La formation à l’information scientifique et technique


"Arena"
Malgré la fièvre, je prépare une intervention, demain, dans le cadre de stages URFIST. Pourquoi, diable, quand j’en parle à des collègues, me demandent-ils toujours « c’est quoi les URFIST ? ». Les URFIST sont les Unités régionales de formation à l’information scientifique et technique [36]. Elles sont au coeur de la diffusion de compétences numériques dans le supérieur. Et, pourtant, elles sont mal connues.

Il y a un réseau des URFIST, qui réunit les URFIST régionaux. URFISTINFO est leur blog. C’est une URFIST qui a organisé les passionnantes journées sur la « Communication scientifique et valorisation de la recherche à l’heure d’Internet » à Toulouse. J’ai publié un bref billet synthétisant ma communication. J’ai pris beaucoup de notes lors de cette journée. Si j’en trouve le temps et l’énergie, j’en écrirai un compte-rendu. Ce sont également les URFIST qui organisent la journée « Évaluation et validation de l’information sur Internet » à Paris, le 31 janvier.

Ils sont très actifs [37].
La journée à Toulouse était densément peuplée, ce qui atteste d’un intérêt réel de la part des universitaires, même si les chercheurs et les enseignants-chercheurs ont rarement le temps de se pencher sur ces questions qui, pour être essentielles, paraissent secondaires. Un petit peu comme l’écologie pour le citoyen. Il y a toujours un article à finir, un cours à préparer, des mémoires à lire.

J’ai eu l’occasion de dire, ailleurs, que les URFIST pourraient proposer des formations à l’édition électronique en général, et à l’édition en particulier. Les principales notions de typographie ne sont quasiment jamais enseignées. La structuration de documents est loin d’être maîtrisée par les doctorants. Les CIES (Centres d’initiation à l’enseignement supérieur) pourraient, d’ailleurs, s’unir avec les URFIST pour traiter ce genre de question. Combien de thèses utilisent vraiment des styles, ont une table des matières dynamique, des index automatiques ? C’est possible avec Word et OpenOffice.org, mais peu le savent. Combien de thèses très illustrées ont-elles bloqué sur les outils classiques de traitement de texte ? Qui, en SHS, en dehors des économistes, a entendu parler de TeX et de LyX ? Je ne sais pas s’il y a beaucoup d’initiatives comparables à Cyberthèses, à l’Université Lumière Lyon 2. Leurs formations sont exemplaires.

A suivre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *