant tout une question budgétaire. Pour avoir cogéré une assoc qui a essayé vaille que vaille de maintenir l’accès à ses fonds, je peux te dire qu’on était content d’arriver à ouvrir quatre demi-journées par semaine. Pas sûr que ça fasse vraiment le poids 🙁

  19. Très intéressant. A lire en contrepoint de l’intervention de François Gèze sur « le livre dématérialisé » dans un colloque organisé par l’ENSSIB.

    http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48048

    Invité à prédire l’avenir du livre en 2019, il assigne aux bibliothèques un rôle très différent de celui que tu proposes. Il voit en effet ces institutions uniquement comme des acheteuses d’accès à des bouquets de ressources numériques. Cette différence tient évidemment à des positions très différentes sur l’open access : dans un océan de ressources en accès libre, les bibliothèques ont évidemment un rôle de médiation très important à jouer. Les ressources en accès payant font en revanche l’objet de politiques d’acquisition. Autrement dit, on a une vision de l’information comme bien commun -où les bibliothèques jouent un rôle de médiateur – contre une vision de l’information comme marché – où elles sont des agents économiques.

    Il serait dommage que le passage au numérique des bibliothèques signifie un abandon ou une diminution importante de leurs missions de médiation au profit des missions d’acquisition qui, par ailleurs, se complexifient sur le plan technique (et demandent donc ressources et compétences). J’ai bien peur que ce soit un peu le cas : j’ai l’impression qu’il apparaît comme plus valorisant pour des bibliothécaires de discuter technos et gros sous avec des fournisseurs de ressources payantes ou des intermédiaires d’abonnement que d’aider le public à maîtriser les bases de la digital literacy… Comme toi, je pense qu’il faut au contraire rééquilibrer la valeur accordée à ces différentes missions. Les bibliothèques s’interrogent sur leur avenir ? Et bien il y a là un boulevard à occuper : si elles pouvaient être identifiées aussi bien en BU qu’en lecture publique (et on pourrait parler des CDI aussi) comme des lieux de référence pour améliorer ses capacités à trouver, identifier, qualifier l’information, ce serait un énorme progrès. On n’y est pas.

  20. Très intéressant. A lire en contrepoint de l’intervention de François Gèze sur « le livre dématérialisé » dans un colloque organisé par l’ENSSIB.

    http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-48048

    Invité à prédire l’avenir du livre en 2019, il assigne aux bibliothèques un rôle très différent de celui que tu proposes. Il voit en effet ces institutions uniquement comme des acheteuses d’accès à des bouquets de ressources numériques. Cette différence tient évidemment à des positions très différentes sur l’open access : dans un océan de ressources en accès libre, les bibliothèques ont évidemment un rôle de médiation très important à jouer. Les ressources en accès payant font en revanche l’objet de politiques d’acquisition. Autrement dit, on a une vision de l’information comme bien commun -où les bibliothèques jouent un rôle de médiateur – contre une vision de l’information comme marché – où elles sont des agents économiques.

    Il serait dommage que le passage au numérique des bibliothèques signifie un abandon ou une diminution importante de leurs missions de médiation au profit des missions d’acquisition qui, par ailleurs, se complexifient sur le plan technique (et demandent donc ressources et compétences). J’ai bien peur que ce soit un peu le cas : j’ai l’impression qu’il apparaît comme plus valorisant pour des bibliothécaires de discuter technos et gros sous avec des fournisseurs de ressources payantes ou des intermédiaires d’abonnement que d’aider le public à maîtriser les bases de la digital literacy… Comme toi, je pense qu’il faut au contraire rééquilibrer la valeur accordée à ces différentes missions. Les bibliothèques s’interrogent sur leur avenir ? Et bien il y a là un boulevard à occuper : si elles pouvaient être identifiées aussi bien en BU qu’en lecture publique (et on pourrait parler des CDI aussi) comme des lieux de référence pour améliorer ses capacités à trouver, identifier, qualifier l’information, ce serait un énorme progrès. On n’y est pas.

  1. 08/01/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Julien Sicot. Julien Sicot said: RT: @marind: Les bibliothèques ont de l'avenir – http://blog.homo-numericus.net/article10345.html […]

  2. 08/01/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Julien Sicot. Julien Sicot said: RT: @marind: Les bibliothèques ont de l'avenir – http://blog.homo-numericus.net/article10345.html […]

  3. 08/01/2010

    […] Intéressant à lire Extrait: En réalité, les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. Des bibliothèques ouvertes à l’intérieur de plages horaires larges, proposant l’accès au savoir et à la littérature, analogiques ou numérique (qu’importe !), voilà ce dont nous avons besoin. Ouvrons les portes. Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique source: Extrait: En réalité, les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. Des bibliothèques ouvertes à l’intérieur de plages horaires larges, proposant l’accès au savoir et à la littérature, analogiques ou numérique (qu’importe !), voilà ce dont nous avons besoin. Ouvrons les portes. Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique source: Blogo Numéricus […]

  4. 08/01/2010

    […] Intéressant à lire Extrait: En réalité, les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. Des bibliothèques ouvertes à l’intérieur de plages horaires larges, proposant l’accès au savoir et à la littérature, analogiques ou numérique (qu’importe !), voilà ce dont nous avons besoin. Ouvrons les portes. Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique source: Extrait: En réalité, les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. Des bibliothèques ouvertes à l’intérieur de plages horaires larges, proposant l’accès au savoir et à la littérature, analogiques ou numérique (qu’importe !), voilà ce dont nous avons besoin. Ouvrons les portes. Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique source: Blogo Numéricus […]

  5. 08/01/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Arnaud Lelache and Arnaud Lelache, Arnaud Lelache. Arnaud Lelache said: Bon article sur l'avenir des bibliothèques à l'ère du numérique http://bit.ly/8f87tK Je suis tout à fait d’accord… http://bit.ly/6XDSA0 […]

  6. 08/01/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Arnaud Lelache and Arnaud Lelache, Arnaud Lelache. Arnaud Lelache said: Bon article sur l'avenir des bibliothèques à l'ère du numérique http://bit.ly/8f87tK Je suis tout à fait d’accord… http://bit.ly/6XDSA0 […]

  7. 01/02/2010

    […] Les bibliothèques ont de l’avenir – Blogo-Numericus – les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. (…) Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique […]

  8. 01/02/2010

    […] Les bibliothèques ont de l’avenir – Blogo-Numericus – les bibliothèques sont des lieux. Elles constituent des lieux de médiation avec le savoir. Des lieux d’accès au savoir. Elles constituent également des lieux de démocratisation du savoir et de l’accès à celui-ci. (…) Offrons des lieux de calme, d’accès à internet, mais aussi d’accès aux instruments qui permettent de manipuler le savoir numérique […]

  9. 26/08/2010

    […] lira le billet optimiste de Marin Dacos, « Les bibliothèques ont de l’avenir », paru en janvier 2010 sur Blogo-numericus, le blog d’homo numericus. Extrait : […]

  10. 26/08/2010

    […] lira le billet optimiste de Marin Dacos, « Les bibliothèques ont de l’avenir », paru en janvier 2010 sur Blogo-numericus, le blog d’homo numericus. Extrait : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *