Technologies numériques et société : première séance


La semaine dernière, Marin et moi avons présenté la première séance de notre séminaire « Technologies numériques et société » à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Pour cette première séance, il s’agissait pour nous d’expliquer le sens de notre démarche et de fixer le cadre dans lequel les discussions de ce séminaire allaient pouvoir se développer.

Tout d’abord, il nous fallait répondre à la question : pourquoi ce
séminaire, avec cet intitulé, aussi large, aussi indéterminé :
« technologies numériques et société ». Dans le même temps, il nous
fallait répondre à la question de notre pertinence ou légitimité à
l’organiser… Notre point de départ est une insatisfaction : il existe
aujourd’hui une demande sociale pour une meilleure connaissance et
compréhension des phénomènes sociaux qui sont liés au développement des usages des technologies numériques, ou, pour le dire autrement des
technologies numériques comme phénomène social. L’insatisfaction porte
sur l’apparent décalage, apparente incapacité des différentes recherches
en sciences sociales à répondre à cette demande. Plusieurs raisons
peuvent être évoquées :

- la première est le décalage entre le rythme de développement non
seulement des technologies numériques mais aussi des usages qui leur
sont associés et le rythme propre à la conduite de recherches en SHS. Ce
décalage temporel, constaté souvent, conduit à voir aujourd’hui paraître
des publications donnant accès à des recherches rendant compte
d’observations conduites en 1997 ou 1998 ; c’est-à-dire sur des objets
qui, s’ils n’ont pas disparu eux-mêmes, sont associés à des usages qui,
eux, ont fortement évolué.

- la deuxième est la difficulté, souvent signalée, pour les discours savants à propos des nouvelles technologies, de trouver le niveau le plus pertinent auquel s’établir : on a affaire ou bien sur des recherches micro portant sur des cas très particuliers liés à un dispositif précis, ou bien à de grandes théories globalisantes qui négligent quelquefois de s’affronter aux faits.

On pourrait encore évoquer l’enfermement dans une discipline ou une théorie particulière, qui constituent des obstacles communs à toutes les sciences sociales à pouvoir être en prise sur le débat public, mais que l’on ressent de manière particulièrement vive lorsqu’on s’intéresse aux usages des technologies numériques qui semblent avoir des effets dans tous les domaines et à tous les niveaux à la fois.

Dans ce contexte, il serait bien présomptueux de prétendre donner des leçons sur la manière et le rythme auxquels ces recherches sont conduites. Il est même au contraire important que ces recherches ne subissent pas une pression excessive liée à la demande sociale qui leur dicterait son agenda, ses objets d’étude et ses niveaux d’analyse, produisant alors une recherche “sous contrainte” qui perdrait tout son intérêt.

C’est bien plutôt sur le cadre de restitution que nous souhaitons agir en faisant de ce séminaire un lieu où la rencontre entre la demande sociale et la recherche sur les technologies numériques peut se faire dans de bonnes conditions. Ce niveau auquel nous souhaitons nous tenir, nous ne pouvons faire autrement que de le définir comme “politique”, ce qui ne signifie pas militant bien sûr, mais implique que les recherches qui viennent s’y présenter, que les réflexions qui s’y mènent soient articulées à un “intérêt”, c’est-à-dire, non la curiosité scolaire, c’est-à-dire oisive, de celui qui regarde passer le navire au loin, mais le besoin impératif de compréhension de celui qui est embarqué.

C’est à ce point du raisonnement que la position particulière des initiateurs du séminaire joue son rôle. Clairement inscrits dans la sphère académique, notre intérêt pour les technologies numériques n’est pas directement dépendant du développement d’un programme de recherche dans nos disciplines d’appartenance. C’est bien plutôt à partir d’un intérêt politique, c’est-à-dire relatif à la vie de la cité et à ce que nous pouvons y faire, que nous nous sommes investis dans une exploration à la fois pratique et théorique des relations entre technologies numériques et société. C’est à partir de cette position que nous pensons pouvoir contribuer à animer ce séminaire comme lieu d’échange ouvert aux différentes recherches en sciences sociales qui sont menées sur cette question.

Pour la première année, nous avons choisi de nous intéresser à cette relation sous l’angle des communautés. A travers les notions de « communautés en ligne », « communautés virtuelles », « logiciels communautaires », cette notion semble avoir pris une importance considérable comme figure du collectif dans les environnements numériques. On essaiera de comprendre pourquoi au cours des diverses séances de l’année, en partant de cas concrets.

Nous avons souhaité que la prochaine séance offre malgré tout un cadre théorique structuré autour de cette notion de communauté. C’est pourquoi nous avons invité le sociologue canadien Serge Proulx à venir nous parler des recherches qu’il mène actuellement sur “L’action des groupes associatifs à l’ère du numérique”. Connu pour ses recherches sur la réception de la télévision et singulièrement de la publicité, Serge Proulx est aujourd’hui surtout situé dans le champ de la sociologie des usages, et singulièrement des usages télématiques. Il s’est cependant intéressé de très près à la notion de communauté virtuelle, sujet sur lequel il a publié plusieurs articles fondamentaux et organisé un colloque en 2003. Il nous a fait l’amitié de répondre favorablement à notre invitation et nous l’écouterons donc le vendredi 15 décembre de 15h à 17h au 105, bd Raspail salle 1. Si vous souhaitez participer à cette séance, vous pouvez nous écrire :

marin.dacos ehess.fr, pierre.mounier ens-lsh.fr

En attendant, nous vous conseillons d’aller lire son site, qui contient en particulier une liste complète de ses publications.

PS : cette première séance comportait deux autres volets qui seront peut-être résumés dans de prochains billets

Crédit photo : WWWWW par Angelocesare, licence cc by-nc-noderiv


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

5 réflexions sur “ Technologies numériques et société : première séance ”

  1. Bonjour,

    Une petite question : avez-vous lors de cette séance apporté une définition, ou votre définition des termes : « communautés en ligne », « communautés virtuelles » et « logiciels communautaires » ?

    J’attends avec impatience les billets à venir.

  2. Bonjour,

    Une petite question : avez-vous lors de cette séance apporté une définition, ou votre définition des termes : « communautés en ligne », « communautés virtuelles » et « logiciels communautaires » ?

    J’attends avec impatience les billets à venir.

  3. Bonjour,

    et merci pour votre commentaire. Nous avons en effet tenté de cerner davantage cette notion de communauté, à partir de la notion de communauté virtuelle, et c’était la deuxième partie de la séance. Avec un peu de chance, j’aurai le temps d’en faire un billet résumé sous peu…

  4. Bravo pour ce séminaire ! J’aurais beaucoup aimé y assister. Peut-être une prochaine fois ! Comme vous le dites, nous sommes maintenant embarqués sur l’arche numérique. Il est difficile de prendre du recul. Nous sommes souvent coincés entre le courant techniciste qui idéalise les effets de la technique, et la diabolisation des technologies de l’information et de la communication. Une vision pluridisciplinaire, mélant théorie et pratique, peut nous permettre d’y voir plus claire sur l’évolution des mœurs et mentalités afin d’utiliser aux mieux les technologies numériques dans notre vie, notre travail. J’attends avec impatience les prochains billets.

  5. Bravo pour ce séminaire ! J’aurais beaucoup aimé y assister. Peut-être une prochaine fois ! Comme vous le dites, nous sommes maintenant embarqués sur l’arche numérique. Il est difficile de prendre du recul. Nous sommes souvent coincés entre le courant techniciste qui idéalise les effets de la technique, et la diabolisation des technologies de l’information et de la communication. Une vision pluridisciplinaire, mélant théorie et pratique, peut nous permettre d’y voir plus claire sur l’évolution des mœurs et mentalités afin d’utiliser aux mieux les technologies numériques dans notre vie, notre travail. J’attends avec impatience les prochains billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">