Podcast !

Cela faisait longtemps que j’en entendais parler sans avoir pu l’expérimenter. Le « podcasting« , c’est le dernier truc à la mode, ce dont il faut absolument parler sous peine de ne pas être dans le vent.

Expérimentation donc. Première surprise : le podcasting n’est pas une technologie ; ce n’est pas un gadget, mais d’abord un usage : podcaster n’est rien d’autre qu’inclure dans le flux de syndication RSS 2.0 de son blog (qui devient un audioblog), des liens vers des fichiers mp3.

<enclosure url="*.mp3" length="9999999" type="audio/mpeg"/>

Rien de plus. Pourtant, ce petit rien semble pouvoir être à l’origine de bien des changements dans les habitudes de consommation des médias.

De l’autre côté du réseau en effet, les lecteurs/auditeurs disposent sur leur ordinateur d’un logiciel spécifique qui fonctionne un peu comme un lecteur RSS – par abonnement à des « channels » de diffusion d’information. Mais au lieu d’afficher les dernières nouvelles de chaque channel, le client podcast télécharge et enregistre les derniers fichiers mp3 proposés . Rien de révolutionnaire, n’est-ce pas ?

Et pourtant, tout change lorsqu’on comprend que l’objectif n’est pas d’enregistrer les mp3 sur l’ordinateur où tourne le client, mais sur un lecteur de fichiers mp3 -typiquemment le ipod de podcasting – qu’on pourra ensuite emporter avec soi, chargé à bloc de morceaux de musiques, de talk shows, de présentations, chroniques et conférences. C’est sans doute cet affranchissement physique de l’ordinateur qui garantit le plus bel avenir à ce type de pratiques.

Car on retrouve la légèreté de la radio en terme d’usage de réception, avec un abaissement considérable du coût et de la difficulté d’accès à la diffusion, même par rapport aux web radios qui ont besoin de disposer de serveurs de streaming (avec un nombre d’auditeurs simultané limité) : n’importe qui peut désormais animer sa petite radio à partir de son blog, à son rythme (on n’a plus à « tenir l’antenne » tant d’heures par jour), et sans contrainte matérielle.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la plupart des channels ne diffusent pas seulement de la musique. Beaucoup de monde semble vouloir s’essayer à l’animation d’émissions, aux chroniques, voire aux letures publiques (sur un channel, on a droit à la lecture du chapitre 14 de tel roman par l’auteur lui-même ).

Du coup, on se met à penser à tout un tas d’usages alléchants : diffusion de conférences et de cours, séries d’interviews, diffusions de playlists personnalisées, il y a de quoi expérimenter pour les années à venir.

Côté client, des progrès restent à faire (comme pour les lecteurs RSS du reste, dont aucun n’est vraiment satisfaisant à mon avis) : j’ai tout essayé (pour windows) en deux-trois heures de temps : Ipodder, jäger, Jpodder, Nimiq, RSSradio, Doppler, etc. Pour l’instant, Nimiq et Doppler sortent un peu du lot. Tous sont assez minimalistes, ne gèrent pas forcément très bien les téléchargements (beaucoup d’erreurs), ne sont pas très agréables à manipuler. Surtout, on a vite envie que les fonctionnalités de podcasting soient intégrées aux lecteurs de RSS.

Seul Jäger intègre les deux fonctionnalités, mais il est trop lourd pour mon (vieil) ordinateur et carrément trop austère pour mon goût…

A signaler aussi : Now playing , qui est en fait un plugin pour itunes.

Quelques références pour finir : en français, on a assez peu de ressources ; deux sites importants : Podaufeu et le blog de Luc Saint-Elie. On écoutera avec plaisir Arteradio aussi, qui diffuse ses émissions par ce moyen.

Dernier point : est-ce que que le podcasting va en rester là ? ou bien va-t-on rapidement intégrer les usages de la vidéo. Côté technologies, on a de nombreux indices d’une telle évolution : intégration de mini-lecteurs vidéo dans les Archos, simplicité de l’utilisation du camescope et de la diffusion des vidéos sur Internet. Mais côté usage ?


Vous aimerez peut être aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *