Comment mieux faire connaître mes recherches ?

Sucked into the ground par Timove, licence CC

Sucked into the ground par Timove, licence CC

Texte de mon intervention à la Journée des entrants CNRS, qui s’est tenue à Beaune, les 19 et 20 novembre 2009.

* * *

On m’a demandé de vous présenter, à vous, nouveaux entrants CNRS (je n’oserai pas dire « jeunes »), comment mieux faire connaître vos recherches.

Les compagnons de la science

Je commencerai par préciser que vous êtes des chercheurs et des ITA, et que le programme de ces journées fait surtout la part belle aux chercheurs. Je m’attellerai donc, ici, à répondre à la question « comment mieux faire connaître NOS recherches » ?
Les ITA ont un problème de visibilité. Alors qu’ils sont dévolus à l’accompagnement de la recherche, on les nomme « ITA », Ingénieurs, Techniciens, Administratifs. Plus technocratique, comme appellation, ce n’est pas possible. Les autres métiers ont pour nom « professeur », « maître de conférence », « enseignant-chercheur ». Les professeurs enseignants, les chercheurs cherchent, mais les ITA, que font-ils? Ils I-T-A-isent? Je crains qu’on se soit donnés les moyens de faire échouer les métiers d’accompagnement de la recherche en leur donnant un nom si jargonnant, tellement dans l’ombre, dans le grand sac indifférencié de l’obscure piétaille de l’armée de la recherche. ITA et chercheurs, dans un monde idéal, cherchent ensemble. Les ITA ne sont pas des chercheurs, car ils sont bien mieux que ça : ils accompagnent la recherche, les chercheurs. Ce sont donc des compagnons de science. Ils sont vos meilleurs alliés, amis chercheurs, dans le travail amont de la recherche, car ils développent des compétences spécifiques très précieuses, et dans le travail aval de la recherche, pour la même raison.

Le CNRS a des médailles de bronze, d’argent et d’or pour ses chercheurs. Il a eu l’intelligence de se doter d’un cristal pour ses compagnons de la science. C’est un pas énorme vers la reconnaissance symbolique de leur travail. J’espère qu’il se dotera, prochainement, d’un cristal de bronze, d’un cristal d’argent et d’un cristal d’or… car il n’y a pas de raison de ne pas couronner des étapes de la carrière des compagnons. 😉

Maîtriser notre identité numérique

Mais je m’égare. Comment chercheurs et compagnons peuvent-ils mieux faire connaître les recherches menées dans les laboratoires? Il s’agit, à mon sens, de référencement. Le référencement, c’est l’art de mieux faire connaître un site web. C’est un métier, qu’on appelle également le SEO, « Search engine optimization ». On n’aime guère, dans le monde de la recherche, parler de communication et de mise en valeur de soi. Il est vrai que les valeurs académiques imposent une forme de discrétion de bon aloi, une modération et une modestie propres à l’atmosphère feutrée des cabinets de recherche. Mais, nous en sommes d’accord, si vous avez le choix entre Gallimard et les Presses des Cévennes pour publier votre thèse, vous adopterez Gallimard. Parce que Gallimard vous apportera en même temps un label de qualité et de prestige, et une diffusion large. Cela s’appelle la publication. Et c’est un moment fondamental dans le travail de la recherche, le moment de la diffusion. Cette diffusion est nécessaire pour des raisons intéressées, qui servent la carrière du chercheur, et pour des raisons scientifiques, qui servent la marche du savoir. Car une recherche qui n’est pas exploitable par la communauté scientifique est une recherche qui n’existe pas.

Je vous propose d’aller au bout de la démarche et d’engager une stratégie d’ego-référencement. J’ajoute donc, Ô sacrilège, à l’idée apparemment commerciale de référencement, le préfixe individuel « ego ».  Pourquoi ?

Parce que si vous ne vous en occupez pas, quelqu’un s’en occupera pour vous. Que se passe-t-il quand le directeur d’un laboratoire, une agence de moyens, un président de commission de spécialistes ou un organisateur de colloques cherche à faire appel à un chercheur ou à un ingénieur? Il tape son nom sur Google. Et qu’obtient-il ? Trop souvent, il obtient comme réponse une page dans Copains d’avant. Prochainement, nous serons également gratifiés des innombrables traces qu’auront laissé sur les réseaux sociaux, dix ou vingt ans plus tôt, les futurs chercheurs en pleine explosion hormonale… Photographies, propos divers, mauvaises blagues, pétitions signées dans un contexte précis et excès en tous genres pourraient ressortir bien avant, et coller au dos des chercheurs comme un mauvais poisson d’avril, indécollable. On parle, à raison, de droit à l’oubli. Le droit à l’oubli, pour le numérique en général, et pour la recherche scientifique en particulier, n’est pas encore un acquis. Tout au plus un horizon, vers lequel nous ne nous acheminons pas.

Je vous propose donc de prendre en main votre identité numérique, puisque vous ne pouvez pas vous exclure du paradigme internet. Vous avez une identité numérique, quoi que vous fassiez. Il est souhaitable de la maîtriser et de la mettre en valeur pour diffuser vos idées, votre meilleur profil plutôt que votre côté obscur, vos résultats scientifiques plutôt que les bribes incontrôlées de votre ego-histoire…

Quatre principes d’ego-référencement

Adoptons, donc, quelques principes.

1. Faites le choix du libre accès

Misez avant tout sur des dispositifs en libre accès. Les revues en accès restreint font partie du web invisible. Elles ne contribuent pas à votre identité numérique. Par ailleurs, elles contribuent bien faiblement à la marche de la science, parce qu’elles misent sur l’invisibilité en lieu et place de la mise en public. Or, la publication est bien la mise en visibilité, pas la mise au secret.

2. Entrez dans l’économie de l’attention

Prenez conscience que vous entrez dans une économie de l’attention, sous le sceau de la prolifération documentaire. Nous avons quitté le paradigme de la rareté. Quoi que l’on en pense, c’est un fait auquel il faut faire face. Le paradigme de l’attention est un bouleversement profond de celui de la rareté. Autrefois, les lecteurs cherchaient les articles. Aujourd’hui, les articles cherchent les lecteurs. Il y a plus de documents en ligne que d’habitants sur cette planète.

3. Entrez dans la conversation scientifique

La science moderne est née grâce à la correspondance entre savants. Ces correspondances ont donné les revues. La science moderne est aussi faite de disputatio, le débat entre chercheurs, qui a donné le séminaire. Ce lieu d’échange et de confrontation, de partage et de débat. Aujourd’hui, le numérique introduit la notion de séminaire virtuel permanent. Il s’agit d’une conversation scientifique qui se joue des contraintes de temps et d’espace.

Dans notre séminaire, hier, à l’EHESS, Corinne Welger évoque la naissance des listes de discussion dans le domaine des digital humanities. Elle cite la première liste dans ce domaine, datée de 1987. Elle évoque son origine géographique, l’Angleterre. Je poste mes notes sur Twitter, en direct. René Audet suit le séminaire depuis Québec, où il est Professeur de littérature à l’université Laval. Il réagit, me disant que la liste est née en Amérique du Nord, et que son fondateur a été, peu après, recruté au King’s College, d’où la confusion géographique. Il cherche dans les archives du réseau et m’envoie l’information précise. Humanist est bien né en 1987, mais à Toronto. Nous formons désormais un collège scientifique visible, à l’échelle du réseau.

Le microblogging (twitter) n’est pas la seule dimension. Les carnets de recherche sont une dimension centrale. Ils permettent la création de carnets de séminaire, collectifs ou individuels. Les carnets de fouille archéologique ou de terrain ethnologique. Les carnets de programmes ANR. Les carnets de livre. Nous avons préparé, avec Pierre Mounier, notre livre au sujet de l’édition électronique sur Blogo-numericus. Les carnets peuvent aussi servir à décrypter un sujet, comme Culture et politique arabe (carnet hebdomadaire en deux langues).

Nous avons même découvert une conversation silencieuse qui se produit en ligne.

Hypothèses est là pour vous.

4. Ne laissez pas Copains d’avant ou Facebook définir votre identité numérique

Construisez un ego-radar, qui regroupera dynamiquement l’ensemble des informations, vous concernant, que vous souhaitez agréger autour de votre identité numérique pour faciliter le travail du programme qui vous financera, du collègue qui vous écrira pour débattre d’une de vos thèse, du journaliste qui vous appellera pour (enfin?) comprendre le sens profond d’une loi, d’un événement ou d’une découverte.

Qu’est-ce qu’un ego-radar ? Tout simplement un agrégateur. Un agrégateur de données issues de votre compte HAL-SHS, de façon à lister l’ensemble de vos publications. Un agrégateur de données issues de la revue que vous dirigez, de votre veille bibliographique publique sur Zotero, de votre dépôt d’images sur FlickR Commons (ou sur CNRS images  ou Medi-HAL), de votre laboratoire, de votre carnet de recherche ou de votre micro-carnet de recherches, de votre dépôt de notes de cours ou de votre compte Slideshare contenant l’ensemble des diaporamas créés lors de vos innombrables interventions publiques à travers le monde.

Hypothèses proposera bientôt des ego-radar.

Libre diffusion des savoirs

J’ai conscience de venir bousculer la sphère analogique dont nous procédons tous, cette gigantesque cathédrale de papier bâtie depuis des siècles. Le papier était et reste le support de la pensée. Désormais, la fibre optiques et les mémoires numériques deviennent également le support, le véhicule et le détonateur de la pensée. Il n’est plus temps de débattre sur la question du numérique : le papier est-il préférable au numérique, le numérique est-il dangereux ou vertueux? Le numérique est parmi nous, il ne reste plus qu’à le domestiquer, ou plutôt à le domestiquer à nouveau (puisque les scientifiques ont fortement contribué à l’invention du web), au service des valeurs de la science : libre débat des idées et libre diffusion des savoirs.

Cite this article as: Marin Dacos, "Comment mieux faire connaître mes recherches ?," in Blogo-numericus, 23/11/2009, http://bn.hypotheses.org/10288.

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Anne Roth Congès dit :

    Voilà un post bien sympathique et engageant pour nos jeunes, et même pour nous les vieux qui n’avons pas encore suffisamment le réflexe numérique… Mais pourquoi ego- plutôt qu’auto-référencement ? Ça me chiffonne un peu, mais c’est peut-être justifié ?

  1. 23/11/2009

    […] This post was mentioned on Twitter by Revues.org, Nicolas Barts. Nicolas Barts said: Comment mieux faire connaître mes recherches ? http://ff.im/-bTbpW […]

  2. 04/12/2009

    […] liens sur des idées que je trouve stimulantes: L’économie de l’attention : voir ce texte de Marin Dacos qui appelle les chercheurs à réaliser qu’avec le numérique, le problème […]

  3. 22/04/2010

    […] ou data.gov. Transposée dans le domaine de la recherche, l’idée est d’obtenir un séminaire virtuel permanent, plein de bonnes […]

  4. 14/05/2010

    […] une mise en scène de soi comme chercheur. Je tends donc aussi à penser ce lieu comme un « auto-radar ». Or dans cette mise en scène de mes recherches, dans la composition de cet auto-radar, je ne […]

  5. 22/10/2010

    […] rendu de lecture… de discussions sur un blog scientifique… Une nouvelle pierre au « séminaire virtuel permanent » que peut permettre le numérique ? Seuil, 2006 [↩] Imprimer ce […]

  6. 23/10/2010

    […] parle d’un blog hors-plateforme, et donne à réfléchir sur l’idée de séminaire virtuel permanent lancé par encore un autre membre dudit conseil.  Imprimer ce […]

  7. 09/02/2011

    […] par les nouvelles exigences de l’économie de l’attention (Voir M. Dacos : Comment mieux faire connaître mes recherches). L’idée d’une rémunération des auteurs, fût-elle économiquement symbolique, […]

  8. 18/03/2012

    […] Mais aussi du mirage des “grands” éditeurs. Il y a quelques années, Marin Dacos mettait en avant l’aura auprès des universitaires d’un éditeur tel que Gallimard, en raison de la […]

  9. 24/04/2012

    […] son « ego référencement » pour reprendre les termes de Marin Dacos dans son article « Comment mieux faire connaître mes recherches ». Quand ils sont collectifs, les blogs permettent de rassembler plusieurs voix autour de […]

  10. 03/05/2012

    […] de Pierre Mounier « Qu’apportent les digital humanities ? Quelques exemples (1/2) (2/2) » [1] [2] est particulièrement marquant quant à la transformation des temporalités […]

  11. 07/05/2012

    […] Dacos Marin, « Comment mieux faire connaître mes recherches ? », [En ligne] Blogo Numericus, 2009. URL : http://blog.homo-numericus.net/article10288.html. […]

  12. 02/12/2012

    […] son « ego référencement » pour reprendre les termes de Marin Dacos dans son article « Comment mieux faire connaître mes recherches ». Quand ils sont collectifs, les blogs permettent de rassembler plusieurs voix autour de […]

  13. 06/05/2013

    […] Martin, «Comment mieux faire connaître mes recherches ?», blogue blogo-numericus, 23 novembre […]

  14. 01/06/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *